Publicité

---

Encyclopédie médicale
17-07-2013
Cellule souche - Encyclopédie médicale

Cellule souche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cellule souche (homonymie).
Cellule souche embryonnaire de souris en culture.

En biologie, une cellule souche est une cellule indifférenciée se caractérisant par la capacité à engendrer des cellules spécialisées par différenciation cellulaire et une capacité à se maintenir par prolifération dans l'organisme (auto-renouvellement) ou, indéfiniment, en culture. Les cellules souches sont présentes chez tous les êtres vivants multicellulaires. Elles jouent en effet un rôle très important dans le développement des organismes ainsi que dans le maintien de leur intégrité au cours de la vie.

Les cellules souches animales concentrent l'attention de la recherche, en particulier celle de l'homme pour leurs applications en médecine. Mais les cellules souches sont au centre de toutes les formes de vie pluricellulaire et on les retrouve, par exemple, dans les méristèmes des plantes.

Potentiel[modifier | modifier le code]

Les cellules souches peuvent se distinguer en fonction de leur potentiel de différenciation :

  • Les cellules souches totipotentes : pouvant donner tout type cellulaire, et donc un organisme entier.
  • Les cellules souches pluripotentes : capables de donner tous les types cellulaires sauf les annexes embryonnaires.
  • Les cellules souches multipotentes : susceptibles de donner différents types de cellules, mais spécifiques d'un lignage cellulaire donné.
  • Les cellules souches unipotentes : qui ne peuvent donner qu'une seule sorte de cellule (elles peuvent cependant, comme toute cellule souche, s'auto-renouveler, d'où l'importance de les distinguer des précurseurs).

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Un zygote : spirogyra sp.(zygnematales).
Colonie de cellule souche humaine en culture avec des fibroblastes murins.

Les cellules souches sont souvent capable d'effectuer deux types de division cellulaire: une, classique, symétrique (qui génère 2 cellules souches) et une asymétrique, qui génère d'un côté un progéniteur, cellule plus différenciée, et de l'autre une cellule souche. Ainsi, c'est l'utilisation de la division asymétrique qui permet à une population souche de maintenir son nombre plus ou moins constant lors de la production de cellules différenciées.

Il existe deux étapes dans la création d'une cellule différenciée :

  • la différenciation, durant laquelle une cellule subit un changement qualitatif de phénotype. Par exemple, l’apparition de nouvelles protéines membranaires, due à l’activation de l’expression d’un gène donné. Une différenciation stricto sensu est donc un événement ponctuel ;
  • la maturation où la cellule subit un changement quantitatif de phénotype. Cela correspond à l’augmentation de la production de certaines protéines, et donc nécessairement plus ou moins long.

On pourra ainsi distinguer trois phases lors de la formation d'un tissu différencié :

  1. Une première dans laquelle les cellules souches se divisent et soit se renouvellent, soit créent des cellules déterminées. Cette phase ne comprend que des divisions mitotiques.
  2. Dans la phase suivante, qualifiée d’intermédiaire, les cellules déterminées sont des cellules de transit, elles subissent à la fois des mitoses et une maturation/différenciation. Elles deviennent donc de plus en plus mûres, tout en continuant à se diviser.
  3. La dernière phase est une phase de maturation : les cellules ne se divisent plus mais ne font plus que se différencier et mûrir, jusqu’à donner des cellules mûres, dotées de tout le matériel nécessaire à leur fonction.

Entre la première phase (prolifération sans différenciations) et la troisième (différenciations sans prolifération), la phase intermédiaire est très flexible, permettant des périodes de maturation plus ou moins longues, différent selon les lignées cellulaires.

Les cellules souches existent durant toute la vie de l'organisme, mais on peut distinguer, chez les mammifères notamment, les cellules souches embryonnaires et les cellules souches adultes.

Fonctions[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : cellule souche animale et méristème.

Développement embryonnaire[modifier | modifier le code]

Les cellules souches embryonnaires sont les cellules centrales du développement, puisqu'elles vont générer progressivement toutes les autres cellules de l'organisme, grâce à des étapes de différenciation et de prolifération finement orchestrées pour créer, au final, un individu pluricellulaire viable.

Organisme adulte[modifier | modifier le code]

Human embryonic stem cells
A: Cellules souches humaines encore indifferenciées.
B: Cellules nerveuses

Les cellules souches adultes sont beaucoup plus rares, puisqu'une fois le développement terminé, la nécessité de proliférer peut devenir dangereuse. Les cellules souches perdurent donc en des endroits restreints dans chaque tissu ; ces niches ont des mécanismes de maintien complexes et sont régulées pour ne produire que les cellules nécessaires au maintien d'un organisme fonctionnel.

Ces cellules souches sont moins « pluripotentes » que celles constituant l'embryon : elles ne peuvent produire que des cellules spécifiques de leur tissu. Par exemple, chez les mammifères adultes, les cellules souches hématopoïétiques régénèrent en continu les cellules du sang. Il existe également des cellules souches intestinales ainsi que des cellules souches neurales. Ces dernières ne sont présentes que dans deux régions distinctes du cerveau : l'hippocampe et la zone sous-ventriculaire (zone bordant les ventricules latéraux).

La présence de cellules souches peut servir différents mécanismes en fonction du tissu :

  • Les cellules souches seraient en partie responsables de la régénération des membres chez certains animaux. Ce phénomène existe ainsi chez certains vertébrés (comme le lézard, le triton ou la salamandre).
  • l'organe contenant le tissu doit grandir soit durant la croissance, soit pour pouvoir assurer une fonction, par exemple le cœur des athlètes est plus gros, l'utérus grossit durant la grossesse, etc.
  • les cellules vieillissent et meurent (exemple des globules rouges[1] dont la durée de vie est de 120 jours ou encore les kératinocytes de la surface de la peau) et celles-ci doivent se renouveler.
  • un traumatisme, une ischémie, ou d'autres phénomènes peuvent créer la mort de cellules qui doivent être régénérées; cette régénération est parfois imparfaite soit par manque de cellules souches, soit parce que l'architecture du tissu est trop bouleversée (ce qui dépend à la fois du tissu et du dommage qu'il a subi).

Découvertes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Cellules souches embryonnaires.

Les travaux engagés par Leroy Stevens et Barry Pierce dans les années 1950 sur l’étude des tératocarcinomes murins ont permis d’isoler les cellules souches embryonnaires (en abrégé ES pour embryonic stem)[2]. Des cellules capables de générer toutes les cellules sanguines sont découvertes dans la moelle osseuse. La première greffe de moelle osseuse est effectuée en 1958.

En 1981, les cellules souches embryonnaires ont été identifiées chez la souris par Martin Evans, Kaufman et Martin[3],[4], et en 1998 chez l’homme par les équipes de l'américain James Alexander Thomson, de Joseph Istkovitz-Eldor et de l'israélien Benjamin Reubinoff[5],[6]. En 2000, ce dernier transforme des cellules ES en neurones[7].

En 2006, les cellules souches pluripotentes induites (CSPi) sont découvertes indépendamment par Shinya Yamanaka et James Alexander Thomson[8]. Ces cellules iPS qui sont des cellules matures permettent ainsi de donner naissance à tous types de cellules de l'organisme. Cette technique passe par ailleurs par la reprogrammation génétique en laboratoire[9]. En outre, la manipulation génétique permet d’obtenir de telles lignées cellulaires en n'utilisant pas d’embryons animales. Leurs découvertes sont récompensées par la suite co-lauréat du prix Nobel de médecine en 2012.

Techniques de production de cellules souches[modifier | modifier le code]

Il existe plusieurs types de techniques pour obtenir des cellules souches pluripotentes:

  • à partir d'embryons (cellules souches embryonnaires),
  • à partir d'œufs non fécondés,
  • à partir de cellules souches embryonnaires modifiées en laboratoire,
  • à partir d'une cellule mature reprogrammée génétiquement,
  • à partir d'une cellule différenciée et mature puis cultivées en laboratoire.

