Publicité

---

Pratique médicale

[2013-05-02] - En France, même si trois femmes sur quatre disposent d’une contraception, les échecs contraceptifs restent fréquents : une grossesse sur trois est non prévue et la moitié conduit à une interruption volontaire de grossesse. La Haute Autorité de Santé a été saisie pour évaluer l’efficacité de la prescription à l’avance de la contraception d’urgence sur la réduction du nombre grossesses non prévues et sur ses conséquences éventuelles sur la couverture contraceptive et le risque d’infections sexuellement transmissibles.


[2013-04-24] - la HAS consulte le monde associatif Depuis sa création, la Haute Autorité de santé (HAS) implique les patients et usagers du système de santé dans l’élaboration de ses travaux. En 2008, elle a reconnu aux représentants d’usagers le statut d’expert. Aujourd’hui, elle souhaite faire évoluer cette coopération afin de mieux prendre en compte leurs attentes. Pour cela, elle s’appuie sur une série d’échanges avec les représentants d’associations.


[2013-03-29] - La Haute Autorité de Santé diffuse aujourd’hui deux documents sur la contraception : la liste des méthodes contraceptives avec un focus sur les méthodes les plus efficaces disponibles et une fiche mémo. Ces documents doivent permettre aux professionnels de santé de discuter et choisir avec la femme, l’homme ou le couple la méthode la plus adaptée à leur profil dans l’objectif d’éviter les échecs de la contraception et les grossesses non désirées. Fin avril, cette publication sera complétée par des fiches mémo pour chacune des situations cliniques particulières identifiées ainsi que d’une analyse des moyens d'accès à la contraception et des freins à ce dernier.


[2013-03-28] - La maladie d’Alzheimer et maladies apparentées touchent près de 7 millions de personnes en Europe, et environ 20 millions d’aidants familiaux. Prendre en charge les malades et leur entourage constitue en cela une priorité de santé publique et un réel défi pour les systèmes de santé pour chacun des Etats membres de l’Union Européenne. Lancée en 2011, l’action conjointe ALCOVE - Alzheimer COoperative Valuation in Europe – se conclut aujourd’hui avec la publication de recommandations destinées à préserver la qualité de vie, l’autonomie et les droits des personnes malades et de leurs aidants.


[2013-03-25] - Le directeur de la Haute Autorité de Santé (HAS), Dominique Maigne, annonce la création d’une mission dédiée à la sécurité du patient au sein de la direction de l’amélioration de la qualité et de la sécurité des soins à compter 27 février 2013.


[2013-03-12] - La Haute Autorité de Santé (HAS), en partenariat avec l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), publie aujourd’hui un guide d’analyse des pratiques dans les trois secteurs faisant usage des rayonnements ionisants : la radiologie, la médecine nucléaire et la radiothérapie. Des programmes d’amélioration des pratiques, élaborés avec l’ensemble des professionnels concernés par la radioprotection, sont proposés pour permettre de mieux sécuriser le parcours du patient exposé aux rayonnements ionisants.


[2013-02-18] - La Haute Autorité de Santé (HAS) a évalué la pertinence de la mise en place d’un programme de dépistage des anévrismes de l’aorte abdominale sous-rénale (AAA). La prise en charge et les traitements des AAA réduisant la mortalité liée à l’anévrisme à moyen et long terme, la HAS préconise la mise en place d’un dépistage ciblé opportuniste unique* par écho-doppler chez les personnes à risque. Le médecin le proposerait ainsi une fois aux hommes entre 65 et 75 ans fumeurs ou ayant été fumeurs ainsi qu’aux hommes entre 50 et 75 ans présentant des antécédents familiaux.


[2013-02-14] - Depuis plusieurs mois, des affaires ont secoué le monde de la santé. Le scandale du Mediator mais également celui des prothèses mammaires, les débats autour des pilules de 3ème génération ont pu entamer la confiance des Français dans le système de santé. La sortie annoncée dans les prochains jours d’un nouveau livre très critique sur les statines risque d’augmenter encore cette défiance à l’égard des traitements existants et de ceux qui les prescrivent chaque jour pour soigner.


[2013-02-13] - En 2009, 2,7 millions de personnes étaient traitées par médicament pour un diabète de type 2, soit environ 4,6% de la population française. Mal ou non soigné, le diabète de type 2 peut entraîner des complications graves et coûteuses. Le contrôle de la glycémie (sucre dans le sang), un accompagnement et un traitement adaptés permettent d’éviter ou de retarder ces complications. La Haute Autorité de Santé (HAS) et l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) diffusent ce jour une recommandation de bonne pratique pour aider les professionnels de santé à définir la stratégie médicamenteuse la plus adaptée pour le contrôle glycémique de leurs patients.


[2013-02-12] - La Haute Autorité de Santé publie ce jour une recommandation de bonne pratique sur le transfert en urgence entre les établissements de santé des femmes enceintes ayant eu une complication pendant leur grossesse. Elle vise à optimiser la prise en charge des femmes enceintes et prolonge les travaux de 2007 sur le suivi et l’orientation des femmes enceintes en fonction des situations à risque identifiées.


[2013-02-04] - Depuis le début de l’année 2012, la haute autorité de santé (HAS) et la direction générale de l’offre de soins (DGOS) ont initié des travaux communs afin d’encourager la modernisation des systèmes d’information hospitalier (SIH), enjeu majeur de la politique d’amélioration de l’organisation des soins. Cet objectif partagé par la DGOS, au travers du programme Hôpital numérique et par la HAS, au travers de la certification des établissements de santé, va se concrétiser par une série d'actions visant à optimiser l'évaluation de la dimension « systèmes d'information » (SI), déjà intégrée dans la démarche de certification depuis son lancement.


