Publicité

---

MALADIES VIRALES

[2013-10-01] - Des scientifiques de l’Institut Pasteur et de l’Inserm ont identifié plusieurs protéines humaines comme cibles thérapeutiques inédites pour lutter contre le virus du sida. Ces dernières participent à un mécanisme cellulaire complexe découvert par les chercheurs qui entraîne le blocage de la réplication du VIH dans un type de cellule particulier, les macrophages. Ces découvertes constituent une base théorique solide pour la mise au point de stratégies thérapeutiques complémentaires aux trithérapies actuellement employées. Ce travail fait l’objet d’une publication le 30 septembre sur le site des Proceedings of the National Academy of Sciences.


[2013-05-06] - Des scientifiques de l'Institut Pasteur, de l'Inserm et du CNRS, ont identifié un facteur cellulaire humain impliqué dans la réplication du virus Chikungunya, qui rend compte de la spécificité d'espèce de ce virus. Ce virus, en émergence et présent dans les régions tempérées d'Europe, a provoqué en 2005 une épidémie sans précédent sur l'île de la Réunion en touchant plus de 30% de la population totale. Les résultats obtenus par les chercheurs ont permis de préciser les bases moléculaires de l'infection par le virus Chikungunya, très peu étudiées jusqu'à présent. Ces travaux ouvrent également de nouvelles perspectives pour la mise au point d'un meilleur modèle animal, « humanisé », outil nécessaire pour approfondir la connaissance de la physiopathologie de l'infection. Ces travaux font l'objet d'une publication sur le site du European Molecular Biology Organization reports (EMBO reports), le vendredi 26 avril.


[2013-04-05] - L'infection par le cytomegalovirus (CMV), un virus de la famille des herpesviridae, passe généralement inaperçue chez un individu sain, mais chez la femme enceinte elle peut être délétère pour le fœtus. Au sein de l'équipe « Immunité, gestation, thérapie » dirigée par Philippe Le Bouteiller, directeur de recherche à l'Inserm, Nabila Jabrane-Ferrat, chargée de recherche au CNRS au Centre de physiopathologie de Toulouse Purpan (unité Inserm / université Toulouse III – Paul Sabatier / CNRS), a démontré que certaines cellules immunitaires de la mère présentes à l'interface fœto-maternelle seraient capables d'enrayer l'infection pour protéger le fœtus. Ces travaux, ont été publiés dans la revue Plos Pathogens le 04 avril 2013.


[2013-04-03] - Nouvelle étude internationale confirme que l'auto-dépistage du VIH est efficace et pourrait être la clé pour contrôler l'épidémie mondiale.


[2013-02-19] - Après avoir suggéré en 2011 que l'urètre est une nouvelle porte d'entrée du VIH, une équipe de l'Institut Cochin (CNRS/Inserm/Université Paris Descartes, avec le soutien de l'Anrs), le confirme aujourd'hui et identifie les cellules et les mécanismes qui sont mis en jeu : ce sont les macrophages, cellules du système immunitaire, présents dans l' épithélium de l'urètre, qui permettent l'entrée du VIH. Ces travaux, publiés en ligne sur le site de la revue Mucosal Immunology, pourraient permettre de tester de nouvelles stratégies de prévention du VIH/sida.


[2012-10-19] - Une étude conduite par l'équipe d'Ali Amara au sein de l'Unité mixte Inserm/CNRS-Université Paris Diderot « Pathologie et virologie moléculaire », à l'Hôpital Saint-Louis, à Paris, en collaboration avec des équipes de l'Institut Pasteur Paris et du Salk Institute à San Diego a permis d'identifier deux familles de récepteurs qui jouent un rôle important dans l'entrée du virus de la dengue dans les cellules. En montrant qu'il est possible d'inhiber in vitro l'infection virale en bloquant la liaison du virus sur ces récepteurs, les chercheurs ouvrent la voie à la possibilité d'une nouvelle stratégie antivirale. Ces travaux, sont publiés online sur le site de la revue Cell Host & Microbe le 18 octobre 2012.


[2012-07-16] - Lors de l'infection par le VIH, un cercle vicieux d'hyperactivation du système immunitaire entrave l'élimination du virus. Des chercheurs de l'Institut Cochin (Inserm, CNRS, Université Paris-Descartes), avec le soutien de l'Anrs, montrent que cette hyperactivation pourrait reposer sur une population particulière de globules blancs. Ceux-ci pourraient devenir une nouvelle cible thérapeutique.


[2012-02-23] - Beaucoup plus de gens ont probablement été infectés par le virus H5N1 que ce qui a été rapporté par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) selon un nouveau travail.


[2012-01-25] - Une etude menée par l’IR CUSM compare le test d’auto-depistage a base de salive au test sanguin


[2012-01-04] - Des adénovirus de chimpanzé pourraient servir à fabriquer des vaccins selon deux nouvelles études. Leurs résultats suggèrent que des vaccins développés à partir de vecteurs viraux provenant du chimpanzé peuvent induire une protection immunitaire contre l'hépatite C, maladie due à un virus qui infecterait 170 millions de personnes dans le monde et contre laquelle il n'existe aucun vaccin.