Applications médicales[modifier | modifier le code]

Article détaillé : cellule souche (médecine).

En médecine, les cellules souches animales et humaines font l'objet de nombreuses recherches depuis les années 1990, avec l'espoir de régénérer des tissus, voire d'en créer de toute pièce, et idéalement de reconstruire des organes (thérapie cellulaire). Ces avantages potentiels ont suscité des expérimentations de clonage thérapeutique pour en maîtriser la fabrication en grand nombre.

Le premier médicament fabriqué à base de cellules souches est approuvé en mai 2012 par les autorités canadiennes. Il s'agit du Prochymal, une préparation obtenue à partir de cellules souches adultes mésenchymateuses[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Max de Ceccatty, Conversations cellulaires, , ed. du Seuil, Paris, 1991 (épuisé, mais disponible dans les bibliothèques; ne parle pas des cellules-souches en elles-mêmes, mais détaille les processus de communication qui les rendent utiles)

Articles connexes[modifier | modifier le code]



Article précédent
Article suivant

> Article Mis à jour le 17-07-2013

Source :

Références :

Publicité

Contenu relatif

Actualités médicales scientifiques (99 résultats) +

  • L'étonnante capacité des cellules souches sanguines à répondre aux situations d'urgences
    [2013-04-10] - Une équipe de chercheurs de l'Inserm, du CNRS et du MDC, dirigée par Michael Sieweke du Centre d'Immunologie de Marseille Luminy (CNRS, Inserm, Aix Marseille Université) et du Centre de Médecine Moléculaire Max Delbrück de Berlin-Buch, révéle aujourd'hui un rôle inattendu des cellules souches hématopoïétiques : outre leur capacité à assurer le renouvellement continu de nos cellules sanguines ces dernières sont aussi capables de produire, « à la demande » et en urgence, les globules blancs qui permettent à l'organisme de faire face à une inflammation ou une infection. Cette propriété insoupçonnée pourrait être utilisée pour protéger des infections les patients ayant bénéficié d'une greffe de moelle osseuse, le temps que leur système immunitaire se reconstitue. Ces travaux sont publiés dans la revue Nature datée du 10 avril 2013.
  • Cellules souches post-mortem : un état dormant pour mieux revivre... plus tard
    [2012-06-12] - Des chercheurs de l'Institut Pasteur, de l'université de Versailles Saint-Quentin-en- Yvelines, de l'AP-HP et du CNRS, dirigés par Fabrice Chrétien (1) en collaboration avec Shahragim Tajbakhsh (2) ont démontré pour la première fois, chez l'homme et chez la souris, la faculté qu'ont des cellules souches de demeurer dans un état de dormance quand leur environnement devient hostile, y compris plusieurs jours après la mort de l'individu. Cette capacité à considérablement réduire leur activité métabolique leur permet de préserver leur potentiel de division cellulaire pour favoriser la réparation et la croissance d'un organe ou d'un tissu quand les conditions du milieu redeviennent favorables. Cette découverte laisse envisager des perspectives thérapeutiques pour de nombreuses maladies. Cette publication paraît ce jour dans la revue Nature communications.
  • Les hormones thyroïdiennes régulent les cellules souches neurales
    [2012-05-10] - L'équipe de Barbara Demeneix, du laboratoire « Évolution des régulations endocriniennes » (Muséum national d'Histoire naturelle/CNRS), vient de mettre en évidence un nouveau rôle des hormones thyroïdiennes dans la régulation des cellules souches neurales chez la souris adulte. Ces résultats montrent l'importance de la régulation endocrinienne dans l'homéostasie de la niche neurogénique (1). Essentielles pour le développement du cerveau, les hormones thyroïdiennes peuvent causer le crétinisme (2) chez l'enfant si elles sont produites en quantités insuffisantes. Les chercheurs ont étudié le lien entre les hormones thyroïdiennes et la neurogenèse (3) chez la souris adulte. Leurs résultats montrent que l'expression de Sox2, gène clé impliqué dans la physiologie des cellules souches neurales, est directement régulée par les hormones thyroïdiennes dans une des niches neurogéniques du cerveau adulte. Ces travaux devraient à terme permettre de mieux comprendre certains troubles neurologiques associés à l'hypothyroïdie chez l'adulte ou la personne âgée. Ils viennent de paraître dans la revue Cell Stem Cell.
  • Des cellules souches manipulées pour améliorer la qualité de vie des transplantés rénaux
    [2012-03-07] - Le recours à des cellules souches hématopoïétiques modifiées pourrait aider les transplantés à se passer des médicaments immunosuppresseurs indique une nouvelle étude effectuée sur un petit groupe de patients.
  • Des cellules souches ralentissent l'affaiblissement musculaire dû à l'âge.
    [2010-11-22] - Doper le muscle jeune avec des cellules souches peut ralentir son affaiblissement avec l'âge rapporte une nouvelle étude chez la souris. Cette découverte pourrait mener à des thérapies de régénération musculaire qui viendraient en aide à des patients atteints de dystrophie musculaire ou à des personnes fragilisées par l'âge. Les auteurs de ce travail proposent que si les scientifiques peuvent découvrir les petites molécules ou leur combinaison capables de stimuler les cellules souches du muscle, ce qui est plus probablement plus facile que de transplanter des cellules souches chez l'homme, ces molécules puissent être utilisées pour augmenter la réparation musculaire ou réduire la perte de muscle.
  • Cellules souches et programmation génétique : l'apport de la recherche fondamentale
    [2010-11-22] - Des chercheurs de l'Institut Pasteur et du CNRS viennent d'identifier des régulateurs contrôlant l'un des processus essentiels du développement embryonnaire chez les femelles mammifères : la mise sous silence des gènes de l'un des deux chromosomes sexuels. Ces mêmes régulateurs sont également impliqués dans le maintien de la capacité des cellules souches embryonnaires à donner naissance aux différents tissus de notre organisme, comme la peau, les ongles ou le foie. Ces régulateurs sont également capables de « reprogrammer » le génome des cellules matures pour leur faire perdre leur spécialisation, et retourner à l'état de cellules souches. Ces travaux contribuent ainsi à mieux comprendre ces mécanismes fondamentaux, ce qui sera indispensable pour espérer maîtriser le devenir des cellules souches et développer des nouvelles stratégies thérapeutiques. Ils sont publiés la revue Nature.
  • Cellules souches et programmation génétique : l'apport de la recherche fondamentale
    [2010-10-22] - Des chercheurs de l'Institut Pasteur et du CNRS viennent d'identifier des régulateurs contrôlant l'un des processus essentiels du développement embryonnaire chez les femelles mammifères : la mise sous silence des gènes de l'un des deux chromosomes sexuels. Ces mêmes régulateurs sont également impliqués dans le maintien de la capacité des cellules souches embryonnaires à donner naissance aux différents tissus de notre organisme, comme la peau, les ongles ou le foie. Ces régulateurs sont également capables de « reprogrammer » le génome des cellules matures pour leur faire perdre leur spécialisation, et retourner à l'état de cellules souches. Ces travaux contribuent ainsi à mieux comprendre ces mécanismes fondamentaux, ce qui sera indispensable pour espérer maîtriser le devenir des cellules souches et développer des nouvelles stratégies thérapeutiques. Ils sont publiés la revue Nature.
  • Des cellules souches sur mesure pour traiter les leucémies ?
