Publicité

---

Encyclopédie médicale
17-07-2013
Noma (maladie) - Encyclopédie médicale

Noma (maladie)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Noma.

Le cancrus oris, gangrène de la bouche, autrefois sphacèle de la bouche[1] ou plus simplement noma (du grec numein : dévorer)[2] est une forme de stomatite gangréneuse foudroyante qui se développe dans la région de la bouche et du nez[3] et plus rarement autour des yeux, sur les organes génitaux[4] (scrotum) et/ou dans la région périnéale[5].

Cette maladie ravage atrocement le visage en détruisant, à la fois, les muqueuses, les gencives, les tissus mous, musculaires et osseux de la face. Le noma touche principalement les prématurés et enfants malnutris en bas âge (moins de 6 ans). Ses causes sont principalement le manque d'hygiène, la malnutrition (on l'a autrefois associé au scorbut, en le nommant cancer scorbutique[6]) ainsi que les maladies infectieuses (qui induisent une baisse des défenses immunitaires et facilitent l'installation et le développement du cancrus oris). Par ailleurs, le noma est souvent associé à des conditions de pauvreté extrême[7].

Historique[modifier | modifier le code]

Le noma est déjà connu dans l'Antiquité de médecins comme Hippocrate (Ve siècle apr. J.-C.)[2] qui le désigne comme sphákelos et sphakelimós (gangrène sèche)[8] de la mâchoire, dans Épidémies, VII, 113 :

« A Cardia, chez le petit enfant de Métrodoros, à la suite d'une douleur de dents, gangrène sèche de la mâchoire, bourgeonnement charnu terrible sur les gencives ; il y eut une suppuration modérée ; les molaires et la mâchoire tombèrent »[9].

Plusieurs cas du même genre sont traités dans Épidémies, IV, 19 et V, 4 et 100. À partir du Moyen Âge, les descriptions se multiplient en Europe, et deviennent de plus en plus précises.

Il est décrit en Hollande par Batthus en 1620, qui critique l'appellation populaire de « chancre d'eau » (water canker) parce que la lésion évolue plus vite et différemment qu'un cancer[7], ou tout autre chancre ou ulcération.

Pour certains, le terme de « noma » a été inventé par Cornelis Van Voorde en 1680, il signifie au sens métaphorique : « s'étendre dans le pus ». Pour d'autres, c'est en 1762 que Lund utilise le terme « noma » pour la première fois pour décrire une gangrène de la bouche chez deux enfants.

Van Swieten l'évoque en 1744. En 1776, Joseph Plenck le citait comme une maladie s'observant chez les enfants de cinq ans, le plus souvent dans les orphelinats.

La littérature médicale est encore plus abondante au XIXe siècle, qui voit aussi naître diverses méthodes de chirurgie réparatrices. Richter écrit sur la maladie en 1821 ; puis Coates en 1826 ; une première monographie sur le noma est publiée par Richter en 1829, qui le décrivait comme étendu dans toute l'Europe depuis plusieurs siècles. Rillet et Barthez publient sur le sujet en 1843 et Meigs en 1848.

En 1848, Tourdes utilise pour la première fois le terme latin : cancrum oris en donnant lui donnant une définition claire, toujours valable au début du XXIe siècle [2]:

« Une maladie gangréneuse de la bouche et de la face des enfants vivant dans de mauvaises conditions d'hygiène, à la suite de maladies affaiblissantes, en particulier les fièvres éruptives, débutant par un ulcère de la muqueuse orale, qui s'étend rapidement pour détruire les tissus mous et osseux de la face - et presque toujours fatale[1] »[10].

Au XXe siècle, avec l'amélioration de l'hygiène, du statut nutritionnel, le déclin de la rougeole et des autres fièvre éruptives de l'enfant, le noma a disparu des pays industrialisés, à l'exception des cas décrits dans les camps de concentration nazis d'Auschwitz et de Bergen-Belsen pendant la Seconde Guerre mondiale. Il se fait encore plus rare dans les pays riches avec l'apparition des antibiotiques (sulfamides et pénicilline) mais des cas sporadiques sont encore décrits chez des adultes immunodéprimés, patients atteints d'hémopathies malignes ou du SIDA[2].

