Publicité

---

Encyclopédie médicale
17-07-2013
Pus - Encyclopédie médicale

Pus

Un œil humain atteint de conjonctivite purulente.

Le pus est un exsudat pathologique, liquide séreux résultant d'une inflammation par des bactéries dites pyogènes (provoquant une formation de pus ou suppuration). Il peut se présenter au cours d'infections superficielles (plaies, boutons, pustules, etc..) ou profondes. Une accumulation de pus dans un espace de tissu confiné s'appelle un abcès.

Aspects[modifier | modifier le code]

L'aspect du pus (consistance, couleur et éventuellement odeur) peut donner des indications probables sur la bactérie pyogène[1].

Le plus souvent un pus blanc crémeux, épais et bien lié évoque un staphylocoque ; clair et très fibrineux (avec des filaments) un méningocoque ; clair et mal lié un streptocoque ; mal lié et peu fibrineux un bacille tuberculeux.

Un pus liquide trouble ou louche, brun ou sanguinolent, d'odeur fétide, fait penser à des bactéries anaérobies. Un pus de couleur bleutée avec odeur de plâtre frais évoque un bacille pyocyanique ; celui à couleur verdâtre un pneumocoque ; avec de petits grains jaunâtres à Actinomyces ; de couleur brun chocolat striée de sang à l'amibiase.

Composition[modifier | modifier le code]

Le pus est composé, en proportions variables, de plasma sanguin, de granulocytes neutrophiles (un type de leucocytes) altérés ou non, de débris, de cellules desquamées, de cellules mortes ou mourantes, des micro-organismes, et de compléments de tissu nécrotique, formés par le processus de la nécrose.

Diagnostic[modifier | modifier le code]

La recherche et l'identification des bactéries dans le pus se fait par examen microscopique direct après coloration ; et par ensemencement sur des milieux de culture adéquats.

Traitement[modifier | modifier le code]

Le premier traitement d'un abcès est l'évacuation du pus donc il faut parfois le ponctionner ou exciser car si le pus ne s'évacue pas vers l'extérieur il risque fortement de fistuliser (créer un « tunnel » vers l'extérieur ou vers un autre organe interne). Le pus peut cependant être résorbé progressivement par les macrophages s'il n'y en a qu'une petite quantité.

Histoire de la suppuration[modifier | modifier le code]

Selon la théorie humorale de Galien, remontant à l'antiquité, « l'humide est bon et le sec mauvais » dans le traitement des plaies. Ainsi la suppuration est jugée comme un processus de guérison nécessaire, correspondant à l'évacuation d'humeur mauvaise[2].

Au Moyen-Âge, les chirurgiens et médecins cherchent à différencier le pus bonum et laudabile, longtemps appelé pus louable (inodore, épais et blanc crémeux ou bon pus à respecter) des mauvais pus à combattre, les pus d'odeurs et de couleurs. Quelques chirurgiens, dès le XIIIe siècle comme Théodoric Borgognoni ou Henri de Mondeville, préconisent le lavage précoce des plaies pour prévenir toute suppuration, mais cette idée restera toujours très minoritaire jusqu'au XIXe siècle[2], à l'époque de Joseph Lister et Louis Pasteur.

L'idée d'une suppuration bénéfique persistera cependant durant la première moitié du XXe siècle (jusqu'à l'arrivée des antibiotiques) avec la pratique dite des abcès de fixation visant à traiter une infection générale par une suppuration localisée.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. A. Manuila, Dictionnaire français de médecine et de biologie, t. 3, Masson, , p.460
  2. a et b M-J Imbault-Huart, La médecine au moyen-âge, éditions de la Porte Verte - Bibliothèque Nationale, , p.81-82


Article précédent
Article suivant

> Article Mis à jour le 17-07-2013

Source :

Références :