    [2010-02-25] - Des chercheurs de l'Institut Pasteur et du CNRS viennent de déterminer comment naissent les cellules souches hématopoïétiques (CSH), à l'origine de toutes les cellules sanguines et immunitaires de l'organisme. Grâce à une technologie d'imagerie en temps réel sur l'embryon de poisson-zèbre, ils ont observé que ces cellules souches se formaient à partir des cellules de la paroi de l'aorte, l'artère centrale de l'embryon. Ces travaux, publiés dans la revue Nature, restent encore très fondamentaux, mais laissent penser qu'il pourrait être envisageable de régénérer des CSH humaines en laboratoire à partir de biopsies de vaisseaux sanguins. Ils constitueraient alors un espoir pour le traitement personnalisé de patients atteints de leucémie, dont les CSH doivent être remplacées après chimiothérapie ou radiothérapie pour reconstituer des systèmes sanguin et immunitaire sains.
  • Une recherche avertit que l'usage de cellules souche en médecine régénérative peut être également nuisible pour la santé
    [2009-11-17] - L'utilisation de cellules souche dans le domaine de la médecine régénérative n'est pas toujours bénéfique pour la santé humaine, et peut même s'avérer préjudiciable, d'après ce qu'a démontré un travail réalisé dans les universités de Grenade et de León. Les scientifiques ont démontré que la greffe de cellules mononucléaires humaines tirées du sang du cordon ombilical a un effet nocif sur les rats présentant une cirrhose hépatique.
  • Renouveler indéfiniment des cellules spécialisées sans passer par les cellules souches
    [2009-11-16] - Multiplier à l'infini des cellules adultes sans utiliser de cellules souches : est-ce possible ? L'équipe de Michael Sieweke du Centre d'immunologie de Marseille Luminy (Université Aix-Marseille 2 / CNRS / Inserm) l'a prouvé en réussissant à multiplier, ex vivo, plusieurs mois durant, des macrophages, cellules spécialisées du système immunitaire. Publiée dans Science le 6 novembre 2009, cette découverte pourrait s'appliquer à d'autres types cellulaires. Ces travaux permettent une meilleure compréhension des mécanismes de différenciation cellulaire et surtout, suscitent de nombreux espoirs pour de futures applications thérapeutiques.
  • Découverte d'un mécanisme qui contrôle le destin des cellules souches du sang
    [2009-07-27] - Les cellules souches du sang sont capables de fabriquer tous les types de cellules sanguines. Quels sont les facteurs qui influencent la production d'une catégorie spécifique de cellules? Jusqu'à présent, on pensait que ce processus était aléatoire. Au Centre d'immunologie de Marseille-Luminy (1), une équipe de chercheurs du CNRS et de l'Inserm dirigée par Michael Sieweke a découvert les facteurs qui déterminent le type de cellules produites. Le mécanisme qu'ils ont mis en évidence chez la souris fait intervenir un facteur intrinsèque de la cellule et un facteur extrinsèque. Ces résultats sont publiés dans la revue Cell du 24 juillet 2009.
  • Des cellules souches sans ADN étranger induites chez l'homme.
    [2009-05-07] - Des chercheurs ont développé une méthode pour produire des cellules souches pluripotentes humaines induites, ou CSPi, qui ne contiennent aucun ADN étranger potentiellement nocif.
  • Des cellules souches pour soigner l'ostéoporose et favoriser la croissance osseuse
    [2009-03-09] - Montréal, 04 mars 2009 – Bien que les mots « interféron gamma » évoquent plus une arme venue de l'espace, il s'agit en fait d'une hormone produite par notre corps qui s'avère très prometteuse en matière de traitement de l'ostéoporose. Des chercheurs de l'Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (CUSM) expliquent, dans une étude publiée dans la revue Stem Cells, qu'associer un certain groupe de cellules souches multipotentes (appelées cellules souches mésenchymateuses) à l'interféron gamma (IFNγ) pourrait favoriser la croissance des os.
  • Une nouvelle source de cellules « souches »
    [2008-12-29] - Au sein de l'Institut de radiobiologie cellulaire et moléculaire (CEA/iRCM), une équipe associant l'Inserm et le CEA, en collaboration avec des chercheurs du CNRS, vient de montrer qu'il est possible de renouveler chez l'adulte le stock de cellules souches germinales(1) à partir de cellules déjà spécialisées appelées progéniteurs(2) . Ces résultats ouvrent de nouvelles perspectives dans le domaine de la thérapie cellulaire en proposant une nouvelle source de cellules susceptibles de régénérer un tissu déficient. Ces travaux seront publiés en ligne le 21 décembre par la revue Nature Cell Biology.
  • Une source plus sûre de cellules souches ?
    [2008-10-10] - Des cellules souches pluripotentes induites (CSPi) peuvent être produites en utilisant des cellules embryonnaires de souris sans qu'il soit nécessaire d'introduire un génome viral dans leur génome indiquent des chercheurs.
  • Des cellules souches sans effets secondaires
    [2008-09-30] - Des chercheurs annoncent avoir développé une technique pour produire des cellules souches pluripotentes induites (CSPi) qui utilise des virus ne s'intégrant pas dans le génome de la cellule hôte, éliminant ainsi un inconvénient majeur au développement des CSPi.
  • Les cellules productrices d’insuline peuvent générer des cellules souches, selon des chercheurs de Montréal
    [2008-07-28] - Des chercheurs du CUSM/McGill et du CHUM dévoilent les bases théoriques derrière les thérapies régénératives contre le diabète.
  • Les microRNA, régulateurs des cellules souches du cancer
    [2007-12-28] - BOSTON, Mass. (13 décembre 2007) – L’un des plus grands centres d'intérêt de la recherche sur le cancer, ces dernières années, a été, étonnament, les cellules souches. Pas les cellules souches embryonnaires, mais les cellules souches tumorales. Ces cellules mutées, qui vivent indéfiniment et peuvent produire de nouvelles tumeurs, sont aujourd’hui soupçonnées de provoquer de nombreux cancers, voire tous les cancers.
  • Les cellules souches embryonnaires humaines : le tissu osseux dérivé guérit des lésions importantes du crâne
    [2007-12-06] - Selon la présentation de la 47e réunion annuelle de l’American Society for Cell Biology. Il existe des souris à Baltimore dont le crâne a été complété par des tissus osseux issus de cellules souches embryonnaires humaines (hESCs).
  • Les cellules souches du sang combattent les envahisseurs, conclut une étude
    [2007-12-05] - BOSTON, Mass. (29 novembre 2007) — Aucune cellule souche n'est plus précisément comprise que la cellule souche du sang ou hématopoïétique. Ces cellules occasionnelles et rares, parcimonieusement dispersées dans la möelle et capables de régénérer tout un système sanguin, ont été la force motrice des greffes de moëlle osseuse réussies pendant des décennies. Les scientifiques, pour la plupart, ont considéré comme le rôle singulier des cellules souches hématopoïétiques (CSH) de demeurer dans la moëlle osseuse indéfiniment et de régénérer les cellules sanguines et immunitaires « à la demande ».
  • Des cellules issues de la peau modifiées pour ressembler aux cellules souches embryonnaires
    [2007-11-27] - En introduisant quatre gènes dans des cellules humaines de fibroblastes, constituant le tissu conjonctif dans l’organisme, des chercheurs ont pu les reprogrammer et leur conférer de nombreuses caractéristiques des cellules souches embryonnaires.
  • Suivre à la trace les cellules souches neurales chez les personnes en vie
    [2007-11-12] - Des chercheurs ont développé un moyen non invasif de repérer et de suivre les cellules souches et progénitrices neurales (CPNs) chez des personnes en vie annonce une étude.
  • Cellules souches graisseuses : une solution pour les dommages du cartilage
    [2007-09-28] - S'il peut être à l'origine de bien des maux, il semblerait que le tissu adipeux n'ait cependant pas dit son dernier mot. Celui-ci ferait l'objet d'une application thérapeutique potentielle pour traiter les dommages du cartilage. Des chercheurs de la Clinique orthopédique universitaire d'Heidelberg ont en effet identifié un facteur de croissance favorisant la transformation de cellules souches adipeuses, prélevées par liposuccion, en cellules cartilagineuses.
  • Première transplantation de cellules souches du sang de cordon d'un individu qui n'a pas de lien de parenté avec le patient
