Publicité

---

Actualités industrie santé
2007-12-31

La FDA autorise les comprimés de Letairis(TM) (Ambrisentan)

La FDA autorise les comprimés de Letairis(TM) (Ambrisentan)

La FDA autorise les comprimés de Letairis(TM) (Ambrisentan) de 5 et 10 mg du laboratoire Gilead, dans le traitement de l’hypertension artérielle pulmonaire (groupe 1 OMS) par prise unique journalière, chez les patients présentant des symptômes fonctionnels de classe II ou III OMSµ. Gilead annonce également le lancement de Gilead(TM)Solutions, un programme d’accès complet.

FOSTER CITY, Californie--Gilead Sciences, Inc. (Nasdaq : GILD) a annoncé aujourd’hui l’autorisation par la FDA (service du gouvernement américain responsable de la pharmacovigilance) des comprimés de Letairis(TM) (Ambrisentan) de 5 et 10 mg. Le Letairis est un antagoniste de récepteur de l’endothéline (ERA, endotheline receptor antagonist) indiqué dans le traitement de l’hypertension artérielle pulmonaire par prise unique journalière (groupe 1 OMS), chez les patients atteints de symptômes fonctionnels de classe II ou III OMS, afin d’améliorer leur capacité à faire de l’exercice et de retarder l’aggravation clinique. Le Letairis sera disponible aux États-Unis en début de semaine prochaine. En raison des risques de lésion hépatique et d’anomalies congénitales qu’il présente, ce produit ne sera disponible qu’à travers le programme Letairis d’accès et d’éducation (LEAP, Letairis Education and Access Program), un programme de distribution limitée mis sur pied afin d’aider les patients à s’informer sur les risques du Letairis.

« L’HTAP est une maladie débilitante qui met en danger la vie du malade et pour laquelle le besoin en nouveaux traitements se fait encore cruellement sentir, » a déclaré Lewis J. Rubin, MD, professeur en médecine de l’université de Californie à San Diego. « La mise à disposition de nouveaux traitements tels que l’Ambrisentan est cruciale pour que nous puissions venir en aide aux patients qui vivent avec cette maladie grave. »

« L’ensemble de la famille Gilead tient à inclure dans ses remerciements les chercheurs et les patients qui ont participé aux essais cliniques du Letairis et tient à souligner les efforts déployés par la FDA américaine, pour faire en sorte que ce produit arrive le plus rapidement possible jusqu’à ceux qui en ont besoin, » a déclaré John C. Martin, PhD, président-directeur général de Gilead Sciences. « En tant que société qui se consacre à faire progresser les produits thérapeutiques pour les maladies représentant des besoins médicaux non satisfaits, nous avons hâte de créer un partenariat avec la communauté d’HTAP, afin de venir en aide aux patients vivant avec cette maladie. »

Lors de deux essais cliniques aléatoires de 12 semaines, à double insu, de phase III contrôlés par placebo (ARIES-1 et ARIES-2) effectués sur un total de 393 patients, le traitement au Letairis a eu pour résultat une amélioration significative sur une distance de marche de six minutes. Une augmentation de la distance parcourue en marchant a été observée après quatre semaines de traitement avec chaque dosage de Letairis, avec un rapport dose-efficacité observé au terme de 12 semaines de traitement. Lors de l’essai ARIES-1, des changements de la moyenne corrigée après placebo et de la valeur médiane par rapport à la base de référence de 31 mètres et de 27 mètres (p=0,008) respectivement, ont été observés avec le dosage de 5 mg. Des changements de la moyenne corrigée après placebo et de la valeur médiane par rapport à la base de référence de 51 mètres et de 39 mètres (p inférieur à 0,001) respectivement, ont été observés avec le dosage de 10 mg. Lors de l’ARIES-2, des changements de la moyenne corrigée après placebo et de la valeur médiane par rapport à la base de référence de 59 mètres et de 45 mètres (p inférieur à 0,001) respectivement, ont été observés avec le dosage de 5 mg.

Le traitement au Letairis a également retardé de manière significative le délai d’aggravation clinique de l’HTAP.

