Publicité

---

Actualités industrie santé
2017-01-17

Une étude deCODE montre qu'une sélection négative s'opère sur les variations des séquences du génome qui contribuent au niveau d’instruction

Une étude deCODE montre qu'une sélection négative s'opère sur les variations des séquences du génome qui contribuent au niveau d’instruction



REYKJAVIK, Islande, January 17, 2017 /PRNewswire/ --

Dans une étude publiée ce jour, des chercheurs de deCODE ont démontré en s'appuyant sur les données génomiques et généalogiques de la population islandaise sur de nombreuses décennies que les sujets porteurs de variations de séquences associées à des niveaux d'instruction plus élevés ont moins d'enfants que la moyenne. Par conséquent, les variations de la séquence du génome humain corrélées à un niveau d'étude plus élevé se raréfient avec le temps au sein de la population. En d'autres termes, elles sont soumises à une sélection négative d'un point de vue évolutionniste. L'étude est publiée ce jour dans l'édition en ligne de la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS).   

« Ces conclusions démontrent par l'exemple qu'il est possible d'utiliser la génomique pour jeter un nouvel éclairage sur les causes évolutionnaires des tendances sociales observées dans la société humaine moderne et leurs conséquences », a déclaré Kari Stefansson, PDG de deCODE ayant participé à la rédaction de l'article. « En tant qu'espèce, nous sommes définis par le pouvoir de notre cerveau. L'éducation consiste en un développement et un aiguisement de nos capacités mentales. Il est donc très intéressant de constater que les facteurs génétiques liés à une éducation plus longue se font plus rares dans le patrimoine génétique. »

« Malgré la sélection négative qui pèse sur ces variations de séquence, le niveau d'étude a augmenté ces dernières décennies. Nous maîtrisons en effet l'environnement dans lequel interviennent ces facteurs génétiques : le système éducatif. Si nous continuons à améliorer l'accès et la qualité de l'éducation, nous allons vraisemblablement continuer de renforcer le niveau d'éducation de la société dans son ensemble. L'avenir nous dira si le déclin de la prédisposition génétique aux études aura un impact sur la société humaine », a ajouté le Dr Stefansson.

Cette étude s'est appuyée sur les vastes et extraordinaires ressources génétiques de deCODE pour documenter l'évolution de la prédisposition génétique aux études chez 129 808 Islandais sur une durée de plusieurs décennies (de 1910 à 1990). L'équipe deCODE a calculé un score polygénique de prédisposition génétique aux études, appelé POLYedu, qui correspond à la moyenne pondérée de 620 000 variations de séquences du génome. Les pondérations ont été tirées des résultats d'une étude d'association menée auprès de cohortes provenant du Royaume-Uni, des États-Unis et des Pays-Bas. Le score polygénique a ensuite été corrélé au niveau d'étude, à la fertilité et aux années de naissance en se fondant sur les archives généalogiques nationales.

Parmi les autres conclusions notables de l'étude publiée ce jour figurent les suivantes : Les données montrent que l'impact de scores POLYedu plus élevés sur la fertilité est principalement dû à une reproduction plus tardive qui s'explique pour partie par le fait que les personnes ayant des scores POLYedu élevés retardent le moment de procréer pour pouvoir poursuivre des études. Il apparaît toutefois que les scores POLYedu élevés ont un effet non négligeable sur le report de la reproduction, indépendamment du niveau d'étude réellement atteint. Cet effet est plus marqué chez les femmes que chez les hommes.

Le score POLYedu est corrélé à un certain nombre de traits de comportement et de santé. Il est positivement corrélé à la longévité et au taux de cholestérol HDL et négativement corrélé à l'obésité et à une forte glycémie à jeun, de même qu'au tabagisme. Le déclin de la prédisposition génétique au fil du temps a donc un effet sur la population qui ne se limite pas à l'éducation.
Implanté à Reykjavik (Islande), deCODE est l'un des leaders mondiaux de l'analyse et de la compréhension du génome humain. Misant sur son savoir-faire unique et ses populations ressources, deCODE a identifié les facteurs de risque génétiques de dizaines de maladies courantes. En s'employant à comprendre la génétique des maladies, deCODE vise à utiliser les informations ainsi recueillies pour créer de nouvelles méthodes de diagnostic, traitement et prévention des maladies. deCODE est une filiale à 100 % d'Amgen (NASDAQ:AMGN).   

Contact :

Jon Gustafsson
deCODE genetics
jon@decode.com
+354-664-1905

Edward Farmer
Pour deCODE genetics
efarmer@wuxinextcode.com
+1-781-775-6206




Article précédent
Article suivant

> Article écrit le par deCODE genetics

Cet article a été consulté: 98 fois

Notes :

Source : PR Newswire

Publicité

Contenu relatif

: dernières actualités

Publicité
Les + lues: Actualités scientifiques

Plus encore:

---

Suivez nous...

google plus Facebook twitter Newsletter

---


---

Plan du site

Emploi