Publicité

---

Encyclopédie médicale
17-07-2013
Réflexe cutané plantaire - Encyclopédie médicale

Réflexe cutané plantaire

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir RCP.
La Vierge à l'Enfant Saint Luc dessinant la Vierge (1435–1440) de Rogier van der Weyden serait la première observation du réflexe de Babinsky[1].

Le réflexe cutané plantaire ou réflexe de Babinski est un réflexe primitif que l'on recherche chez le bébé par la stimulation de la plante du pied. Normalement, ce réflexe disparaît vers l'âge de six mois environ. Sa présence au-delà de cet âge peut indiquer des troubles neurologiques. Chez l'adulte sain, la réaction normale est plutôt de replier les orteils.

Le signe de Babinski (ou signe de Koch) est la réponse en extension dorsale du gros orteil lors de la recherche de ce réflexe cutané plantaire.

Signe de Babinski.

Recherche[modifier | modifier le code]

La jambe est légèrement fléchie sur la cuisse, le pied reposant sur le lit. La recherche se fera par excitation de la plante, partie externe, au moyen d'un objet mousse (non piquant), que l'on promènera d'arrière en avant, du talon vers les orteils. Chez le sujet sain, les orteils se fléchissent.

Réaction anormale[modifier | modifier le code]

Ce réflexe peut être aboli. Son inversion — au lieu de se faire en flexion, se fait en extension — constitue le signe de Babinski.

Le signe de Babinski est un signe clinique en médecine qui désigne un mouvement réflexe d'« extension lente et majestueuse du gros orteil » provoqué par la stimulation cutanée de la région externe de la plante du pied. Inconstamment associé à une abduction des autres orteils (signe de l'éventail de Dupré), il doit son nom au médecin Joseph Babinski.

Le signe de Babinski est pathognomonique d'une atteinte du faisceau pyramidal — les voies neurologiques qui relient le cortex moteur aux motoneurones médullaires. Il peut être la première manifestation du syndrome pyramidal.

Le signe de Babinski est, notamment, utilisé pour détecter un problème neurologique lors d'un accident de plongée à l'air dû à une décompression trop rapide.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marie-France Morel, « Le corps du petit enfant et ses représentations dans l’histoire et dans l’art », in Bébés et cultures sous la direction de Michel Bugnat, Éditions Érès, 2008, p. 23.


Article précédent
Article suivant

> Article Mis à jour le 17-07-2013

Source :

Références :

Publicité

Contenu relatif

Publicité
Les + lues: Actualités scientifiques

Plus encore:

---

Suivez nous...

google plus Facebook twitter Newsletter

---


---

Plan du site

Emploi