Épidémiologie[modifier | modifier le code]

Le noma est une pathologie pour laquelle il est difficile d’avoir des chiffres précis concernant l’incidence et la prévalence, cela est dû à un fort taux de mortalité, et une difficulté d’enregistrer, de contrôler et de faire un suivi des personnes atteintes par cette pathologie. Aussi, les malades se retrouvent très souvent isolées et stigmatisées socialement[11] ce qui rend difficile l’accès aux informations statistiques utiles pour la recherche. Cependant, des estimations ont été faites selon une étude en 2010 indiquant une incidence annuelle de 140 000 et une prévalence de 770 000 cas[11].

Les populations touchées par le noma sont principalement issues de pays atteints par la pauvreté. En Afrique, dans le Sud du Sahara jusqu’en Éthiopie, en passant par le Sénégal[11], cette pathologie est un véritable problème de santé publique. Les pays développés sont aussi atteints puisqu’une étude récente a constaté des cas isolés concernant des personnes immuno-déprimées[11].

Plusieurs caractéristiques ont été identifiées dans les populations touchées par le noma[11] :

  • Une extrême pauvreté
  • Une malnutrition sévère : elle semblerait être le facteur de risque le plus important de survenue du noma[11]
  • Des pratiques de soins bucco-dentaires limitées
  • Un fort taux de mortalité infantile. Nombreux sont les enfants touchés dans les pays du tiers-monde, mais particulièrement en Afrique subsaharienne où son taux d'incidence parmi les enfants de moins de six ans atteint 1 pour 1 000 par an14. Dans le monde, la plupart des enfants atteints de noma ont seulement entre 1 et 4 ans.
  • de manière générale, un accès limité aux soins de qualité

Il a aussi été reporté une augmentation de l’incidence de la maladie de noma chez les personnes affectées par le virus du sida (VIH)[11].

Selon Costini et al. (1994)[12], un certain nombre de facteurs pourraient augmenter de façon importante le nombre de cas de noma tels que :

  • l'étiopathogénie encore mal comprise de la maladie
  • le nombre croissant de guerres dans les pays du tiers monde
  • une épidémie de sida (ou toute maladie pouvant gravement affaiblir le système immunitaire)
  • la sous-estimation de la maladie depuis de nombreuses années.

Mécanisme/Microbiologie[modifier | modifier le code]

L'étiologie de cette maladie est encore mal comprise [2], mais elle serait très probablement de nature multifactorielle (hygiène de vie, bactéries etc). Étant donné que les microorganismes potentiellement impliqués ne sont pas cultivables, leurs rôles spécifiques dans la pathogenèse n’ont pas été expliqués [11] mais ils sont tout de même suspectés d’avoir une relation avec le noma.

Des facteurs précurseurs à la maladie tels que des fonctions immunitaires faibles, une malnutrition, ou une infection virale peuvent être aggravés par un manque d’hygiène buccale. Ceux-ci peuvent alors mener au développement d’ulcères. Ces lésions constituent un milieu favorable pour des micro-organismes pathogènes.

Une origine infectieuse a été suspectée dès 1907, avec un certain nombre de d’agents potentiellement pathogènes qui ont été trouvés en abondance dans les zones infectées, mais qui étaient également présents sur la peau d'enfants dénutris mais indemnes de noma, parmi eux [11] :

  • Prevotella melaninogenica
  • Corynebacterium pyogenes
  • Fusobacterium nucleatum
  • Bacteroides fragilis
  • Bacillus cereus
  • Prevotella intermedia
  • Fusobacterium necrophorum

Selon une étude publiée par Ghosa et al. en 1978 [5], pour 35 cas de noma apparus au stade néonatal (généralement mortels en trois jours), la bactérie Pseudomonas aeruginosa a été retrouvée dans le sang, les zones gangrenées, les prélèvements rectaux ainsi que dans le liquide céphalo-rachidien. Les vaisseaux sanguins irriguant le derme profond ou l'hypoderme étaient également touchés. En revanche, chez les enfants plus âgés (et les adultes) le noma semble plutôt être dû à une fusospirochætose[5].

Le rôle de la pauvreté est prédominant. Ainsi, le noma se fait plus fréquent au cours de la saison sèche lorsque le risque de famine est maximal. En effet, il n'a jamais été décrit chez l'enfant bien nourri. Les rôles respectifs de la dénutrition et des mauvaises conditions d'hygiène restent cependant à déterminer.

L’implication d'un déficit immunitaire a aussi été évoqué [13], celui-ci pouvant être secondaire à la dénutrition mais aussi consécutif à certaines maladies (SIDA).

Description[modifier | modifier le code]

Séquelle de Noma chez un homme adulte.