[2011-08-03] - Développer un vaccin efficace contre l'hépatite C : tel est l'objectif d'une étude européenne coordonnée par David Klatzmann du laboratoire Immunologie-immunopathologie-immunothérapeutique (CNRS/UPMC/Inserm) et soutenue par l'ANRS. Pour la première fois, les chercheurs sont parvenus à produire chez l'animal des anticorps à large spectre contre le virus de l'hépatite C. Publiés le 3 août 2011 dans la revue Science Translational Medicine, ces résultats ouvrent la voie à la mise au point d'un vaccin contre l'hépatite C et plus largement, vers une nouvelle technologie pour le développement de vaccins contre d'autres infections (VIH, dengue…).


[2011-06-08] - En absence de compétition avec d'autres microorganismes, Mimivirus, le plus grand virus à ADN connu, perd 17% de son génome. C'est ce que vient de démontrer une collaboration franco-américaine impliquant des chercheurs du CNRS, de l'Université de la Méditerranée et de l'Université de Provence(1). Ces résultats sont publiés en ligne, cette semaine, dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences.


[2011-05-26] - Des chercheurs du CEA, du CNRS et de l'Université Joseph Fourier (IBS (1) , UVHCI (2) , AFMB (3) ) viennent d'observer pour la première fois la partie désordonnée de la nucléoprotéine du virus de la rougeole dans un contexte physiologique. En utilisant une combinaison de trois techniques complémentaires (4), la microscopie électronique (EM), la diffusion des rayons X aux petits angles (SAXS) et la résonance magnétique nucléaire (RMN) en solution, ce consortium a pu proposer un modèle intégral de la nucléocapside (5) qui contient l'ARN du virus. Leurs résultats suggèrent que cette partie désordonnée joue un rôle dans l'infection par le virus de la rougeole. Ces travaux sont publiés le 26 mai sur le site de la revue PNAS.


[2011-05-25] - La découverte d'un facteur cellulaire limitant l'infection par le VIH-1 de cellules clés du système immunitaire, les cellules dendritiques, permet de mieux comprendre la physiopathologie de l'infection. Cette découverte permet également d'envisager, à terme, que soient développées de nouvelles stratégies vaccinales. Obtenus par une équipe de l'Institut de génétique humaine du CNRS, en collaboration avec une équipe de l'Institut Pasteur (Unité virus et immunité/CNRS URA 3015) et de l'Institut Cochin (U567 Inserm / UMR 8104 du CNRS / Université Paris Descartes), ces résultats sont publiés online dans la revue Nature le 25 mai 2011. Ces travaux ont reçu le soutien de l'ANRS, du SIDACTION, de la FRM et du Conseil Européen de la Recherche.


[2011-02-10] - Des chercheurs français associant l'Université Paris Descartes, le CNRS et l'Inserm au sein de l'Institut Cochin, en collaboration avec la société Mymetics et avec le soutien de l'ANRS, ont développé un candidat-vaccin contre la transmission sexuelle du VIH chez des macaques femelles. Cinq singes, vaccinés par voies nasale et intramusculaire, ont été protégés contre l'infection par le VIH par voie vaginale. Ce candidat-vaccin est le fruit de quinze années de recherche sur l'entrée du virus dans l'organisme et sur l'immunité locale au niveau des muqueuses. L'approche est nouvelle : elle consiste à induire la production d'anticorps spécifiques de la surface du virus au niveau des muqueuses génitales, mimant le phénomène observé dans une population de femmes naturellement immunisées contre le VIH et qui résistent à l'infection. Ces travaux sont publiés online dans la revue Immunity du 10 février 2011.


[2010-12-22] - Un nouveau produit basé sur une substance naturelle de l'organisme stoppe le virus du sida à un stade très précoce de son infection annonce une nouvelle étude. Le produit pourrait ralentir l'émergence de virus résistants aux antirétroviraux, ce qui est un problème croissant dans le monde entier.


[2010-12-02] - Des chercheurs de l'Institut Pasteur et du CNRS, en collaboration avec le Synchrotron SOLEIL, ont élucidé les structures tridimensionnelles des glycoprotéines qui enveloppent le virus du chikungunya. Cette découverte permet de comprendre la manière dont ce complexe de protéines est activé pour envahir les cellules cibles du virus. L'activation est une étape clé du cycle viral, et son élucidation fournit des informations essentielles pour la mise au point de stratégies antivirales, préventives et thérapeutiques.


[2010-11-16] - Des chercheurs ont identifié un ensemble de variations génétiques qui semblent déterminer si une personne sera un « contrôleur de VIH », cas rare où elle vit avec des taux élevés du virus du sida sans développer de maladie ou avoir à prendre de médicaments. Ces variations, en tout plus de 300, affectent la manière dont le système immunitaire reconnaît les cellules infectées par le VIH, via des protéines dites HLA qui présentent des fragments de virus à leur surface.


[2010-10-01] - La HAS et l’ANRS signalent la parution ce jour dans la revue scientifique PLoS One de travaux relatifs à l’évaluation médico-économique de différentes stratégies de dépistage du VIH en France. Les deux institutions rappellent que ce travail est le fruit de la collaboration étroite des équipes de la HAS, de l’InVS, de plusieurs équipes de recherche françaises financées par l’ANRS et d’équipes américaines.


[2010-07-09] - Trois anticorps naturels jusqu'à présent inconnus capables de se lier et de neutraliser plus de 90 pour cent d'un éventail d'isolats de virus du VIH- 1 représentatif de la plupart des sous-types génétiques du virus en circulation ont été identifiés par des chercheurs.


1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12
Publicité
Publicité
Les + lues: Actualités scientifiques

Plus encore:

---

Suivez nous...

google plus Facebook twitter Newsletter

---


---

Plan du site

Emploi