L’aggravation clinique a été définie comme la survenue du décès, d’une greffe pulmonaire, d’une hospitalisation pour HTAP, de septostomie atriale, du retrait de l’étude en raison de l’addition d’autres agents thérapeutiques d’HTAP, ou du retrait de l’étude en raison d’un échappement précoce (maladie évolutive).

Le suivi à long terme des patients ayant été traités au Letairis dans les deux études pivotales et dans l’extension ouverte (n=383), indique que 95 pour cent d’entre eux étaient encore en vie après un an de traitement et que 94 pour cent recevaient toujours le Letairis en monothérapie. Ces observations non contrôlées ne permettent pas la comparaison avec un groupe n’ayant pas reçu de Letairis et ne peuvent pas être utilisées en vue de déterminer l’effet du Letairis à long terme.

Lors des essais ARIES-1 et ARIES-2, 261 patients au total ont reçu du Letairis par prise unique journalière dosée à 2,5, 5 ou 10 mg et 132 patients ont reçu le placebo. Parmi les effets indésirables les plus courants et survenus le plus fréquemment parmi les patients traités au Letairis comparés à ceux traités avec le placebo lors des études ARIES-1 et ARIES-2, nous pouvons citer (fréquence corrigée après placebo) : l’œdème périphérique (6 pour cent), la congestion nasale (4 pour cent), la sinusite (3 pour cent), les bouffées congestives (3 pour cent) et les palpitations (3 pour cent). La plupart des événements indésirables aux médicaments ont été bénins à modérés et seule la congestion nasale dépendait de la dose administrée.

Outre les données des essais cliniques de phase III, l’autorisation du Letairis repose également sur des données provenant d’un essai ouvert non contrôlé effectué sur 36 patients ayant préalablement interrompu les antagonistes de récepteur de l’endothéline (le Bosentan, un nouveau médicament de recherche ou les deux) en raison des élévations d’amino-transférase plus de trois fois supérieures à la limite normale supérieure. Avec une période de suivi médiane de 13 mois et avec 50 pour cent des patients augmentant la dose de Letairis à 10 mg, aucun patient n’a arrêté le traitement en raison des élévations d’amino-transférase. Les événements indésirables les plus courants observés ont été des œdèmes périphériques, des céphalées, de la dyspnée et des bouffées congestives. L’étude suggère que le Letairis serait une option pour les patients ayant expérimenté des élévations asymptomatiques d’amino-transférase sur d’autres antagonistes de récepteur de l’endothéline, après le retour à la normale des niveaux d’amino-transférase.

« Il y a dix ans à peine, les patients n’avaient que peu d’options disponibles pour combattre leur maladie, mais un nouvel espoir est en train de naître avec la prise de conscience croissante de cette maladie importante et les nouveaux traitements proposés, » a déclaré Rino Aldrighetti, président-directeur général de l’Association contre l’hypertension pulmonaire (PHA, Pulmonary Hypertension Association).

À propos du programme LEAP

En raison des risques de lésion hépatique et d’anomalies congénitales qu’il présente, le Letairis n’est disponible qu’à travers un programme spécial de distribution limitée appelé programme LEAP, en composant le +1 866 664 LEAP (+1 866 664 5327). Seules les personnes autorisées à prescrire des médicaments et les pharmacies inscrites au programme LEAP sont autorisées à prescrire et à distribuer le Letairis. De plus, le Letairis ne peut être administré qu’aux patients qui sont inscrits et remplissent toutes les conditions du programme LEAP.

À propos de Gilead(TM)Solutions

Gilead a également annoncé aujourd’hui le lancement de Gilead(TM)Solutions, un ensemble de programmes complet destiné à aider les patients à naviguer à travers le processus de remboursement pour le Letairis et à aider à réduire au maximum les obstacles au traitement.