La maladie se présente essentiellement par une ulcération extensive, le plus souvent unilatérale, débutant au niveau des gencives et s'étendant aux lèvres et à la joue. L'ulcération atteint couramment les muscles sous-jacents laissant apparaître une plaie béante et parfois les tissus mous et osseux de la face. Elle est accompagnée d'une odeur putride.

Elle survient chez un enfant en mauvais état général : enfant souffrant de sous nutrition et vivant dans des conditions de précarité extrême.

Selon Costini & al (1994) [12], la dénomination de noma ne doit être accordée qu'aux processus nécrotiques qui correspondent aux symptômes du noma, mais à origine endobuccale (commençant dans la bouche).

Évolution[modifier | modifier le code]

Les premiers signes du noma se manifestent par une stomatite localisée. En 24 à 48 heures, la stomatite évolue en petites plaies (lésions ulcéreuses) [14] très douloureuses, se situant à l’intérieur des joues ou sur les gencives qui peuvent saigner (gingivite ulcéro-nécrotique). Ces signes peuvent être associés à de la fièvre, de la soif, de la pâleur et une perte d’appétit.

Il existe d’autres manifestations systémiques de la maladie telles qu’une tachycardie, une fréquence respiratoire élevée, une lymphadénopathie, un œdème généralisé ou une ascite [11].

Les antécédents médicaux révèlent une infection virale ou parasitaire (rougeole, paludisme) récente, une fièvre récurrente ou une diarrhée [11].

Si la victime n’est pas prise en charge avec un traitement, les tissus commencent à se nécroser et à se décomposer, des boursouflures apparaissent, avec des marques sombres à noires sur les chairs.

Progression d'un noma.

La nécrose détruit alors en quelques jours la chair et souvent les parties osseuses. Une escarre et une croûte se forment, laissant, après la chute de cette dernière, un trou béant dans le visage. Après environ 3 semaines [15], c’est la fin de la phase aiguë de la maladie. La cicatrisation débute alors [15]. Elle se traduit par la formation d'un tissus très fibreux et des rétractions tissulaires [15]; ces dernières peuvent induire une constriction permanente de la mâchoire (« par bloc ostéo-fibreux coronoïdo-malaire »), une rétraction  de la paupière ou des paupières et parfois par une déformation de parties non touchées du visage [12]. La douleur peut en outre gêner l'ouverture de la bouche et donc la mastication et la respiration, ce qui encourage une arthrose temporomandibulaire [15]. Les muscles masticatoires peuvent s'ossifier, ou une synostose maxillo-mandibulaire peut apparaître (dans ces deux derniers cas l'ouverture de la bouche devient impossible) [15]. Il existe d’autres complications telles qu’une hypoplasie maxillaire ou mandibulaire, une fistule oro-nasale, ou un dommage permanent des bourgeons dentaires [11].

La maladie aboutit, sans traitement, au décès dans près de 80 % des cas. La mort est généralement due à un choc septique, à l'inhalation de tissus nécrosés ou à des complications liées à une maladie sous-jacente (rougeole, paludisme, typhus, tuberculose ou sida) [16].

Résultat d'un noma.

Elle laisse, sinon, de lourdes séquelles fonctionnelles (difficulté de mastication, d'élocution, incontinence orale…), esthétiques et psychologiques (défiguration). Une estimation de 2011 porte à 770 000 le nombre de personnes guéries mais touchées de lourdes séquelles [15]. Or, ces séquelles, surtout si la maladie n'a pas été traitée précocement, concourent aussi à entretenir un risque de dénutrition et de troubles métaboliques, ainsi qu’une haute morbidité psychiatrique (la chirurgie dite réparatrice est alors aussi une chirurgie vitale).

Principes du traitement[modifier | modifier le code]

Une prise d’antibiotique est essentielle dans le traitement du noma. Du métronidazole ou d'autres antibiotiques à large spectre (efficaces sur une grande variété de germes) doivent être administrés par voie parentérale pendant une dizaine de jours 12.

Ce traitement médicamenteux s’accompagne impérativement d’une correction de plusieurs troubles : la déshydratation, les déséquilibres en électrolytes, les carences en vitamines, et l’anémie par le fer [14]. Le patient doit aussi adopter un régime alimentaire hyper protéiné [17],[18], si nécessaire avec une sonde nasogastrique ou par intraveineuse selon la gravité de l’atteinte de la région naso-buccale. Les maladies causées par des parasites comme la malaria ainsi que les atteintes infectieuses et stomatologiques doivent être traitées systématiquement [14].