    [2007-09-21] - Le sang du cordon ombilical et du placenta peut être conservé dans le but de réutiliser les cellules souches qu'il contient. Des banques publiques et privées existent dans le monde, elles permettent de disposer d'un réservoir de cellules qui peuvent être implantées chez certains patients pour pallier des déficiences. Elles sont utiles dans le cas où les cellules des membres de la famille du malade ne sont pas compatible avec les siennes.
  • Espoir dans la recherche contre le cancer ou l'apoptose de cellules-souches à caractéristiques cancérigènes
    [2007-09-19] - Une équipe de chercheurs de l'Institut pour la Biologie Moléculaire et Cellulaire (IMCB) vient de découvrir un moyen d'induire l'apoptose des cellules cancéreuses.
  • Découverte : les cellules souches seraient décisives pour régénérer le coeur
    [2007-07-20] - Un projet de recherches mené conjointement par le CRN, l'INBB -Institut national de bio-structure et de bio-ingénierie- et l'Hôpital de S. Orsola de Bologne a permis de découvrir une "nouvelle molécule -la molécule HBR- capable de déterminer dans les cellules souches une différenciation 'pilotée', de manière à ce que celles-ci, naturellement capables de se transformer en n'importe quel type de cellules humaines, prennent la forme de cellules cardiaques". Les cellules souches sont "prélevées dans le placenta humain naturellement rejeté par l'organisme féminin lors des accouchements". Mais lors des expériences en laboratoire aucunes cellules embryonnaires n'ont été utilisées.
  • Cellules souches : de la formation à la clinique
    [2007-07-12] - En réponse au besoin urgent de former des jeunes scientifiques aux nouvelles technologies émergeant dans le domaine de la recherche sur les cellules souches, l'Université de Nottingham sera la première à proposer un master en Stem Cell Technology à partir d'octobre 2007. Le curriculum de cette formation sur un an à temps plein sera destinée aux étudiants en science, en agriculture et en médecine.
  • Une seule cellule souche cancéreuse peut être à l'origine d'un autre foyer de cancer
    [2007-07-09] - Au sein de la plupart de cancers, il existe des cellules souches qui nourrissent la masse tumorale croissante. Jusqu'à maintenant, leur rareté rendait leur étude difficile.
  • Des lignées de cellules souches dérivées à partir d'un ovocytes non fécondés
    [2007-07-09] - En collaboration avec une équipe russe, des chercheurs du Lifeline Cell Technology de Walkersville, Maryland sont parvenus pour la première fois à dériver des lignées de cellules souches à partir d'un ovocyte non fécondé. Devant le potentiel des cellules souches et les difficultés réglementaires et éthiques rencontrées, les chercheurs américains tentent de proposer des solutions alternatives capables de contourner la polémique liée à la destruction des embryons humains pour établir des lignées de cellules souches embryonnaires humaines.
  • Reprogrammation de cellules normales tissulaires en cellules souches : une avancée majeure
    [2007-06-18] - Des cellules de peau de souris modifiées génétiquement et capables de se comporter comme des cellules souches embryonnaires montrent aux chercheurs qu'il est devient possible d'envisager de créer des cellules souches humaines polyvalentes à partir de biopsies de la peau sans avoir à négocier les questions éthiques entourant la manipulation d'embryons.
  • Les scientifiques du Centre Sprott découvrent une nouvelle cellule souche dans les tissus musculaires adultes
    [2007-06-15] - Les scientifiques du Centre de recherche sur les cellules souches Sprott ont repéré un nouveau type de cellule souche dans les tissus musculaires adultes, qui permettra de réaliser des progrès dans la mise au point de thérapies, à base de cellules souches, pour traiter des maladies musculaires dégénératives. Leurs travaux sont publiés dans la revue scientifique Cell.
  • Cellules souches embryonnaires humaines : premiers résultats d’une équipe française de l’Inserm
    [2007-06-12] - Les cellules souches constituent un espoir thérapeutique pour de nombreuses pathologies, et notamment pour les cas de déficience cardiaque. L’utilisation de cellules souches permettrait de régénérer les tissus endommagés du coeur.
  • Obstacle majeur levé pour la recherche sur les cellules souches en Californie
    [2007-05-25] - La Cour Suprême de Californie vient d'autoriser le dégagement des 3 milliards de dollars, prévus sur le budget de l'Etat de Californie par la proposition 71, pour le financement de la recherche sur les cellules souches humaines embryonnaires.
  • Des cellules souches pour soigner les coeurs de souris
    [2007-04-23] - Pour la première fois, des cellules souches adultes isolées du placenta ont permis de régénérer des coeurs de souris ayant subi un infarctus. Ce résultat a été obtenu par un groupe de chercheurs du CNR, de l'Hôpital Sant'Orsola de Bologne et de l'Institut National de Biostructures et de Biosystèmes (Inbb), menés par Carlo Ventura, directeur du Laboratoire de Biologie moléculaire et de bio-ingénierie des cellules souches de l'Inbb, en collaboration avec Fabio Recchia de l'Institut de physiologie clinique du CNR de Pise. L'étude a été publiée sur le Journal de Chimie biologique, organe officiel de la Société Américaine de Biochimie et Biologie Moléculaire.
  • Premier implant de cellules souches graisseuses dans un coeur
    [2007-03-19] - Un patient de 72 ans a reçu au niveau du coeur des cellules souches adultes dérivées de la graisse de son abdomen. Cette première mondiale a été effectuée à l'hôpital Gregorio Marañón de Madrid.
  • Une équipe de Singapour créé des cellules souches "moins risquées"
    [2007-03-19] - Un projet dirigé par une équipe du GIS (Genome Institute of Singapore) en collaboration avec l'Université Nationale de Singapour (NUS) vient d'aboutir à une publication dans le magazine scientifique en ligne PLoS ONE (Public Library of Science).
  • Un interrupteur moléculaire à l'origine du maintien du stock de cellules souches musculaires
    [2007-03-16] - Après une blessure, même les cellules musculaires adultes peuvent être régénérées puisque les muscles possèdent une réserve de cellules souches : les cellules satellites. Jusqu'à présent, la raison pour laquelle ces cellules souches restaient indifférenciées n'était pas claire. Des scientifiques du Centre Max Delbrück de Médecine Moléculaire viennent de montrer qu'un interrupteur moléculaire, RBP-J, permet de maintenir ce stock de précurseurs musculaires dans un état indifférencié.
  • Des lignées de cellules souches embryonnaires ont été développées en utilisant des cellules nourricières humaines
    [2007-03-14] - Le National Institute for Research in Reproductive Health (NIIRH) a annoncé avoir développé quatre lignées de cellules souches embryonnaires humaines. La particularité de ces lignées est qu'elles utilisent des cellules nourricières humaines.
  • Essais pré-cliniques d'utilisation de cellules souches à Galway
    [2007-02-12] - Le 'Regenerative Medicine Institute' (Remedi) à l'université 'National University of Ireland, Galway' est l'un des principaux centres de recherche sur les cellules souches en Irlande. Un des champs de recherche de cet institut est la réparation des atteintes de la moelle épinière grâce à l'utilisation de cellules souches adultes.
  • Création d'un tissu cardiaque battant à partir de cellules souches embryonnaires
    [2007-02-12] - Le Dr Shulamit Levenberg et le Prof. Lior Gepstein, chercheurs à la faculté de médecine Rappaport, ont réussi à recréer en laboratoire du tissu cardiaque émettant un battement ainsi que des vaisseaux sanguins dans ce tissu. Sans ce système sanguin, les cellules meurent pendant la phase prolongée d'acceptation du tissu.
  • Les scientifiques ont découvert une nouvelle source, immédiatement utilisable, de cellules souches
