Publicité

---

Actualités industrie santé
2017-08-28

De nouvelles données du registre GARFIELD-AF montrent que:

De nouvelles données du registre GARFIELD-AF montrent que:



BARCELONE, Espagne, August 28, 2017 /PRNewswire/ --
La fibrillation auriculaire (FA) fait peser un lourd fardeau en Europe 

L'utilisation des ressources de soins varie de manière significative à travers le monde  

Les résultats thérapeutiques des patients atteints d'une FA accentués par les comorbidités 
  Les toutes premières données économiques  sur la santé en vie réellede GARFIELD-AF commencent à fournir une vision globale du fardeau de la FA    

Ces données mettent en relief la grande quantité de ressources de soins utilisées à l'échelle mondiale, ainsi qu'une variation significative de la quantité et du type de services de santé utilisés d'un pays à un autre   

Les résultats confirment que des soins intégrés sont nécessaires pour les comorbidités associées à des pathologies et facteurs de risque courants   
Les premières données économiques sur la santé du registre GARFIELD-AF (Global Anticoagulant Registry in the Field - Atrial Fibrillation) ont été présentées aujourd'hui lors du Congrès 2017 de l'ESC (European Society of Cardiology - Société européenne de cardiologie) à Barcelone, en Espagne. Ces données démontrent que la FA fait peser un lourd fardeau financier, économique et humain sur les sociétés dans toute l'Europe, et qu'il existe une variation géographique significative concernant la quantité et le type de services de santé utilisés par les patients à travers le monde.

Pendant la présentation d'un poster intitulé « The burden of atrial fibrillation in the more populated European countries: perspectives from the GARFIELD-AF registry »[1], des données ont été présentées sur des patients atteints d'une FA recrutés en France, en Allemagne, en Italie, en Espagne et au Royaume-Uni entre 2010 et 2015. Ces patients ont généré un total de 8 574 années-personnes (AP) d'observation. D'importantes variations ont été constatées entre les cinq pays, avec des coûts par patient par an plus élevés au Royaume-Uni (2 857,3 £) et en Allemagne (2 504,1 €) que dans les autres pays. Les coûts directs dans chaque pays diffèrent également en termes de type de coûts, avec les soins ambulatoires en tant que proportion du coût total variant de 9,4 % en Italie à 25,1 % en Espagne. Les dépenses liées aux admissions hospitalières varient également, allant de 63,9 % du coût total en Espagne à 83,7 % en Italie.

Les auteurs ont conclu que les importantes variations observées dans le coût lié au traitement médicamenteux sont probablement liées aux différentes combinaisons de traitements. Par ailleurs, au regard de la dynamique démographique, il est logique de penser que l'actuel fardeau financier, économique et humain de la FA va augmenter à l'avenir. De plus, la mortalité prématurée s'ajoute de manière importante au coût direct déjà considérable de cette maladie.

Dans une deuxième affiche d'économie de la santé intitulée « Global healthcare resource use in 39,670 patients with AF: perspectives from GARFIELD-AF »,[2] les données de patients atteints d'une FA dans 35 pays ont été analysées. Les patients recrutés ont généré 30 117 AP d'observation (Asie 7 521 ; Europe 18 358 ; Amérique latine 2 630 ; Amérique du Nord 780 ; reste du monde 827). Un total de 402,3 contacts médicaux pour 100 AP ont été documentés, ce qui correspond à une moyenne de plus de 4 contacts médicaux (de tout type) par patient par an. Une utilisation des ressources de soins (URS) plus importante a été relevée en Amérique du Nord et en Europe (544 et 432 contacts médicaux pour 100 AP respectivement) par rapport à l'Asie et l'Amérique latine (344 et 360 contacts médicaux pour 100 AP respectivement).

Parmi la grande quantité de ressources de soins utilisées à travers le monde, d'importantes variations ont été observées en termes de quantité et de type de services de santé utilisés par les patients qui, d'après les auteurs, étaient potentiellement liées à la disponibilité des services et aux modèles d'organisation des soins dans les 35 pays étudiés.