Le patient doit prendre des bains de bouche désinfectants quotidiennement à base de chlorhexidine gluconate (0.12-0.2%). L’ulcère doit aussi être nettoyé régulièrement avec du péroxyde d’hydrogène dilué, de l’EUSOL (Edinburgh University Solution of Lime) ou une solution saline. Il est important que tous les tissus nécrosés soient retirés [11]. Une rééducation est également nécessaire lors de la cicatrisation afin d'éviter des problèmes d'ouverture de la bouche.

Dans les cas les plus aigus, le patient peut subir une transfusion sanguine [17],[18].

Une prise d’antibiotiques associée à une bonne alimentation et hygiène est indispensable au traitement de la maladie. Plus sa détection est précoce, plus les chances de survie sont élevées car les lésions à ce stade peuvent être éliminées par des traitements antibiotiques conventionnels [19]. Néanmoins, si le patient survit à la maladie, ils en gardent des séquelles faciales, fonctionnelles et esthétiques [14]. Dans ce cas, une chirurgie reconstructrice peut être envisagée.

Traitement chirurgical[modifier | modifier le code]

Suite à la réalimentation du patient et à la cicatrisation des chairs, la réparation chirurgicale des lésions du visage est envisageable mais difficile, avec des résultats imparfaits, notamment concernant l'ouverture de la bouche et le mouvement des mâchoires (fonction mandibulaire)18. Elle est cependant vitale dans de nombreux cas car la maladie cause des déformations du visage et des voies aériennes supérieures qui finissent bien souvent par rendre impossible l’alimentation du patient si aucune chirurgie réparatrice n’est effectuée. Elle vise aussi à rétablir du mieux possible l’esthétique d’origine des tissus lésés. Les risques associés à l’opération sont des risques anesthésiques ou de récidive.

La chirurgie dépend du plateau technique disponible et du niveau de formation des chirurgiens. En effet, cette maladie concerne principalement les pays en voie de développement qui sont limités en matériel et personnel médical.

On peut distinguer trois situations d’intervention chez l’enfant atteint de noma [14] :

  • Les lésions avec retentissement fonctionnel (gêne respiratoire, ingestion d’aliments difficile…), où il faut intervenir dès que l’enfant se présente à l’hôpital.
  • La constriction permanente des mâchoires où il faut attendre l’âge de 11 ou 12 ans pour intervenir, car les déformations osseuses seront limitées tant que la croissance mandibulaire n’est pas terminée, et l’enfant réagira mieux à la rééducation post-chirurgicale.
  • Les lésions sans retentissement fonctionnel, où il est préférable d’attendre l’adolescence pour intervenir, ce qui permet de bénéficier de tissus mobilisables en plus grande quantité.

Des précautions doivent être prises lors de l'anesthésie en raison des effets de la maladie sur le début des voies aériennes supérieures. La déformation du visage rend la ventilation au masque délicate, car l’étanchéité du masque ne peut pas être garantie. Une alternative proposée est alors l’intubation trachéale, par voie orale ou nasale selon les cas. Elle consiste, en passant par la bouche ou par le conduit nasal, à introduire une sonde dans la trachée pour permettre la ventilation mécanique pendant l’opération. Si aucune de ces techniques n’est réalisable, une trachéotomie chirurgicale peut être proposée. Celle-ci présente l’avantage d’être effectuée à distance des lésions, donc de rendre sa réalisation plus facile [15].

Le but principal visé lors de l’opération chirurgicale est de rétablir la fonction masticatrice en levant la constriction permanente des mâchoires [14]. Les procédures dépendent de la localisation des tissus infectés et du type de lésions. Les muscles masticateurs pouvant gêner l’ouverture buccale sont largement décollés et du tissu richement vascularisé est greffé pour éviter une récidive (40% des cas) [14]. Il faut s’assurer que la couverture cutanée et la doublure muqueuse n’ont pas été altérées, et que la reconstruction des plans musculaires et osseux est effective [14]. Il est également possible de créer une nouvelle articulation reproduisant la fonction masticatrice [14].

La rééducation des articulations à l’aide d’appareils, aussi appelée mécanothérapie, est très importante puisqu’elle permet de limiter les risques de récidive.