    [2007-01-11] - Une nouvelle source de cellules souches a été utilisée pour créer en laboratoire des muscles, des os, de la graisse, des vaisseaux sanguins, des nerfs et des cellules hépatiques. L'isolation d'un grand nombre de cellules souches potentielles s'est faite à partir du liquide amniotique qui entoure l'embryon. La recherche a été publiée dans le journal médical Nature Biotechnology de janvier 2007.
  • De l'ADN immortel dans les cellules souches musculaires
    [2006-06-22] - Des chercheurs de l'Institut Pasteur et du CNRS viennent de visualiser pour la première fois le mécanisme qu'utilisent les cellules souches musculaires adultes pour protéger leur patrimoine génétique. On sait que c'est au moment où l'ADN est recopié que des erreurs peuvent intervenir et entraîner des mutations, dont l'accumulation peut au cours du temps provoquer des dérégulations et des cancers.
  • Le réseau de banques de cellules souches s'agrandit
    [2006-02-09] - Le plus grand réseau de banques de cellules souches en Inde, celui d'Asia Cryo-Cell, une filiale de l'américain Cryo-Cell, devrait créer des centres dans au moins 24 villes dans le pays d'ici les deux prochaines années. Ces centres servent à conserver les cellules souches provenant du cordon ombilical des nouveaux-nés.
  • Cellules souches : un médicament expérimental pour le traitement du cancer grâce au sang ombilical
    [2005-12-20] - Un médicament expérimental déjà en essai clinique dans le cadre du traitement du diabète de type II et de la maladie d'Alzheimer pourrait aussi être utilisé pour combattre le cancer, selon une étude du Centre Krembil de biologie des cellules souches à l'Institut de Recherche Robarts. En effet, il a été prouvé qu'il pouvait améliorer l'efficacité des cellules souches issues du cordon ombilical.
  • Cellules souches : un médicament expérimental pour le traitement du cancer grâce au sang ombilical
    [2005-12-20] - Un médicament expérimental déjà en essai clinique dans le cadre du traitement du diabète de type II et de la maladie d'Alzheimer pourrait aussi être utilisé pour combattre le cancer, selon une étude du Centre Krembil de biologie des cellules souches à l'Institut de Recherche Robarts.
  • Transplantation de cellules souches dans le cerveau : un premier essai approuvé
    [2005-10-27] - Le Food and Drug Administration (FDA) américain, l'équivalent de l'Affssaps en France, a autorisé ce jeudi 20 octobre 2005, la compagnie de biotechnologie Stem cells Inc, Paolo Alto (Californie) à conduire au Centre Médical de l'Université Stanford, le premier essai de transplantation de cellules souches foetales dans le cerveau d'enfants atteints de la maladie de Batten.
  • Le Centre de cellules souches de l'Institut de recherche en santé d'Ottawa IRSO est sélectionné pour une prestigieuse bourse-défi américaine de la Fondation Kresge
    [2005-10-10] - La population d'Ottawa doit relever un défi de taille : celui d'amasser 2 millions $ d'ici novembre 2006 afin d'aider à financer la construction du nouveau Centre de cellules souches et thérapie génique à l'Institut de recherche en santé d'Ottawa (IRSO), l'établissement de recherche de l'Hôpital d'Ottawa. L'IRSO se verra décerner une bourse-défi de 800.000 $ de la Fondation Kresge à condition de recueillir cette somme.
  • Des cellules souches humaines se différentient et permettent la guérison de la locomotion lors d'atteintes de la moelle épinière de souris
    [2005-09-27] - Selon l'article des Drs Brian J. Cummings, Nobuko Uchida et collaborateurs du département de Physical Medicine and Rehabilitation and Anatomy and Neurobiology, à l'université de Californie, Irvine et du Dr Irving L. Weissman, de l'université Stanford School of Medicine, à Stanford, CA, publié le 16 Aout 2005 dans Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS), des cellules souches humaines se sont développées en neurosphères, ont survécu, migré, et se sont différentiées en neurones et oligodendrocytes dans la moelle épinière blessée.
  • Isolement de cellules souches musculaires adultes pour la régénération des muscles
    [2005-09-02] - Une équipe de l'Institut Pasteur associée au CNRS a réussi à isoler des cellules souches musculaires adultes présentant une haute capacité de réparation musculaire. Ces cellules étaient, jusqu'à présent, inaccessibles dans leur état natif. Vingt mille de ces cellules seulement, greffées à des souris modèles, ont été capables de provoquer une réparation de fibres musculaires là où un million de cellules musculaires précurseurs étaient jusqu'alors nécessaires.
  • Isolement de cellules souches musculaires adultes pour la régénération des muscles
    [2005-09-02] - Une équipe de l’Institut Pasteur associée au CNRS a réussi à isoler des cellules souches musculaires adultes présentant une haute capacité de réparation musculaire. Ces cellules étaient, jusqu’à présent, inaccessibles dans leur état natif. Vingt mille de ces cellules seulement, greffées à des souris modèles, ont été capables de provoquer une réparation de fibres musculaires là où un million de cellules musculaires précurseurs étaient jusqu’alors nécessaires.
  • Recherche sur la dystrophie musculaire grâce aux cellules souches
    [2005-08-30] - Jeffrey Dilworth, Ph.D., scientifique de l'Institut de recherche en santé d'Ottawa, est devenu en juillet 2005 le premier récipiendaire de la bourse de nouveau chercheur attribuée en partenariat par Dystrophie Musculaire Canada et le Réseau des Cellules Souches. La bourse est de 100.000 $ canadiens sur deux ans.
  • "Les cellules souches ? Une usine de médicaments"
    [2005-08-16] - Les cellules souches sont des cellules non spécialisées, pouvant se différencier en différents types de cellules du corps humain, et donc capables de "réparer" des organes et des tissus. Elles peuvent provenir d'adultes, de l'embryon ou du cordon ombélical du nouveau-né.
  • Les cellules souches musculaires ont une origine embryonnaire
    [2005-06-16] - Des chercheurs du CNRS et de l'Institut Pasteur, membres du Réseau d'excellence européen MYORES, viennent de découvrir l'origine embryonnaire des cellules souches musculaires. Ces résultats, publiés dans deux articles de la revue Nature du 16 juin 2005, permettent une meilleure compréhension du développement musculaire.
  • Des cellules souches au muscle squelettique : les étapes essentielles décryptées
    [2005-06-15] - Une équipe de l'Institut Pasteur associée au CNRS a fait une avancée déterminante dans la compréhension du devenir des cellules souches du muscle squelettique. Les chercheurs ont pu mettre en évidence, à l'aide de marqueurs génétiques spécifiques, quatre étapes caractéristiques qui jalonnent le développement des cellules musculaires à partir d'une population de cellules souches qu'ils ont identifiée. Cette découverte a des implications très importantes pour le développement de thérapies cellulaires utilisant ces cellules souches musculaires pour lutter contre les myopathies.
  • Des cellules souches au muscle squelettique : les étapes essentielles décryptées
    [2005-06-15] - Une équipe de l'Institut Pasteur associée au CNRS a fait une avancée déterminante dans la compréhension du devenir des cellules souches du muscle squelettique. Les chercheurs ont pu mettre en évidence, à l'aide de marqueurs génétiques spécifiques, quatre étapes caractéristiques qui jalonnent le développement des cellules musculaires à partir d'une population de cellules souches qu’ils ont identifiée.
  • Les cellules souches musculaires ont une origine embryonnaire
    [2005-06-15] - Des chercheurs du CNRS et de l’Institut Pasteur, membres du Réseau d’excellence européen MYORES, viennent de découvrir l’origine embryonnaire des cellules souches musculaires. Ces résultats, publiés dans deux articles de la revue Nature du 16 juin 2005, permettent une meilleure compréhension du développement musculaire.
  • Un nouveau pas vers l'utilisation de cellules souches pour le traitement de la maladie de Parkinson
