Publicité

---

Actualités industrie santé
2016-11-30

Le réseau de recherche mondial traque le lien manquant entre la génétique et les facteurs environnementaux pour révéler les secrets des maladies mondiales tels que le cancer et le diabète afin de révolutionner les soins médicaux

Le réseau de recherche mondial traque le lien manquant entre la génétique et les facteurs environnementaux pour révéler les secrets des maladies mondiales tels que le cancer et le diabète afin de révolutionner les soins médicaux



-- L'International Phenome Centre Network (IPCN - Réseau international des centres sur le phénome) des principaux instituts de recherche mondiaux œuvre à transformer les soins de santé par le biais de la phénomique, à savoir les interactions dynamiques entre nos gènes et notre environnement.

-- La phénomique peut faire progresser la médecine de précision en permettant de mieux comprendre les maladies d'importance mondiale, et notamment l'autisme, les cancers, les problèmes de santé mentale, les accidents vasculaires cérébraux, l'obésité, les maladies métaboliques et le diabète de type 2.

-- Lancé par le MRC-NIHR National Phenome Centre (Centre national sur le phénome MRC-NIHR) à l'Imperial College London, l'IPCN englobe douze partenaires internationaux avec des plateformes multi-institutionnelles régionales en Australie, au Canada, en Chine, au Japon, à Singapour, à Taïwan, aux États-Unis et au Royaume-Uni.
DOHA, Qatar, 30 novembre 2016 /PRNewswire/ -- Un nouveau réseau mondial associant les principaux centres de recherche à travers le monde a été lancé aujourd'hui pour s'attaquer à certains des défis mondiaux de notre époque les plus urgents en matière de santé tels que l'autisme, le cancer, le diabète et la démence. L'International Phenome Centre Network (IPCN - Réseau international des centres sur le phénome) améliorera considérablement les capacités de recherche mondiales dans le domaine de la phénomique. Grâce à une analyse complète des fluides biologiques ou des tissus cellulaires, la phénomique examine la façon dont notre style de vie et l'environnement auxquels nous sommes exposés interagissent avec nos gènes. Cela peut permettre d'expliquer pourquoi certaines personnes développent des maladies alors que d'autres ne les développent pas. Le réseau a été lancé lors d'une présentation spéciale au World Innovation Summit for Health (WISH) à Doha, au Qatar.

Logo - http://photos.prnewswire.com/prnh/20161129/443574LOGO

Il est largement reconnu que les gènes des personnes ne sont pas suffisants pour expliquer la façon dont se développent les maladies et que la prévention, la détection et le traitement des maladies peuvent être améliorés en comprenant les interactions dynamiques entre nos gènes, environnements, microbiomes, régimes alimentaires et styles de vie et leur expression chez les différents individus et populations. La mission de l'IPCN est de mieux comprendre comment la variation des interactions entre les gènes et l'environnement affecte les maladies à toutes les étapes de la vie pour différentes populations. À l'aide de jeux de données fiables et harmonisés représentant les diverses populations mondiales, cette recherche façonnera les politiques de santé publique mondiales et le développement de nouvelles thérapies.

« Le monde est confronté à une convergence sans précédent de facteurs environnementaux et liés aux modes de vie qui augmentent de façon spectaculaire les risques de maladies chroniques et constituent les plus grands défis de notre époque en matière de santé publique. L'International Phenome Centre Network crée des centres de science analytique harmonisés à l'échelle internationale axés sur la compréhension des interactions entre les gènes et l'environnement qui sous-tendent le risque de maladies, la biologie comparative des principales maladies, et qui répondent aux besoins médicaux et en soins de santé non satisfaits », a déclaré le professeur Jeremy Nicholson, directeur du MRC-NIHR National Phenome Centre (NPC) et chef du service de chirurgie et du cancer à l'Imperial College London.

Lancé par le NPC à l'Imperial College London, l'IPCN englobe douze partenaires internationaux avec des plateformes multi-institutionnelles régionales en Australie, au Canada, en Chine, au Japon, à Singapour, à Taïwan, aux États-Unis et au Royaume-Uni.

Depuis 2012, le NPC a fondé un laboratoire des meilleures pratiques et des méthodologies de recherche en phénomique ; le nouvel IPCN partagera ces connaissances dans le monde entier. Si la recherche est menée de façon similaire et harmonisée, il devient alors plus simple de combiner les jeux de données et de comparer les résultats. Cela signifie qu'il est possible d'entreprendre des études plus importantes et plus complexes qui n'auraient pu être engagées autrement et que les études moins complexes peuvent être terminées plus rapidement que si elles avaient été menées par un centre individuel isolé.

« La recherche phénoménique est véritablement l'une des prochaines frontières médicales qui peuvent faire évoluer notre compréhension de toute une série de maladies et de pathologies », a déclaré Madame la professeur Sally Davies, médecin-chef du Royaume-Uni. « La façon dont nous traitons l'autisme, les cancers, la maladie mentale, les accidents vasculaires cérébraux, l'obésité, les maladies métaboliques et le diabète de type 2 pourrait être révolutionnée par la recherche dans ce domaine. Il est également bénéfique pour notre travail de traverser les frontières internationales afin de trouver plus rapidement des moyens de s'attaquer aux plus grands défis mondiaux en matière de santé publique auxquels nous sommes aujourd'hui confrontés. »

« À Singapour, nous accueillons le lancement de l'International Phenome Centre Network », a déclaré le professeur James Best, doyen de l'école de médecine Lee Kong Chian, Université technologique Nanyang. « Grâce à ce partenariat, le Singapore Phenome Centre à l'Université technologique Nanyang aura de meilleures opportunités de collaborer au niveau international. En regroupant les données obtenues grâce à une méthodologie harmonisée et en partageant des idées, nous comprendrons mieux les anomalies biochimiques qui sous-tendent les troubles métaboliques tels que le diabète. »

« Le programme WISH vise à comprendre et à cartographier les changements dans les besoins sanitaires mondiaux ainsi que les problèmes médicaux et de santé émergents », a déclaré le professeur Lord Ara Darzi of Denham, directeur de l'Institute of Global Health Innovation à l'Imperial College London. « L'IPCN est appelé à prendre en charge bon nombre de ces défis sanitaires, tels que l'obésité, le diabète, les cancers et l'autisme, ainsi qu'à créer un cadre technologique pour étudier la biologie comparative des maladies au niveau mondial. »

Les fondateurs du réseau sont l'Imperial College London avec ses entreprises partenaires Waters Corporation et Bruker Corporation. Waters et Bruker ont développé des technologies de spectrométrie de masse et de spectroscopie de résonance magnétique nucléaire (RMN) qui permettent un phénotypage métabolique évolué, précis et efficace. Le phénotypage métabolique implique l'identification des métabolites présents dans les fluides corporels et les échantillons de tissus qui fournit des informations sur l'état de santé et la fonction physiologique actuels de la personne. En retour, il permet d'obtenir des informations sur les maladies et pathologies métaboliques.




Article précédent
Article suivant

> Article écrit le par International Phenome Centre Network

Cet article a été consulté: 40 fois

Notes :

Source : PRN-International Desk

Publicité

Contenu relatif

: dernières actualités

Publicité
Les + lues: Actualités scientifiques

Plus encore:

---

Suivez nous...

google plus Facebook twitter Newsletter

---


---

Plan du site

Emploi