Prévention[modifier | modifier le code]

La prévention de la maladie se fait par :

  • une bonne alimentation de la mère avant et durant la grossesse, ainsi que durant l'allaitement,
  • l'accès à l'eau potable.
  • une alimentation équilibrée (évitant ainsi la malnutrition).
  • l'hygiène (avec une pratique régulière de bonnes habitudes concernant l'hygiène buccale), ce qui passe par une réduction de la pauvreté.
  • la promotion de l'allaitement exclusif dans les 3-6 premiers mois de vie,
  • des soins prénataux optimaux et accordés en temps opportun.
  • la vaccination contre les maladies courantes de l'enfance pourraient aussi contribuer à le prévenir selon Enwonwu & al.[18]

Le noma restant méconnu dans les zones géographiques où il sévit, il est essentiel de préventivement informer les populations touchées de manière à favoriser la détection précoce des symptômes, et d'accorder des soins urgents aux enfants victimes des maladies qui jouent le rôle de précurseurs ou du noma lui-même [18].

La prévention de récidive repose essentiellement sur la mécanothérapie. D’autres traitements préventifs, tels que les cures thermales, l’ionisation et la radiothérapie ne sont pas envisageables dans les pays les plus pauvres [14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Tourdes J. (1848) Du noma ou du sphacèle de la bouche chez les enfants. Strasbourg : Faculté de Médecine de Strasbourg.
  2. a, b, c, d et e (en) Baratti-Mayer D, Pittet B, Montandon D, Bolivar I, Bornand J. E, Hugonnet S, ... & Geneva Study Group on Noma (GESNOMA) (2003) « Noma: an “infectious” disease of unknown aetiology » The Lancet infectious diseases, 3(7), 419-431.
  3. Tempest MN (1966), Cancrum oris. Br J Surg. ;53949- 969.
  4. Kwong, P. C., O'Marcaigh, A. S., Howard, R., Cowan, M. J., & Frieden, I. J. (1999). Oral and genital ulceration: a unique presentation of immunodeficiency in Athabascan-speaking American Indian children with severe combined immunodeficiency. Archives of dermatology, 135(8), 927-931.
  5. a, b et c Ghosal, S. P., Gupta, P. S., Mukherjee, A. K., Choudhury, M., Dutta, N., & Sarkar, A. K. (1978). Noma neonatorum: its aetiopathogenesis. The Lancet, 312(8084), 289-291 (résumé).
  6. Weaver, G. H., & Tunnicliff, R. (1907). Noma :(Gangrenous Stomatitis ; Water Cancer; Scorbutic Cancer; Gangrena Oris ; Gangrene of the Mouth.). Journal of Infectious Diseases, 4(1), 8-35. (extrait/1re page de l'article).
  7. a et b Marck K.W (2003) A history of noma, the" Face of Poverty". Plastic and reconstructive surgery, 111(5), 1702-1707.
  8. M. Grmek, Les maladies à l'aube de la civilisation occidentale, Payot, (ISBN 2-228-55030-2), p. 499.
  9. cité par M. Grmek 1983, op. cit, p. 498.
  10. cité par Barrati 2003, p. 419.
  11. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m (en) Ashok, N., Tarakji, B., Darwish, S., Rodrigues, J. C., Altamimi, M. A., « A Review on Noma: A Recent Update », sur https://www.ncbi.nlm.nih.gov/, (consulté en 2017)
  12. a, b et c Costini, B., Larroque, G., Duboscq, J. C., & Montandon, D., [Noma or cancrum oris: etiopathogenic and nosologic aspects], p. Médecine tropicale : revue du Corps de santé colonial, 55(3), 263-273.
  13. Rotbart HA, Levin MJ, Jones JF et al, « Noma in children with severe combined immunodeficiency », J Pediatrics,‎
  14. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Thiery, G., Liard O., Duboscq, J. C., « Traitement du noma », sur http://www.jle.com/, (consulté en 2017)
  15. a, b, c, d, e, f et g Lacroix G, Prunet B, Bordes J, Asencio Y, Montcriol A, Ledantec P, Kaiser E, « Gestion des voies aériennes supérieures pour l’anesthésie du noma », sur http://www.jle.com/, (consulté en 2017)
  16. (en) Br J Surg, « Cancrum oris. », Tempest MN,‎
  17. a et b (en) Auluck, A., Pai, K. M., « Noma: Life Cycle of a Devastating Sore –– Case Report and Literature Review », sur http://www.cda-adc.ca/, (consulté en 2017)
  18. a, b, c et d (en) Enwonwu CO, Falkler WA Jr, Phillips RS., « Noma (cancrum oris) », sur https://www.ncbi.nlm.nih.gov/, (consulté en 2017)
  19. (en) Ogbureke K. U. E., and Ogbureke, E. I., « NOMA: A Preventable “Scourge” of African Children », sur https://www.ncbi.nlm.nih.gov/, (consulté en 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bendl BJ, Padmos A, Harder EJ, McArthur PD (1983) Noma: report of three adult cases. Australas J Dermatol ; 24:115–21
  • Bourgeois DM & Leclercq MH (1999) The World Health Organization initiative on noma. Oral Dis ;5:172–74.
  • Bourgeois DM, Diallo B, Frieh C, Leclercq MH (1999). Epidemiology of the incidence of oro-facial noma : a study of cases in Dakar, Senegal, 1981–1993. Am J Trop Med Hyg ; 61:909–13
  • Dijkstra R, Abate-Green C & Yoo MC (1986). Noma. Eur J Plast Surg ; 9:46–51
  • Enwonwu, C. O., Falkler, W. A., & Phillips, R. S. (2006). Noma (cancrum oris). The Lancet, 368(9530), 147-156.
  • Falkler WA Jr, Enwonwu CO & Idigbe EO (1999). Microbiological understandings and mysteries of noma (cancrum oris). Oral Dis ; 5: 150–55
  • Ghosal, S. P., Gupta, P. S., Mukherjee, A. K., Choudhury, M., Dutta, N., & Sarkar, A. K. (1978). Noma neonatorum: its aetiopathogenesis. The Lancet, 312(8084), 289-291 (résumé).
  • Lin JY, Wang DW, Peng CT, Tsai FJ, Chiou YM & Tsai CH (1992) Noma neonatorum: an unusual case of noma involving a full-term neonate. Acta Paediatr ; 81: 720–2
  • Pittet B, Jaquinet A, Montandon D. Clinical experience in the treatment of noma sequelae. J Craniofac Surg (2001) ;