Publicité

Contenu relatif

Actualités médicales scientifiques (8 résultats) +

  • RECHERCHE : pas de risque significatif de cancer pour les patients traités pour le lupus
    [2013-01-24] - Les personnes qui prennent des immunodépresseurs pour traiter le lupus n’augmentent pas nécessairement leur risque de développer le cancer.
  • Lupus : des essais cliniques confirment l'efficacité du peptide P140/LupuzorTM
    [2013-01-21] - Les résultats d'une étude clinique incluant 149 patients atteints de lupus érythémateux disséminé, une maladie auto-immune très handicapante, a montré l'efficacité d'un peptide synthétique développé par une équipe de chercheurs dirigée par Sylviane Muller, biologiste CNRS, à l'Institut de Biologie Moléculaire et Cellulaire (IBMC) de Strasbourg. Ce peptide, le P140/LupuzorTM, s'est révélé être très bien toléré par les patients et a fait régresser la maladie lupique. La société ImmuPharma-France, qui a financé cette étude, possède une licence exclusive du brevet CNRS sur l'exploitation de ce peptide. Une prochaine et dernière phase de tests cliniques devrait prochainement entériner ces résultats et aboutir au développement d'un médicament qui ne possède pas les effets indésirables des traitements actuels à base de corticoïdes et d'immunosuppresseurs. Ces résultats sont publiés en ligne sur le site de la revue Annals of the Rheumatic Diseases.
  • Un espoir pour traiter le lupus érythémateux
    [2008-12-01] - Le lupus érythémateux disséminé est une maladie autoimmune inflammatoire chronique qui peut entraîner des dommages progressifs dans de nombreux organes. Des traitements existent mais aucun n'est spécifique de la maladie et ils peuvent avoir des effets secondaires graves. Une équipe CNRS de l'Institut de biologie moléculaire et cellulaire de Strasbourg a découvert un fragment de protéine, le peptide P140, capable de traiter des souris atteintes de Lupus. Une série d'essais cliniques a été mise en place par la société alsacienne ImmuPharma France. Les premiers résultats des essais de phase II sur des patients atteints de la maladie sont publiés le 26 novembre sur le site de la revue Arthritis & Rheumatism. Très encourageants, ils confirment que le peptide P140 constituerait un très bon candidat pour traiter spécifiquement cette maladie.
  • Une nouvelle approche d’attaque du lupus a été identifiée
    [2008-01-03] - NEW YORK CITY, 16 décembre 2007 – Les Chercheurs de l’Hospital fot Special Surgery ont identifié deux nouvelles cibles pour les médicaments destinés au contrôle du lupus. Si les laboratoires pharmaceutiques parviennent à développer des médicaments qui atteignent ces cibles, les patients pourront contrôler leur maladie avec moins d’effets secondaires.
  • Découverte d’un Gène du Lupus : Echantillons d’ADN requis !
    [2007-12-06] - Des Chercheurs de Wellcome Trust ont identifié un gène clé impliqué dans la maladie de Lupus qui affecte près de 50.000 personnes au Royaume-Uni, dont la plupart sont des femmes. Le chercheur principal de l’étude a appelé plus de patients à donner des échantillons d’ADN afin de leur permettre d’étendre leur étude sur les causes sous-jacentes de la maladie.
  • Devons-nous traiter les anévrismes cérébraux non rompus ?
    [2007-03-28] - Le Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM) entreprend la plus vaste étude multicentrique internationale sur le traitement des anévrismes cérébraux non rompus. Dirigée par le Dr Jean Raymond, neuroradiologue au CHUM, l'étude sera menée auprès de 2002 patients dans le monde pendant 10 ans, en collaboration avec plusieurs centres de recherche internationaux, et cautionnée notamment par la Société française de neuroradiologie.
  • Premiers essais cliniques prometteurs sur le lupus
    [2006-11-10] - Un candidat-médicament contre le lupus, maladie rare auto-immune inflammatoire chronique, vient de passer avec succès les tests cliniques de phases I et II. Les essais basés sur un peptide thérapeutique issu des recherches du laboratoire Immunologie et chimie thérapeutiques du CNRS, à Strasbourg, sont réalisés par la société ImmuPharma, à qui le CNRS a concédé la licence de son brevet. ImmuPharma s'apprête aujourd'hui à engager les essais cliniques de phase III.
  • Traitement du lupus, maladie auto-immune : l'entrée en bourse d'ImmuPharma finance les essais cliniques
    [2006-02-17] - Pour financer les essais cliniques d'un traitement spécifique du lupus, maladie auto-immune inflammatoire sévère, la société bio-pharmaceutique ImmuPharma fait son entrée en bourse sur le marché anglais (IMM.L). Cette démarche innovante est le fruit d'une collaboration entre ImmuPharma et l'unité Immunologie et Chimie Thérapeutiques du CNRS (Strasbourg), dans la recherche et le développement de candidats-médicaments à base de structures peptidiques dans des domaines thérapeutiques où il existe des besoins majeurs non encore couverts.

Actualités industrie santé (23 résultats) +

Pratique médicale (1 résultats) +

Publicité
Les + lues: Actualités scientifiques

Plus encore:

---

Suivez nous...

google plus Facebook twitter Newsletter

---


---

Plan du site

Emploi