Publicité

---

BIOLOGIE CLINIQUE

[2013-10-07] - Certaines régions de l'ADN sont très mobiles et participent ainsi au contrôle de l'expression génétique par leurs mouvements dynamiques. L'équipe de Maria?Elena Torres?Padilla, directrice de recherche Inserm, à l'Institut de génétique et de biologie moléculaire et cellulaire (Inserm/CNRS/Université de Strasbourg) vient de développer une méthode permettant d'observer l'organisation et les mouvements du génome dans le temps et l'espace. Les chercheurs sont parvenus à marquer puis suivre des gènes parentaux au cours de divisions cellulaires. Cette nouvelle méthode constitue un atout majeur pour comprendre les processus qui en découlent pour la régulation des gènes. Ces résultats sont publiés le 6 octobre 2013 sur le site de revue Nature Structural & Molecular Biology.


[2013-09-27] - Constamment menacée par des stress et des dommages, la cellule est capable de réagir pour prévenir les risques de se transformer en cellule tumorale. Geneviève Almouzni1 et son équipe s'intéressent aux mécanismes cellulaires mis en jeu pour répondre aux agents endommageant et ainsi préserver les capacités fonctionnelles du génome. Et dans cette mission, HIRA joue un rôle tout à fait unique. Ces travaux sont publiés en ligne dans Cell, le 26 septembre 2013.


[2013-09-09] - Des chercheurs des universités de Montréal et McGill élaborent une nouvelle méthode permettant de lier les molécules de transmission des signaux cellulaires aux régulateurs de division cellulaire cibles.


[2013-09-05] - Des nanostructures composées de brins d’ADN peuvent encapsuler et libérer des molécules médicamenteuses de petite taille.


[2013-08-26] - Des résultats intéressants pour la recherche sur les nanomatériaux biologiques.


[2013-08-01] - Des scientifiques montréalais développent une approche novatrice pour analyser le génome


[2013-07-23] - Des chercheurs de l’Université Concordia précisent le lien entre l’optimisme et le cortisol – ou « hormone de stress ».


[2013-06-25] - Une hormone stimule le soutien social, selon des chercheurs de l’Université Concordia.


[2013-06-11] - Une étude réalisée par des médecins et chercheurs de Sherbrooke, de Montréal et de Québec a conduit à la découverte d'un gène à l'origine des atrésies intestinales multiples, une rare et mortelle maladie héréditaire touchant les nouveau-nés. En plus d'explorer de nouvelles options thérapeutiques pour les enfants atteints, la découverte du gène TTC7A permettra l'élaboration d'un test diagnostic prénatal et d'un test de dépistage des parents porteurs qui seraient offerts par le Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CHUS).


[2013-04-17] - Des chercheurs de l'Institut Pasteur, du CNRS, de l'Institut Curie et de l'Inserm, ont mis en évidence un mécanisme qui permet à la bactérie Legionella pneumophila (agent principal de la légionellose) de « reprogrammer » l'expression des gènes des cellules qu'elle infecte. Ce mécanisme, jamais observé auparavant, facilite la survie et la prolifération de Legionella pneumophila pendant l'infection. Ces travaux apportent de précieuses informations sur la régulation de l'expression des gènes, ainsi qu'un éclairage important sur les tactiques employées par les bactéries pour manipuler les cellules hôtes. Ces recherches sont publiées en ligne le 17 avril sur le site de Cell Host & Microbe.


[2013-04-17] - Pour la première fois, des chercheurs de l'Institut Pasteur, du CNRS et de l'Université du Texas ont pu observer les effets de l'éthanol (alcool présent dans les boissons alcoolisées) à l'échelle atomique sur des récepteurs du système nerveux central. Les scientifiques ont ainsi identifié cinq sites de liaison de l'éthanol dans un analogue bactérien des récepteurs nicotiniques, et déterminé comment la liaison de l'éthanol stimule l'activité du récepteur. Ces résultats sont directement extrapolables aux récepteurs humains du GABA (le plus important neurotransmetteur inhibiteur du cerveau humain), qui constituent la principale cible de l'éthanol dans le système nerveux central. Ces travaux sont publiés en ligne le 16 avril sur le site de la revue Nature Communications. Ils ouvrent la voie à la synthèse de composés antagonistes à l'éthanol qui permettraient de limiter l'effet de l'alcool sur le cerveau.


[2013-04-11] - Des chercheurs de l'Institut Pasteur et du CNRS ont démontré que l'utilisation d'antibiotiques à faible dose est susceptible d'augmenter l'apparition de résistances chez des bactéries pathogènes. Les scientifiques ont observé qu'une faible concentration d'antibiotique suffit à activer chez ces bactéries une réponse de stress. Appelée « SOS », cette réponse entraîne l'acquisition de gènes de résistance par deux voies distinctes. Ces travaux font l'objet d'une publication en ligne le 11 avril sur le site de Plos Genetics.