12:273–83

  • Sawyer & al.(1961), Cancrum oris (Noma): past and present. J Dent Child. March-April 1961 ;138- 141
  • Tassonyi E, Lehmann C, Gunning K, Coquoz E, Montandon D. (1990) Fiberoptically guided intubation in children with gangrenous stomatitis (noma). Anesthesiology  ; 73 : 348-9


Article précédent
Article suivant

> Article Mis à jour le 17-07-2013

Source :

Références :

Publicité

Contenu relatif

Actualités médicales scientifiques (16 résultats) +

  • Les drogués partagent avec leurs frères et soeurs des anomalies cérébrales.
    [2012-02-02] - Les drogués et leurs frères et soeurs ont relativement du mal à contrôler leurs impulsions et partagent certaines caractéristiques cérébrales qui ne se retrouvent pas chez d'autres personnes bien portantes indique une étude. Ces anomalies cérébrales pourraient ainsi servir de marqueurs de vulnérabilité à une addiction aux drogues qui peut être surmontée.
  • Une seule anomalie à l'origine des trois manifestations principales de la dyslexie
    [2011-12-22] - Des chercheurs de l'Inserm et du CNRS au sein de l'Unité 960 (« Laboratoire de neurosciences cognitives ») viennent de mettre en évidence qu'une seule anomalie dans une région cérébrale bien précise : le cortex auditif, pourrait être à l'origine des trois manifestations principales de la dyslexie : réussir à manipuler mentalement des sons de parole, difficultés de mémorisation à court terme (capacité à répéter une liste de mots par exemple), et un ralentissement de la capacité de nommer rapidement des séries d'images. Les résultats de ces travaux sont publiés dans la revue Neuron datée du 21 décembre.
  • Une anomalie de la « colle » à la surface cellulaire au cœur de l'invasion tumorale
    [2010-12-13] - Une découverte remarquable sur la prolifération de cellules tumorales au sein d'un tissu normal devrait susciter la mise au point d'outils diagnostiques essentiels et de stratégies visant à juguler la propagation de cellules cancéreuses. Une nouvelle étude menée par des chercheurs de l'Institut et hôpital neurologiques de Montréal de l'Université McGill révèle que la surface de cellules tumorales agressives est dépourvue de la forte « colle » moléculaire qui lie les cellules normales ensemble. Cela permet aux cellules tumorales de se détacher de leurs voisines et de se propager à d'autres régions du corps.
  • Des mutations de séquences non codantes, à grande distance d'un gène, impliquées dans une anomalie de développement
    [2009-02-26] - Les chercheurs de l'Inserm U781 - Université Paris Descartes, à l'Hôpital Necker-EnfantsMalades, ont démontré pour la première fois le rôle des séquences non codantes très conservées entre espèces et très éloignées d'un gène du développement, SOX9, qu'elles contrôlent de manière anormale. Ce travail a été mené sur le locus de la maladie rare dela séquence de Pierre Robin, malformations de la mâchoire et du palais chez l'enfant. Le gène SOX9 était le principal candidat pour expliquer ce syndrome. Mais en comparant des séquences géniques de familles atteintes par la maladie, les scientifiques ont démontré que le gène SOX9 n'était pas altéré. Ils se sont alors intéressés aux séquences d'ADN non codantes très éloignées du gène SOX9 et ont mis au jour leur rôle de régulation sur ce gène. De la même façon, les chercheurs ont démontré l'existence d'altérations génomiques conduisant à une anomalie d'expression de ce gène, spécifique du tissu cranio-facial. Cette découverte, publiée dans Nature Genetics, a des implications importantes en termes de stratégie de recherche de mutations en pathologie moléculaire humaine, ce d'autant plus qu'il s'agit de déserts géniques souvent centrés par un gène majeur du développement. Il s'agit ici de l'un des premiers exemples de mutation de séquences régulatrices non codantes très conservées dans le génome humain, situées à grande distance du gène sur lequel elles agissent.