    [2005-06-13] - Les travaux d'une équipe de l'Institut Pasteur, associée au CNRS, publiés le 13 juin 2005 dans Nature Neuroscience, ouvrent des perspectives importantes pour le développement de thérapies cellulaires de réparation du cerveau. Ces chercheurs ont en effet réussi à provoquer chez la souris la transformation de cellules souches neuronales du cerveau adulte en neurones capables de sécréter la dopamine, molécule qui fait défaut dans la maladie de Parkinson.
  • Un nouveau pas vers l’utilisation de cellules souches pour le traitement de la maladie de Parkinson.
    [2005-06-13] - Les travaux d’une équipe de l’Institut Pasteur, associée au CNRS, publiés aujourd’hui dans Nature Neuroscience, ouvrentdes perspectives importantes pour le développement de thérapies cellulaires de réparation du cerveau. Ces chercheurs ont en effet réussi à provoquer chez la souris la transformation de cellules souches neuronales du cerveau adulte en neurones capables de sécréter la dopamine, molécule qui fait défaut dans la maladie de Parkinson.
  • DES CELLULES SOUCHES POUR REPARER LE FOIE : AVANCEES CHEZ L'ANIMAL
    [2005-05-25] - Insuffisance hépatique, cirrhose, cancer du foie… : les dommages du foie sont nombreux et fréquents et la seule alternative dans les cas graves est la greffe d'un organe sain. Mais le manque d'organes disponibles limite cette pratique : en 2002, en France, 882 transplantations hépatiques ont été pratiquées pour 1509 candidats à la greffe*. L'espoir pour l'avenir vise à pouvoir greffer des cellules souches capables de se différencier en hépatocytes et de se multiplier dans le foie pour le régénérer. Si on est encore loin de l'application chez l'homme, les recherches en ce sens sont actives chez l'animal.
  • Ouverture à Galway d'un centre de recherches sur les cellules souches
    [2005-04-29] - Un nouveau laboratoire de recherche, le "Regenerative Medicine Institute" (Remedi), a été inauguré à l'université de Galway en présence de Micheál Martin, Ministre de l'Entreprise, du Commerce et de l'Emploi. Destiné à la recherche sur les cellules souches, ce centre promet de grandes avancées en matière de thérapie génique.
  • La découverte d'une source nouvelle de cellules souches prometteuses
    [2005-02-18] - Des chercheurs de l'université de Toronto ont découvert un nouveau foyer potentiel de cellules souches en quantité importante. Ces cellules, situées dans une zone jusque-là inexplorée du cordon ombilical des nouveaux-nés, pourraient permettre d'améliorer considérablement les opérations de greffe de moelle osseuse et favoriser la régénération des tissus.
  • Les cellules souches embryonnaires : premières applications pour les maladies respiratoires ?
    [2005-02-04] - 04/02/05 - Une équipe de l’Inserm , dirigée par Edith Puchelle (Directrice Unité Inserm UMR-S 514 « Dynamique Cellulaire et Moléculaire de la Muqueuse Respiratoire », Reims) vient de démontrer, pour la première fois, que des cellules souches embryonnaires (ES) murines peuvent générer un épithélium respiratoire* parfaitement différencié et fonctionnel. Suite aux modifications de la loi relative à la Bioéthique**, l’accès prochain aux cellules ES humaines normales et pathologiques permet d’envisager de produire des tissus respiratoires. Enjeu : des perspectives thérapeutiques réparatrices de l’épithélium et correctrices des anomalies géniques, en cause notamment dans le cas de la mucoviscidose. Ces travaux sont publiés dans American Journal of Respiratory Cell and Molecular Biology accessible à l’adresse www.ajrcmb.org.
  • Les cellules souches embryonnaires : premières applications pour les maladies respiratoires ?
    [2005-02-04] - 04/02/05 - Une équipe de l’Inserm , dirigée par Edith Puchelle (Directrice Unité Inserm UMR-S 514 « Dynamique Cellulaire et Moléculaire de la Muqueuse Respiratoire », Reims) vient de démontrer, pour la première fois, que des cellules souches embryonnaires (ES) murines peuvent générer un épithélium respiratoire* parfaitement différencié et fonctionnel. Suite aux modifications de la loi relative à la Bioéthique**, l’accès prochain aux cellules ES humaines normales et pathologiques permet d’envisager de produire des tissus respiratoires. Enjeu : des perspectives thérapeutiques réparatrices de l’épithélium et correctrices des anomalies géniques, en cause notamment dans le cas de la mucoviscidose. Ces travaux sont publiés dans American Journal of Respiratory Cell and Molecular Biology accessible à l’adresse www.ajrcmb.org.
  • Des cellules souches embryonnaires de singe agissent sur la maladie de Parkinson
    [2005-01-17] - Une équipe de chercheurs de l'Université de Kyoto a prélevé chez des singes des cellules souches sur des embryons âgés de quelques jours et les a implantées dans des cerveaux (de singe) dont les conditions ont été rendues, par voie chimique, identiques à celles de cerveaux atteints de la maladie de Parkinson.
  • Cerveau : un gène freine les cellules souches
    [2005-01-17] - La recherche Telethon a enregistré cette année un important succès dans le domaine de l'étude sur les cellules souches. Le groupe de Stefano Bertuzzi, chercheur du Dulbecco Telethon Institute au sein de l'Institut des Technologies Biomédicales du CNR (Conseil National de la Recherche) de Segrate, près de Milan, a en effet découvert un gène qui, s'il est stimulé, déclenche dans le cerveau une production de cellules souches jusqu'à 100 fois supérieure à la production physiologique.
  • Un gène du cancer régule le sort des cellules souches du sang
    [2005-01-11] - Un mécanisme d'autorenouvellement des cellules souches a été découvert Les cellules souches du sang peuvent s'autorégénerer ou se différencier. L'équilibre entre ces deux chemins est régulé par un gène du cancer (ou "oncogène").
  • Un gène contrôle la naissance des cellules souches
    [2004-12-31] - L'absence d'un gène appelé "Sox2" dans un modèle animal est responsable de dégâts au niveau des cellules souches du cerveau, semblables à ceux que l'on observe dans la chorée de Huntington, pour la maladie d'Alzheimer et de Parkinson, des maladies neuro-dégénératives caractérisées par la perte de neurones dans le cerveau.
  • Des cellules souches prélevées des muscles pour le cerveau
    [2004-12-31] - A partir d'un minuscule fragment de notre muscle, chacun de nous pourra avoir recourt à une source individuelle de cellules souches adultes qui, cultivées en laboratoires, sont capables de se différencier en cellules musculaires et neurales.
  • Un gène contrôle la naissance des cellules souches
    [2004-12-31] - L'absence d'un gène appelé "Sox2" dans un modèle animal est responsable de dégâts au niveau des cellules souches du cerveau, semblables à ceux que l'on observe dans la chorée de Huntington, pour la maladie d'Alzheimer et de Parkinson, des maladies neuro-dégénératives caractérisées par la perte de neurones dans le cerveau.
  • Un gène contrôle la naissance des cellules souches
    [2004-12-31] - L'absence d'un gène appelé "Sox2" dans un modèle animal est responsable de dégâts au niveau des cellules souches du cerveau, semblables à ceux que l'on observe dans la chorée de Huntington, pour la maladie d'Alzheimer et de Parkinson, des maladies neuro-dégénératives caractérisées par la perte de neurones dans le cerveau.
  • Le secret des cellules souches neurales révélé
    [2004-12-15] - Le secret qui rendait les cellules souches du cerveau très résistantes à la mort a été découvert. Une étude italienne, conduite par le département d'hématologie, oncologie et médecine moléculaire de l'Institut supérieur de la santé (ISS) et publiée le 15 novembre sur le "Journal of experimental medicine"
  • AnorMED étend son programme sur l'AMD3100 pour la greffe de cellules souches
    [2004-11-22] - AnorMED Inc. (Vancouver) a annoncé le début d'essais cliniques de phase II au Canada et dans les pays de l'Union européenne en vue d'évaluer l'AMD3100 comme nouveau candidat pour la greffe de cellules souches chez les patients atteints de cancer. Les résultats cliniques obtenus jusqu'ici démontrent que l'AMD3100 augmente le nombre de cellules souches disponibles pour une greffe.