[2013-04-10] - Une équipe de chercheurs de l'Inserm, du CNRS et du MDC, dirigée par Michael Sieweke du Centre d'Immunologie de Marseille Luminy (CNRS, Inserm, Aix Marseille Université) et du Centre de Médecine Moléculaire Max Delbrück de Berlin-Buch, révéle aujourd'hui un rôle inattendu des cellules souches hématopoïétiques : outre leur capacité à assurer le renouvellement continu de nos cellules sanguines ces dernières sont aussi capables de produire, « à la demande » et en urgence, les globules blancs qui permettent à l'organisme de faire face à une inflammation ou une infection. Cette propriété insoupçonnée pourrait être utilisée pour protéger des infections les patients ayant bénéficié d'une greffe de moelle osseuse, le temps que leur système immunitaire se reconstitue. Ces travaux sont publiés dans la revue Nature datée du 10 avril 2013.


[2013-03-29] - A l'Institut Curie, Matthieu Piel, chargé de recherche CNRS, et son équipe développent des approches innovantes pour étudier la cellule et son fonctionnement. Grâce à des outils microscopiques, Julie Lafaurie-Janvore, doctorante dans cette équipe, a découvert comment se déclenche la dernière étape de la division cellulaire, le moment clé où les deux cellules filles se séparent définitivement pour aller « vivre leur vie ». Et avant de couper le cordon, ces deux cellules prennent leur temps pour s'assurer de bien trouver leur place dans le tissu. Avec cette découverte publiée dans Science du 29 mars 2013, l'équipe de Matthieu Piel apporte de nouvelles connaissances sur la division cellulaire et les verrous de sécurité existant pour éviter l'apparition de cellules défectueuses pouvant conduire au cancer.


[2013-02-28] - La syphilis gagne du terrain partout dans le monde, et il est urgent de pouvoir la dépister rapidement et de manière fiable.


[2013-02-24] - Des chercheurs du CEA, du CNRS et de l'Université Paris-Sud présentent le premier modèle de l'architecture de la protéine MLH1, l'une des protéines impliquées principalement dans le syndrome de Lynch, une prédisposition génétique au cancer colorectal. Cette « image » à l'échelle atomique de MLH1 permettra de mieux comprendre les processus génétiques à l'origine de la maladie. Ce résultat constitue le départ d'un projet clinique d'aide au diagnostic, avec l'hôpital de la Timone (Assistance Publique - Hôpitaux de Marseille) et l'Institut Curie (en région parisienne), pour cibler les traitements en fonction des nombreuses variantes de cette anomalie. Ces travaux sont publiés dans Nature Structural & Molecular Biology le 24 février (en ligne).


[2013-02-04] - Les protéines guidant les neurones régulent la plasticité du cerveau.


[2013-01-21] - Malgré les progrès de la médecine régénérative, avec l'âge, la peau perd ses propriétés de manière irréversible. L'équipe ATIP-Avenir "Homéostasie et tumorigenèse épidermiques" dirigée par Chloé Féral, chargée de recherche à l'Inserm à l'Institut de recherche sur le cancer et le vieillissement (Inserm/CNRS/Université Sophia Antipolis), vient de définir les mécanismes cellulaires et moléculaires impliqués dans le maintien des cellules de la peau et la cicatrisation cutanée au cours du vieillissement. Ces mécanismes, décrits in vivo chez la souris, font intervenir la molécule CD98hc, un acteur du renouvellement de l'épiderme qui pourrait constituer un indicateur de la capacité de la peau à se régénérer. Ces travaux sont publiés dans la revueThe Journal of Experimental Medicine.


[2013-01-16] - L'un des mécanismes impliqués dans l'apparition de la dépression causée par le stress vient d'être révélé chez la souris par des chercheurs du CNRS, de l'Inserm et de l'UPMC1. Ils ont déterminé le rôle du récepteur de la corticostérone, l'hormone du stress, dans la modification à long terme des comportements induits par un stress chronique. Chez des souris subissant des agressions répétées, ce récepteur participe à la mise en place d'une aversion sociale en contrôlant la libération de dopamine2, un messager chimique clef. Si ce récepteur est bloqué, les animaux deviennent « résilients » : bien qu'anxieux, ils surmontent le traumatisme et ne fuient plus le contact avec leurs congénères. Ces travaux sont publiés dans Science le 18 janvier 2013.


[2012-12-20] - La capacité des bactéries à produire des mutations, et donc à s'adapter, évolue en fonction de leur environnement et de leur niveau d'adaptation. C'est ce que viennent de montrer des chercheurs du Laboratoire adaptation et pathogénie des micro-organismes (LAPM, CNRS/Université Joseph Fourier-Grenoble) (1), en collaboration avec le Génoscope (CEA/IG-Evry). Les mutations du génome des bactéries participent à leur capacité d'adaptation et sont, par exemple, responsables de l'émergence de bactéries multi-résistantes aux antibiotiques ou de bactéries pathogènes responsables d'infections nosocomiales. Comprendre l'évolution des mécanismes qui contrôlent l'apparition des mutations est donc essentiel pour améliorer la lutte contre ces micro-organismes. Ces résultats viennent d'être publiés dans la revue Proceedings of the National Academy of Science (PNAS).


1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 suivant
Publicité
Publicité
Les + lues: Actualités scientifiques

Plus encore:

---

Suivez nous...

google plus Facebook twitter Newsletter

---


---

Plan du site

Emploi