  • Les « nanomachines » de notre corps mieux comprises
    [2008-12-29] - Montréal, le 18 décembre 2008 – Une découverte par des biophysiciens canadiens et américains promet d'améliorer notre connaissance des canaux ioniques, de petites « nanomachines » ou « nanovalves » présentes dans notre corps et dont le dérèglement peut entraîner des maladies génétiques qui s'attaquent aux muscles, au système nerveux central et au cœur.
  • Le risque de décès chez les enfants souffrant d’anomalies cardiaques est moins élevé dans les hôpitaux spécialisés
    [2008-01-03] - La première étude nationale sur les risques de décès liés à la réparation des anomalies cardiaques congénitales indique que les cas les plus épineux doivent être confiés aux soins des centres régionaux.
  • Création d'un groupe de travail sur les effets des nanoparticules et nanomatériaux sur la santé et l'environnement
    [2007-06-05] - L'Observatoire des Micro & NanoTechnologies (1) (OMNT), accueilli au sein du pôle Minatec (2), en proximité immédiate avec le RTRA (3) «Nanosciences aux limites de la nanoélectronique», a annoncé la création d'un groupe de travail multidisciplinaire chargé d'assurer une veille scientifique sur les effets des nanoparticules et nanomatériaux sur la santé et l'environnement. L'objectif est de permettre à des non spécialistes de se tenir informés de l'évolution de ce domaine au travers de documents de synthèse qui présenteront de manière objective les résultats les plus marquants parus dans le monde.
  • Création d'un groupe de travail sur les effets des nanoparticules et nanomatériaux sur la santé et l'environnement
    [2007-05-27] - L'Observatoire des Micro & NanoTechnologies (1) (OMNT), accueilli au sein du pôle Minatec (2), en proximité immédiate avec le RTRA (3) «Nanosciences aux limites de la nanoélectronique», a annoncé la création d'un groupe de travail multidisciplinaire chargé d'assurer une veille scientifique sur les effets des nanoparticules et nanomatériaux sur la santé et l'environnement. L'objectif est de permettre à des non spécialistes de se tenir informés de l'évolution de ce domaine au travers de documents de synthèse qui présenteront de manière objective les résultats les plus marquants parus dans le monde.
  • Confirmation de la présence d'anomalies multiples du tronc cérébral dans le syndrome infantile de la mort subite
    [2006-11-04] - L'article est publié dans le JAMA du 1er novembre 2006 (2006;296:2124-2132) par le Dr David S. Paterson, PhD; et collaborateurs. Les neurones sérotoninergiques de la moelle, (5-hydroxytryptamine [5-HT]), aident la fonction homéostatique. Des anomalies, précédemment décrites de la 5-HT ont été identifiées chez les enfants décédant de mort subite, suggérant que la dysfonction médullaire 5-HT peut être responsable d'un certain nombre de sous-ensembles de cas de ces décès.
  • L'ajout d'acide folique alimentaire a réduit le taux des anomalies à la naissance aux USA
    [2005-09-16] - L'ajout d'acide folique à la nourriture a produit une baisse d'un tiers des anomalies sévères du cerveau et de la moelle épinière, mais March of Dimes exhorte les fonctionnaires fédéraux américains d'aider à prévenir ces anomalies chez un plus grand nombre de bébés en augmentant les taux d'acide folique dans les aliments.
  • Des nanomachines qui font bouger les cellules