  • Cellules souches et muscle squelettique : un dogme remis en question
    [2004-09-23] - Deux équipes de l'Institut Pasteur associées au CNRS viennent de remettre en cause un dogme vieux de 10 ans en montrant que trois facteurs génétiques, et non deux comme il était communément admis, sont déterminants pour l'acquisition de l'identité musculaire à partir de cellules souches. Ces travaux, publiés le 23 septembre dans Nature, modifient notre vision de la détermination des cellules musculaires, et celle de l'acquisition de l'identité cellulaire en général.
  • CELLULES SOUCHES ET MUSCLE SQUELETTIQUE : UN DOGME REMIS EN QUESTION
    [2004-09-22] - Deux équipes de l'Institut Pasteur associées au CNRS viennent de remettre en cause un dogme vieux de 10 ans en montrant que trois facteurs génétiques, et non deux comme il était communément admis, sont déterminants pour l'acquisition de l'identité musculaire à partir de cellules souches. Ces travaux, publiés le 23 septembre dans Nature, modifient notre vision de la détermination des cellules musculaires, et celle de l'acquisition de l'identité cellulaire en général. A moyen terme, en améliorant la connaissance des mécanismes qui déterminent l'évolution des cellules souches en cellules musculaires, ces travaux vont permettre d'importantes avancées vers la thérapie génique et cellulaire des myopathies.
  • ES Cell international veut soigner le diabète grâce aux cellules souches
    [2004-09-16] - La société singapourienne ES Cell International s'est associé avec la société australienne National Stem Cell Centre afin d'avancer dans la recherche pour soigner le diabète et autres maladies débilitantes grâce à la culture de cellules souches.
  • Avancée novatrice en thérapie génique : la sélection in vivo de cellules souches génétiquement modifiées.
    [2004-07-29] - 29/07/04 - Des chercheurs de l'équipe Inserm 217 « Transfert de gènes à visée thérapeutique dans les cellules souches » de Bordeaux, dirigée par Hubert de Verneuil ont utilisé un système ingénieux de thérapie génique. Le transfert de gènes chez des souris malades, couplé à un processus de sélection positive des cellules génétiquement modifiées, a permis de restaurer les fonctions déficientes chez des souris atteintes d'une maladie hématologique. Leurs travaux publiés en ligne aujourd'hui sur le site de la revue Gene Therapy montrent qu'il est possible de traiter une maladie génétique par une thérapie génique associée à une sélection positive. Ces travaux ont bénéficié du soutien financier de l'AFM (Association Française contre les Myopathies) grâce aux dons du Téléthon.
  • Les cellules souches adultes en traitement du diabète
    [2004-05-25] - Un projet sur trois ans vient d'être mis sur pied pour vérifier si des cellules souches adultes peuvent être utilisées pour fabriquer de l'insuline et guérir du diabète. Ce projet initié par le Dr Susan Lim de l'Université Nationale de Singapour (NUS) sera dirigé par le Professeur Bernard Soria, directeur de l'Institut de Bio-ingénierie d'Alicante.
  • Des cellules souches pour réparer le foie : avancées chez l'animal.
    [2004-05-25] - Insuffisance hépatique, cirrhose, cancer du foie… : les dommages du foie sont nombreux et fréquents et la seule alternative dans les cas graves est la greffe d'un organe sain. Mais le manque d'organes disponibles limite cette pratique : en 2002, en France, 882 transplantations hépatiques ont été pratiquées pour 1509 candidats à la greffe*. L'espoir pour l'avenir vise à pouvoir greffer des cellules souches capables de se différencier en hépatocytes et de se multiplier dans le foie pour le régénérer. Si on est encore loin de l'application chez l'homme, les recherches en ce sens sont actives chez l'animal.
  • Un nouveau pas vers l'utilisation de cellules souches neuronales pour la réparation du cerveau
    [2004-03-16] - Une équipe de l'Institut Pasteur associée au CNRS vient d'identifier dans le cerveau une molécule clé capable d'attirer des nouveaux neurones et de les guider vers des zones qu'ils pourraient réparer. Cette découverte, publiée en avant-première sur le site de Nature Neuroscience (Consulter le site web), met en évidence une molécule essentielle du mécanisme de mise en place des circuits neuronaux chez l'adulte. Elle ouvre des perspectives remarquables pour le développement de thérapies de réparation du cerveau.
  • UN NOUVEAU PAS VERS L'UTILISATION DE CELLULES SOUCHES NEURONALES POUR LA REPARATION DU CERVEAU
    [2004-03-15] - Une équipe de l'Institut Pasteur associé au CNRS vient d'identifier dans le cerveau une molécule clé capable d'attirer des nouveaux neurones et de les guider vers des zones qu'ils pourraient réparer. Cette découverte, publiée en avant-première sur le site de Nature Neuroscience (http://www.nature.com/neuro/), met en évidence une molécule essentielle du mécanisme de mise en place des circuits neuronaux chez l'adulte. Elle ouvre des perspectives remarquables pour le développement de thérapies de réparation du cerveau.
  • Une nouvelle génération de neurones … à partir de cellules souches embryonnaires
    [2004-03-01] - 01/03/04 - La collaboration de trois équipes Inserm* a permis de générer des cellules nerveuses à partir de cellules embryonnaires de souris. En utilisant deux peptides exprimés naturellement dans des stades précoces de l’embryogenèse, ils ont induit la différenciation de ces cellules en neurones fonctionnels. Ces premiers résultats ouvrent d’importantes perspectives. S’ils sont confirmés chez l’homme, ils laissent entrevoir un fort potentiel pour la régénération de tissus nerveux lésés. Ils apportent également de nouvelles connaissances sur la structure des cellules souches embryonnaires. Les résultats détaillés de cette étude sont publiés dans le numéro de février de European Journal of Neuroscience.
  • Recherche sur les cellules souches pour une thérapie de l'ostéoporose et de l'arthrose
    [2004-02-24] - Depuis 2001, un groupe de recherche de l'université de Wurtzbourg (Bavière) étudie les capacités régénératrices des cellules souches adultes pour le traitement des articulations et des os: les défaillances articulaires, l'arthrose ou l'ostéoporose. Ce travail prometteur est de nouveau soutenu pour les trois prochaines années par la DFG (Deutsche Forschungsgemeinschaft) et le Land de Bavière à hauteur de 1,5 million d'euros.
  • L'Espagne vient d'adopter la réforme autorisant la recherche sur les cellules souches embryonnaires humaines
    [2003-11-05] - Faut-il ou non avoir recours à l'utilisation des cellules souches embryonnaires humaines pour les recherches thérapeutiques concernant les maladies graves ? Cette question suscite depuis 1988 un débat éthique chronique en Espagne. Depuis 1988, la loi espagnole interdisait la création ainsi que l'utilisation d'embryons humains sains à des fins de recherche scientifique.
  • Découverte d’un nouveau système de multiplication des cellules souches humaines du sang
    [2003-10-27] - 27/10/03 - Une équipe de l’Institut Cochin (Unité Inserm 567, UMR 8104 CNRS, Université René Descartes) dirigé par Axel Kahn, vient de développer une nouvelle méthode non invasive qui a permis de multiplier ex vivo le nombre de cellules souches hématopoïétiques humaines. Ces travaux sont accessibles en ligne, sur le site de la revue Nature Medicine : http://www.nature.com/naturemedicine/
  • Multiples initiatives pour les cellules souches (suite de l'éditorial)
    [2003-10-13] - Au cours du colloque mentionné dans l'éditorial, "Stem cells : shaping the future" organisé par le Medical Research Council (MRC) les 15 et 16 septembre, la première journée a porté sur les développements de la recherche fondamentale et des applications cliniques des cellules souches.
  • Cellules souches musculaires : première évidence d’un effet protecteur considérable sur la souris.