L'auteur principal de ces deux posters, le professeur Lorenzo G Mantovani, professeur associé en santé publique à l'université de Milan Bicocca, à Monza, en Italie, a commenté : « La variabilité observée dans les éléments de coûts parmi les cinq pays européens est probablement liée aux pratiques de remboursement des soins, et non aux différences inhérentes entre les statuts ou les types de traitement des patients. Améliorer les résultats thérapeutiques chez les patients plus jeunes aurait un impact important en termes de fardeau sur les sociétés. »

Et d'ajouter : « En outre, en termes d'URS, la prochaine étape consiste à relier les résultats cliniques des patients atteints d'une FA dans différentes régions afin de comprendre le rapport coût-efficacité de différentes stratégies de prise en charge des patients et d'identifier l'approche la plus bénéfique. »

Plus tôt pendant le congrès, lors du symposium satellite sponsorisé par l'Institut de recherche sur la thrombose (Thrombosis Research Institute - TRI), des membres du comité de pilotage du registre GARFIELD-AF ont souligné les résultats en vie réelle sur 1 an après un diagnostic de FA chez la totalité des 52 081 patients recrutés de manière prospective au sein du registre GARFIELD-AF. Dans son discours d'ouverture, le professeur Lord Ajay K Kakkar, directeur du TRI à Londres, au Royaume-Uni, a expliqué que les objectifs du symposium étaient les suivants : comprendre comment les comorbidités affectent le pronostic des patients atteints d'une FA

évaluer l'importance de la prise en charge exhaustive de la FA

Examinant le fardeau de la FA, en particulier concernant la morbidité et la mortalité, le professeur Samuel Z Goldhaber du Brigham and Women's Hospital et de la Harvard Medical School à Boston, aux États-Unis, a conclu que la FA constitue un marqueur de risque pour les maladies systémiques et un facteur de risque pour les AVC. Pour les cliniciens, la première mission est d'éviter les AVC chez les patients atteints d'une FA. Selon lui, les données montrent que l'insuffisance cardiaque est une cause de décès fréquente et que les élévations de D-dimères, de troponine et de peptide natriurétique cérébral (PNC) indiquent également un risque d'AVC. Même si le taux d'anticoagulation semble similaire chez les femmes et les hommes au sein du registre GARFIELD-AF, pour des raisons inconnues, les femmes présentent un risque plus élevé d'AVC / embolisme systémique (ES) que les hommes. « Cela souligne la nécessité d'une plus grande information et du partage des décisions aux patients dans les soins intégrés de la FA », a-t-il expliqué.

Des taux de comorbidité élevés ont été observés dans le registre GARFIELD-AF, comprenant l'insuffisance cardiaque congestive (ICC) chez 20,6 %, des antécédents de coronaropathie chez 19,9 %, des antécédents de syndrome coronarien aigu (SCA) chez 9,4 %, des antécédents d'hypertension chez 77,5 %, le surpoids ou l'obésité chez 71,0 %, le diabète sucré chez 21,7 % et l'insuffisance rénale chronique (IRC) modérée à sévère chez 10,4 %.

Dans sa présentation, le professeur Alexander G G Turpie de l'université McMaster à Hamilton, au Canada, s'est concentré sur le profil et les résultats de patients atteints d'une FA et d'insuffisance cardiaque congestive. Il a indiqué que 18 % des patients atteints d'une FA récemment diagnostiquée souffrent également d'ICC, et que ces patients sont plus vieux/malades que ceux ne souffrant pas d'ICC. L'anticoagulation est similaire entre les groupes, mais les patients plus malades (désignés de classe IV par la New York Heart Association [NYHA]) sont plus susceptibles de faire l'objet d'une thérapie antiplaquettaire (AP). Malgré une meilleure implémentation des traitements recommandés contre l'ICC chez les patients de classe III/IV (NYHA), en particulier pour le blocage de l'aldostérone, la prescription de médicaments digitaliques reste élevée. Dans l'ensemble, le fardeau de la morbidité et de la mortalité cardiovasculaires augmente considérablement en fonction de la classe NYHA. Tandis que les patients de classe NYHA I semblent présenter des résultats similaires aux patients ne souffrant pas d'ICC, ils présentent un taux plus élevé d'aggravation de l'ICC au fil de l'année suivant le diagnostic de la FA.