« L’engagement pris par Gilead est d’abord et avant tout un engagement envers les patients, » a déclaré le Dr Martin. « Notre espoir est que ce programme garantisse un meilleur accès aux soins pour les patients atteints d’HTAP se trouvant dans des situations très diverses, notamment le groupe de patients souvent laissés pour compte qui possèdent une assurance pour le remboursement des médicaments, mais dont les frais non pris en charge sont exorbitants. »

Gilead aidera la plupart des patients admissibles bénéficiant d’assurances privées dont les quotes-parts mensuelles sont élevées, avec une partie de leurs frais non pris en charge. De la même façon, les patients bénéficiant de la couverture Medicare pour les médicaments sur ordonnance ou d’autres assurances financées par le gouvernement, pourront se faire aider pour les quotes-parts et les franchises à travers deux fondations de patients indépendantes existantes. Certaines restrictions pourront s’appliquer. L’équipe Gilead de prise en charge des remboursements, orientera les patients vers ces ressources et leur expliquera les grandes lignes de l’admissibilité au programme et le montant de l’aide financière disponible.

De la même façon que dans les programmes établis par Gilead pour les patients dans d’autres zones de maladie, notamment le VIH/SIDA et l’hépatite B chronique, les patients non assurés ou sous-assurés auront accès à des services de conseil et de prise en charge des remboursements lors de leur demande d’inscription à des programmes d’assurance publics, auxquels ils peuvent prétendre.

Gilead a également établi un programme qui examine les problèmes d’accès uniques se présentant lors du lancement d’un nouveau produit, avant même la finalisation du statut de la liste des médicaments et des niveaux de couverture du payeur. Cela garantira l’accès immédiat des médecins et des patients au Letairis, pendant que l’équipe Gilead de prise en charge des remboursements travaille à l’identification d’une aide financière adaptée.

Les programmes et services Gilead Solutions ne seront disponibles qu’après inscription au programme LEAP.

« De nombreux patients atteints d’HTAP sont confrontés à des obstacles financiers considérables, tels que des frais de ticket modérateur exorbitants, tandis qu’ils luttent tout au long de ce qui peut être un processus d’autorisation de traitement, puis de remboursement difficile, le tout en ayant à supporter leurs symptômes d’HTAP, » a déclaré Joy Beckmann, infirmière diplômée, membre du réseau médical stratégique (MSN, Medical Strategic Network), présidente du réseau de ressources pour l’hypertension pulmonaire, de l’Association contre l’hypertension artérielle et coordinatrice de recherche au Liu Center for Pulmonary Hypertension, au Los Angeles Biomedical Research Institute du Harbor-UCLA Medical Center. « Il est important que des programmes adaptés soient en place pour faire en sorte que les patients ne se voient pas refuser l’accès au traitement pour des raisons financières. »

AVERTISSEMENT : RISQUE DE LÉSION HÉPATIQUE

Le Letairis peut entraîner une élévation des amino-transférases (ALT et AST) hépatiques au moins trois fois plus importante que la limite normale supérieure. Le traitement au Letairis a été associé à des élévations d’amino-transférase supérieures à trois fois la limite normale supérieure, chez 0,8 pour cent des patients dans les essais de 12 semaines et chez 2,8 pour cent des patients dans les essais ouverts à long terme allant jusqu’à un an. Un cas d’élévations d’amino-transférase plus de trois fois supérieures à la limite normale supérieure a été accompagné d’élévations de la bilirubine plus de deux fois supérieures à la limite normale supérieure. Ces changements servant de marqueur de lésion hépatique potentielle grave, les niveaux d’amino-transférase sérique (et de bilirubine si les niveaux d’amino-transférase sont élevés) doivent être mesurés avant le début du traitement, puis chaque mois.

Les élévations d’amino-transférase doivent être examinées de très près. Le Letairis doit généralement être évité chez les patients dont les amino-transférases sont élevées et plus de trois fois supérieures à la limite normale supérieure par rapport à la base de référence, car la surveillance des lésions hépatiques peut s’avérer plus difficile. Si les élévations d’amino-transférase hépatique sont accompagnées de symptômes cliniques de lésion hépatique (tels que nausées, vomissements, fièvre, douleurs abdominales, ictère ou léthargie ou fatigue inhabituelle) ou d’augmentations de la bilirubine plus de deux fois supérieures à la limite normale supérieure, le traitement doit être interrompu. Aucune expérimentation de réintroduction du Letairis dans ces circonstances n’a été menée.