    [2003-05-12] - 12/05/03 - Une équipe de chercheurs de l’Inserm coordonnée par Judith Melki (Equipe Inserm 223 « Neurogénétique moléculaire », Université d’Evry- Val d’Essonne) vient de démontrer les remarquables capacités de « réparation » des cellules souches du muscle, dans le cas de maladies génétiques affectant le muscle, à l’échelle d’un organisme entier. Ce travail, financé en partie par l’AFM grâce aux dons du Téléthon, met en évidence, sur des souris, la propriété de ces cellules souches adultes à protéger les animaux du développement de signes sévères associés à un processus myopathique, tels que la paralysie progressive ou une faible espérance de vie. Le détail des résultats de cette recherche est publié dans la revue The Journal of Cell Biology, datée du 12 mai 2003.
  • Une nouvelle compagnie de recherche sur les cellules souches au Canada
    [2003-04-28] - L'Institut de recherche en santé d'Ottawa (IRSO) a annoncé aujourd'hui le lancement d'une nouvelle entreprise dérivée, spécialisée en recherche et en développement de nouvelles thérapies fondées sur les cellules souches pour certaines maladies parmi les plus invalidantes au monde.
  • Les cellules souches neuronales chez l'adulte De nouveaux neurones pour le bulbe olfactif
    [2003-04-22] - Pour la première fois, des chercheurs montrent comment un précurseur neural acquiert progressivement des caractéristiques fonctionnelles pour devenir un véritable neurone. Cette étude, menée par l'équipe de Pierre-Marie Lledo, directeur de recherche au CNRS, chef de l'Unité "Perception et mémoire olfactive" de l'Institut Pasteur (associée au CNRS), en collaboration avec celle d'Arturo Alvarez-Buylla, de l'Université de Californie à San Francisco, est publiée en avant-première sur le site de Nature Neuroscience, le 21 avril 2003. Elle pourrait contribuer à élaborer de nouvelles stratégies thérapeutiques.
  • LES CELLULES SOUCHES NEURONALES CHEZ L'ADULTE De nouveaux neurones pour le bulbe olfactif
    [2003-04-22] - Pour la première fois, des chercheurs montrent comment un précurseur neural acquiert progressivement les caractéristiques fonctionnelles pour devenir un véritable neurone. Cette étude, menée par l'équipe de Pierre-Marie Lledo, directeur de recherche au CNRS, chef de l'Unité "Perception et mémoire olfactive" de l'Institut Pasteur (associée au CNRS), en collaboration avec celle d'Arturo Alvarez-Buylla, de l'Université de Californie à San Francisco, est publiée en avant-première sur le site de Nature Neuroscience, le 21 avril 2003.
  • Les cellules souches au secours des diabétiques
    [2003-01-02] - La compagnie singapourienne ES Cell International (ESI) a conclu un accord avec la société Curis pour l'utilisation de méthodologies permettant de transformer des cellules souches en des cellules productrices d'insuline contre le diabète. La société Curis a pour coeur d'activité la recherche de thérapies qui modifient l'activité régulatoire du corps humain (prolifération et differentiation de cellules).
  • Amélioration de la maladie de Parkinson grâce à des cellules-souches adultes
    [2002-04-16] - Lors d'une réunion de l'American Association of Neurological Surgeons, qui s'est tenue à Chicago la semaine dernière, une équipe de neurochirurgie du Cedars-Sinai Medical Center à Los Angeles, en collaboration avec des chercheurs de Celmed BioSciences, a prélevé entre 50 et 100 cellules souches du cerveau d'un ingénieur californien âgé de 59 ans atteint de la maladie de Parkinson, les a mises en culture pendant plusieurs mois et en a injecté à nouveau environ six millions dans le cerveau du patient.
  • Des cellules souches adultes utilisées pour réparer les dommages causés par la maladie de Parkinson
    [2002-04-01] - Des chercheurs de Celmed BioSciences, une filiale de Theratechnologies (entreprise biopharmaceutique canadienne), ont annoncé lors de l'assemblée annuelle de l'American Association of Neurological Surgeons (AANS) à Chicago que des cellules souches neuronales adultes ont été prélevées du système nerveux central d'un patient et utilisées avec succès pour traiter la maladie de Parkinson.
  • Des chercheurs identifient une nouvelle source de cellules souches
    [2001-08-13] - 13 août 2001 - Des recherches récentes ont permis à l'Institut neurologique de Montréal (INM) de l'Université McGill d'identifier une source non controversée de cellules souches capables de produire les types de cellules neurales nécessaires au rétablissement potentiel de patients victimes d'une lésion de la moelle épinière ou de ceux atteints de la maladie de Parkinson.
  • La santé mentale et les cellules souches aux premières places
    [2001-06-30] - Afin de préparer le prochain budget, l'"Office for Science and Technology" (OST) a demandé aux différents "Research Councils" de déterminer le plus rapidement possible quelles étaient leurs futures stratégies. Au "Medical Research Council" (MRC), ce sont les 4 comités scientifiques qui sont chargés, dans leurs domaines respectifs, de sélectionner les projets les plus importants à développer dans l'avenir, avant que le comité du MRC ne choisisse.
  • PRODUCTION DE CELLULES NERVEUSES A PARTIR DE CELLULES SOUCHES EMBRYONNAIRES
    [2000-11-27] - Trois groupes de recherche de l'université de Kyoto, de l'Institute of Physical and Chemical Research et de Kyowa Hakko Kogyo ont conjointement réussi à atteindre un rendement élevé de production de cellules nerveuses à partir de cellules souches embryonnaires murines.
  • Les signaux de cellules souches embryonnaires aident les embryons de souris
    [0000-00-00] - Lorsque des scientifiques ont injecté des cellules souches embryonnaires dans des embryons de souris prédisposés à un défaut cardique mortel, des molécules de signalisation sécrétées des cellules souches ont empêché le développement de la maladie dans le coeur, annonce-t-on dans une nouvelle étude.
  • Des cellules souches spécifiques aux patients
    [0000-00-00] - Des scientifiques ont isolé les premières lignées de cellules souches embryonnaires d’êtres humains, spécifiquement conçues pour correspondre à l’ADN nucléaire de patients, mâles ou femelles et d’âges différents, souffrant d’une maladie ou d’une blessure de la moelle épinière.
  • La reprogrammation de cellules souches adultes
    [0000-00-00] - Des chercheurs ont fusionné une cellule de la peau adulte avec une cellule souche embryonnaire et ont démontré que la cellule a été reprogrammée pour revenir à son état embryonnaire.
  • Des cellules souches qui marchent au poil
    [0000-00-00] - Et si on pouvait faire repousser des follicules pileux en utilisant des cellules souches? A partir d'un modèle animal, une équipe de recherche menée par le professeur Yann Barrandon, directeur du Laboratoire de dynamique des cellules souches, conjoint au CHUV et à l'EPFL, prouve qu'il est possible de tirer parti du mécanisme cellulaire des mammifères pour générer des poils et des cheveux à volonté et de façon durable. Cette recherche fait aujourd'hui la une de la revue américaine Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS).

Actualités des Hopitaux (1 résultats) +

  • Première lignée française de Cellules souches embryonnaires humaines (AP-HP)
    [2007-11-05] - es chercheurs de la plate-forme « Cellules souches embryonnaires humaines » à l’Institut André Lwoff(1), dirigée par Annelise Bennaceur-Griscelli, Professeur d’Hématologie à l’Université Paris-Sud 11 / Praticien Hospitalier(AP-HP) / Unité Inserm 602 « Microenvironnement et physiopathologie de la différenciation », viennent d’obtenir, en partenariat avec le CNRS, la première lignée française de cellules souches embryonnaires humaines.

Actualités industrie santé (33 résultats) +

Actualités réglementaires santé (1 résultats) +

Publicité
Les + lues: Actualités scientifiques

Plus encore:

---

Suivez nous...

google plus Facebook twitter Newsletter

---


---

Plan du site

Emploi