    [2004-10-29] - Les mouvements et les changements de forme des cellules sont dus à l'auto-assemblage de molécules d'actine en filaments microscopiques. Le groupe de Marie-France Carlier (CNRS, Gif-sur-Yvette) a montré comment la formine, une protéine associée à l'extrémité des filaments d'actine, catalyse leur croissance rapide. La croissance d'un filament unique à partir d'une molécule de formine fixée sur une microbille a été observée en vidéomicroscopie in vitro (films disponibles), dans des conditions contrôlées qui miment le milieu cellulaire.
  • Une anomalie dans la réponse cérébrale à la perception de la voix humaine dans l'autisme .
    [2004-08-19] - 19/08/04 - Une étude menée au sein de l'équipe mixte Inserm-CEA « Imagerie Cérébrale en Psychiatrie » au Service Hospitalier Frédéric Joliot révèle une incapacité des autistes à activer les aires cérébrales spécifiques de la reconnaissance de la voix humaine.
  • Première démonstration d’une nouvelle méthode non-invasive de diagnostic prénatal d’anomalies génétiques
    [2003-03-19] - 19/03/03 - L’équipe de Patrizia Paterlini-Bréchot (Unité Inserm 370 « Carcinogénèse hépatique et virologie moléculaire », Faculté et Hôpital Necker-Enfants Malades) a mis au point et démontré l’efficacité de la première technique non-invasive pour le diagnostic prénatal d’une maladie génétique : l’amyotrophie spinale. Cette méthode de dépistage s’appuie sur une simple prise de sang de la future maman pour analyser les cellules du foetus*. La première application de cette méthode, publiée dans The Lancet, réalisée sur 12 femmes enceintes présentant, pour leur enfant, des risques d’amyotrophie spinale, montre que la technique est sûre et reproductible. Après une phase de validation à plus large échelle, elle pourrait donc constituer une alternative de diagnostic prénatal fiable, précoce, rapide et non-invasif.
  • Identification de gènes causant des anomalies dans le métabolisme de vitamine B12
    [2002-12-10] - 10 décembre 2002 - Des chercheurs de l'Université de Calgary et de l'Université McGill ont identifié les gènes associés à deux maladies graves du métabolisme de la vitamine B12. Appelées formes cblA et cblB de l'acidurie méthylmalonique, ces deux maladies peuvent entraîner des lésions cérébrales, l'arriération mentale et même la mort si elles ne sont pas dépistées au cours de la petite enfance.
  • Cellules foetales dans le sang maternel: Les promesses d'un diagnostic prénatal non invasif des anomalies génétiques .
    [2002-01-21] - 21/01/02 - Le diagnostic prénatal d’une anomalie génétique impose la réalisation d’une amniocentèse ou d’une biopsie de villosités choriales*, avec le risque de provoquer une fausse-couche (jusqu'à 1 % des cas). Pouvoir disposer d’une méthode sûre pour détecter avec certitude des cellules foetales dans le sang maternel serait une avancée majeure, ouvrant la voie à un diagnostic précoce sans risque. L’équipe de Patrizia Paterlini-Bréchot (unité Inserm 370, laboratoire de biochimie A, CHU Necker Enfants Malades) vient de faire un grand pas dans ce sens en mettant au point un procédé fiable, non invasif, permettant de sélectionner les cellules foetales circulant dans le sang maternel, puis de confirmer leur origine foetale.
  • Les attentes et la cocaïnomanie
    [0000-00-00] - En ajustant un modèle informatique sur l’apprentissage naturel, un chercheur suggère une explication partielle pour plusieurs aspects de la toxicomanie, y compris pourquoi les gens continuent souvent à choisir une drogue particulière.

Actualités industrie santé (4 résultats) +

Publicité
Les + lues: Actualités scientifiques

Plus encore:

---

Suivez nous...

google plus Facebook twitter Newsletter

---


---

Plan du site

Emploi