CONTRE-INDICATION : GROSSESSE

L’utilisation du Letairis chez les femmes enceintes présente de très hauts risques d’anomalies congénitales, puisque ces effets sont invariablement apparus lors de son administration à des animaux. La grossesse doit par conséquent être exclue avant le début du traitement au Letairis et être évitée après-coup par l’utilisation d’au moins deux méthodes contraceptives fiables, sauf si la patiente est dans l’incapacité de tomber enceinte. Chez les femmes capables de tomber enceintes, des tests de grossesse doivent être réalisés chaque mois.

Informations de sécurité importantes

Les effets secondaires les plus courants et de fréquence supérieure chez les patients traités au Letairis par rapport à ceux traités avec le placebo, étaient notamment (fréquence corrigée après placebo) : œdème périphérique (6 pour cent), congestion nasale (4 pour cent), sinusite (3 pour cent), bouffées congestives (3 pour cent), palpitations (3 pour cent), rhino-pharyngite (2 pour cent), douleurs abdominales (2 pour cent), constipation (2 pour cent), dyspnée (1 pour cent) et céphalée (1 pour cent).

Des élévations des amino-transférases hépatiques ont été rapportées avec le Letairis et de graves lésions hépatiques ont été rapportées avec des médicaments similaires. Un contrôle du taux d’amino-transférases hépatiques des patients doit être effectué chaque mois et le traitement au Letairis doit être interrompu si ce taux est plus de cinq fois supérieur à la limite normale supérieure ou en cas d’observation de signes ou de symptômes de dysfonctionnement hépatique.

Le Letairis n’est pas recommandé chez les patients présentant une déficience hépatique modérée à sévère. Pour les femmes en âge de procréer, le traitement au Letairis ne doit être initié qu’après un test de grossesse négatif et uniquement chez celles utilisant au moins deux méthodes contraceptives fiables.

Des baisses de la concentration en hémoglobine et de l’hématocrite ont suivi l’administration d’autres antagonistes de récepteur de l’endothéline et ont été observées lors d’études cliniques avec le Letairis. Ces baisses ont été observées lors des premières semaines de traitement au Letairis et se sont ensuite stabilisées.

L’œdème périphérique est un effet de classe connu des antagonistes de récepteur de l’endothéline et est également une conséquence clinique de l’HTAP et de l’aggravation de cette dernière. Lors d’études contrôlées par placebo, une plus forte incidence d’œdème périphérique a été constatée chez les patients traités avec des doses de 5 ou de 10 mg de Letairis par rapport à ceux traités avec le placebo. La plupart des œdèmes étaient d’une gravité allant de bénigne à modérée. L’œdème périphérique était similaire chez les patients plus jeunes (âgés de moins de 65 ans) recevant du Letairis (14 pour cent ; 29/205) ou le placebo (13 pour cent ; 13/104) et était plus important chez les patients plus âgés (de 65 ans et plus) recevant le Letairis (29 pour cent ; 16/56) par rapport au placebo (4 pour cent, 1/28). Les résultats des analyses de ce sous-groupe doivent être interprétés avec prudence.

La prudence est de mise lorsque le Letairis est coadministré avec de la cyclosporine A, car cela peut entraîner une plus grande sensibilité au Letairis.

La prudence est de mise lorsque le Letairis est coadministré avec de forts inhibiteurs CYP3A (par ex. du kétoconazole) ou avec des inhibiteurs CYP2C19 (par ex. de l’oméprazole).

Aucune interaction cliniquement pertinente du Letairis avec la warfarine ou le sildénafil n’a été observée.

À propos du Letairis(TM)

Le Letairis(TM) (Ambrisentan) est un antagoniste de récepteur de l’endothéline, spécifique pour le récepteur de l’endothéline de type A (ET(A)). L’activation du récepteur ET(A) par l’endothéline, une hormone à petit peptide, conduit à la vasoconstriction (rétrécissement des vaisseaux sanguins) et à la prolifération cellulaire. L’impact clinique de la forte sélectivité pour l’ET(A) n’est pas connu. L’HTAP est associée à des niveaux élevés d’endothéline dans le sang.