[2013-01-30] - Après avoir publié en 2012 un état des lieux de la simulation en santé*, la Haute Autorité de Santé (HAS) poursuit son engagement dans ce domaine afin de permettre aux professionnels de santé de le développer et de le structurer. Pour cela, elle publie aujourd’hui un guide de bonnes pratiques à destination des équipes qui souhaitent utiliser la simulation pour renforcer la sécurité du patient et la gestion des risques.


[2013-01-23] - En matière de sécurité du patient, la Haute Autorité de santé a pour objectif de réduire le nombre d’évènements indésirables liés aux soins. Parmi les leviers dont elle dispose, l’accréditation en constitue un volet important. Cette démarche de gestion des risques médicaux basée sur le volontariat des médecins doit permettre d’améliorer la qualité des pratiques professionnelles, de réduire le nombre d’événements indésirables associés aux soins et d’en limiter les conséquences. Pour être accrédités, les médecins, au sein de leur spécialité, déclarent chaque année des évènements porteurs de risques (EPR) et participent à un programme de réduction des risques incluant la mise en œuvre de recommandations et des formations spécifiques. La HAS dresse le bilan de cette démarche mise en place depuis 6 ans et présente de nouveaux outils mis au point : Solutions pour la Sécurité des Patients (SSP) et EPR remarquables.


[2012-12-27] - A partir du 1er janvier 2013, les professionnels de santé devront satisfaire, tous les ans, à une obligation de Développement Professionnel Continu (DPC). Pour répondre à cette obligation, ils devront s’inscrire dans un programme annuel ou pluriannuel de DPC. La HAS vient de valider la liste des méthodes et des modalités de DPC. Cette liste précise les exigences méthodologiques portant sur les programmes, les supports utilisés, les intervenants et la traçabilité de l’engagement des professionnels.


[2012-12-13] - Rencontres régionales - Lille 13 décembre 2012 La Haute Autorité de Santé (HAS) a réuni ce 13 décembre à Lille les acteurs locaux du monde de la santé* afin d’échanger avec eux sur plusieurs thèmes comme les nouvelles modalités d’exercice, la chirurgie ambulatoire ou la certification des établissements de santé. Sur ce dernier sujet, la HAS a organisé une table ronde afin de présenter et débattre des nouvelles méthodes de visite qu’elle mettra en place dans le cadre de la certification des établissements de santé.


[2012-11-26] - Pour une politique de transparence dans les établissements de santé Dans le cadre de la deuxième édition de la semaine de la sécurité des patients, qui se tient du 26 au 30 novembre 2012, Jean Debeaupuis, directeur général de l’offre de soins et le professeur Jean-Luc Harousseau, président de la Haute Autorité de Santé (HAS), ont restitué ce jour les résultats des indicateurs de qualité et de sécurité des soins 2011.


[2012-11-21] - La Haute Autorité de Santé (HAS) a élaboré une recommandation de bonne pratique sur les méthodes de rééducation de la fonction motrice chez l’adulte destinée à l’ensemble des professionnels de santé concernés par la prise en charge des personnes qui ont fait un accident vasculaire cérébral (AVC). Cette recommandation s’inscrit dans le cadre du Plan National « Accidents Vasculaires Cérébraux 2010-2014 » élaboré par le Ministère chargé de la santé.


[2012-11-13] - La direction générale de l’offre de soins (DGOS) et la Haute Autorité de Santé (HAS) ont lancé en juillet dernier le projet de recherche « Incitation financière à l’amélioration de la qualité » (IFAQ), par le biais d’un appel à candidatures auprès des établissements de santé, publics et privés exerçant une activité MCO.


[2012-10-24] - Les établissements de santé sont à la fois un lieu d’excellence médicale et un lieu de vie pour les patients qui y sont pris en charge et pour les professionnels qui y travaillent. Parfois, cette double fonction entraîne de la maltraitance ordinaire, crée chez le patient ou ses proches un sentiment d’abandon, de non écoute. Dès 2010, la Haute Autorité de Santé s’etait mobilisée sur le sujet. Pour y répondre et pour entraîner plus loin les équipes de professionnels de santé, la HAS promeut une démarche de bientraitance dans les établissements. Elle publie aujourd’hui avec la FORAP (Fédération des Organismes Régionaux et territoriaux pour l’Amélioration des Pratiques et organisations en santé) représentant les professionnels de santé, un guide regroupant de nombreux outils concrets, testés et validés par les professionnels eux-mêmes dont le déploiement proposé s’appuie sur une stratégie impliquant les usagers et leurs représentants.


[2012-10-18] - Faire une endoscopie à un patient coronarien traité par antiagrégants plaquettaires induit des risques d’hémorragie et de thrombose importants. Pour aider les professionnels de santé à choisir la prise en charge la plus sûre et permettre une meilleure information du patient, la Société Française d’Endoscopie Digestive (SFED) et la Haute Autorité de Santé (HAS) ont élaboré en partenariat des recommandations professionnelles. Quatre fiches de synthèse spécifiques sont également publiées : une en gastro-entérologie, une en proctologie, une en urologie et une en pneumologie.


1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 suivant
Publicité
Publicité
Les + lues: Actualités scientifiques

Plus encore:

---

Suivez nous...

google plus Facebook twitter Newsletter

---


---

Plan du site

Emploi