GlaxoSmithKline détient des droits pour la commercialisation de l’Ambrisentan pour l’HTAP sur les territoires situés en-dehors des États-Unis. Une demande d’autorisation de mise sur le marché (AMM) de l’Ambrisentan a été déposée auprès de l’Agence européenne des médicaments (EMEA) en début d’année.

À propos de l’hypertension artérielle pulmonaire

L’HTAP est une maladie débilitante caractérisée par la constriction des vaisseaux sanguins dans les poumons, ce qui donne lieu à des pressions artérielles pulmonaires élevées. Ces pressions élevées empêchent le cœur de pomper correctement le sang à travers les poumons pour qu’il s’oxygène. Les patients atteints d’HTAP souffrent de souffle court, puisque le cœur doit lutter contre ces pressions élevées, ce qui aboutit finalement au décès de ces patients par insuffisance cardiaque. L’HTAP peut survenir sans aucune cause sous-jacente connue ou suite à des maladies telles que celles affectant les tissus connectifs, les anomalies cardiaques congénitales, la cirrhose du foie et l’infection par le VIH. L’HTAP touche environ 200 000 patients à travers le monde.


Article précédent
Article suivant

> Article écrit le par Gilead Sciences, Inc.

Tags : Letairis - Ambrisentan -

Cet article a été consulté: 376 fois

Notes :

À propos de Gilead Sciences

Gilead Sciences est un laboratoire biopharmaceutique qui découvre, met au point et commercialise des produits thérapeutiques innovants dans des secteurs où les besoins en médecine demeurent sans réponse. La mission de la société est de faire progresser les soins dans le monde entier, pour les patients atteints de maladies mettant leur vie en danger. La société Gilead, dont le siège est installé à Foster City, en Californie, est présente en Amérique du Nord, en Europe et en Australie.

Pour plus d’informations sur Gilead Sciences, veuillez visiter le site Web de la société www.gilead.com ou contacter par téléphone le service des relations publiques de Gilead en composant le +1 800 GILEAD 5 ou le +1 650 574 3000.

Ce communiqué de presse contient des déclarations prévisionnelles au sens de la loi intitulée « Private Securities Litigation Reform Act » de 1995, qui sont sujettes à des risques, des incertitudes et d’autres facteurs, notamment le risque que Gilead(TM)Solutions n’offre pas un meilleur accès aux soins pour les patients atteints d’HTAP se trouvant dans diverses circonstances. Ces risques, incertitudes et autres facteurs peuvent faire différer substantiellement les résultats réels de ceux auxquels il est fait référence dans les déclarations prévisionnelles. Le lecteur est mis en garde qu’il ne doit pas se fier à ces déclarations prévisionnelles. Ces risques et d’autres sont décrits en détail dans le rapport annuel de Gilead sur le formulaire 10-K pour l’exercice fiscal clos au 31 décembre 2006 et dans son rapport sur le formulaire 10-Q pour le premier trimestre 2007, déposés auprès de la Commission des valeurs mobilières des États-Unis (SEC). Toutes les déclarations prévisionnelles se fondent sur les informations dont dispose actuellement Gilead, qui n’assume aucune obligation quant à la mise à jour de ces déclarations prévisionnelles.

Des informations complètes sur la prescription du Letairis sont disponibles sur les sites www.gilead.com et www.Letairis.com.
Letairis est une marque de commerce de Gilead Sciences, Inc.

Pour plus d’informations sur Gilead Sciences, veuillez visiter le site www.gilead.com ou contacter le service des relations publiques de Gilead en composant le +1 800 GILEAD 5 ou le +1 650 574 3000.

Source : Business wire

Publicité

Contenu relatif

Publicité
Les + lues: Actualités scientifiques

Plus encore:

---

Suivez nous...

google plus Facebook twitter Newsletter

---


---

Plan du site

Emploi