Le professeur Keith A A Fox de l'université d'Édimbourg, au Royaume-Uni, a parlé de la prise en charge et des résultats thérapeutiques chez les patients atteints de syndrome coronarien aigu et d'une FA, tentant d'identifier de potentielles améliorations. Il a expliqué que la fréquence des événements après un SCA, en particulier chez les patients atteints d'une FA, augmente au fil du temps, indiquant que les taux d'hémorragies sont faibles lorsque les patients reçoivent des anticoagulants oraux (ACO) sans thérapie AP. Cependant, le risque d'hémorragie perçu est une raison fréquente de la non-utilisation d'ACO. Chez les patients atteints d'une FA et présentant des antécédents de SCA, on observe une utilisation accrue de thérapies AP et AC combinées, et ce sont ces thérapies antithrombotiques combinées qui sont associées à une légère augmentation des taux d'hémorragies. « Les contributeurs majeurs aux résultats défavorables chez les patients atteints d'une FA et présentant des antécédents de SCA sont la mort cardiovasculaire et un nouveau SCA », a déclaré le professeur Fox.

Les différences géographiques concernant les soins routiniers des patients atteints d'insuffisance rénale chronique et d'une FA ont été examinées par le professeur Shinya Goto de la Tokai University School of Medicine à Kanagawa, au Japon. Selon lui, parmi les patients atteints d'une FA récemment diagnostiquée, 16 % souffrent d'IRC légère et 10 % présentent une IRC modérée à sévère. L'IRC en phase avancée a également été associée à un taux plus élevé d'autres comorbidités. « Curieusement, a-t-il déclaré, l'utilisation d'ACO chez les patients atteints d'une FA était similaire à travers les phases d'IRC même si chez les patients présentant une IRC modérée à sévère, on a constaté un risque plus élevé d'AVC/EC, d'hémorragies graves et de mortalité par rapport aux patients ne souffrant pas d'IRC. Des tendances similaires ont été observées dans la plupart des régions pour les trois critères d'évaluation. »

Examinant l'impact de l'indice de masse corporelle (IMC) et du syndrome métabolique sur les résultats thérapeutiques des patients atteints d'une FA, le professeur A John Camm de la St. George's University à Londres, au Royaume-Uni, a affirmé que la majorité des patients atteints d'une FA récemment diagnostiquée souffrent de surpoids ou d'obésité. Les patients présentant une obésité morbide (et un syndrome métabolique associé) ont presque 10 ans de moins (en moyenne) que les patients de poids normal lors du diagnostic de FA. Par ailleurs, un IMC plus élevé est associé à une utilisation plus grande d'anticoagulants. Globalement, les patients présentant une insuffisance pondérale ont un risque de décès plus élevé (par rapport aux patients ayant un poids normal) 1 an après le diagnostic de FA. Le professeur Camm a conclu que parallèlement à l'augmentation de l'IMC, on constate une diminution paradoxale de la mortalité dans le registre GARFIELD-AF, même si cet effet pourrait être réduit après correction en fonction des caractéristiques de référence comme l'âge.

Dans sa conclusion, le professeur Jean-Pierre Bassand de l'université de Besançon, en France, a souligné les variations frappantes des tendances liées à l'anticoagulation parmi les cohortes 1 à 5 du registre GARFIELD-AF, avec un taux d'anticoagulation augmentant de 57,4 % à 71,2 % et l'adoption des anticoagulants oraux non antagonistes de la vitamine K augmentant de 4,2 % à 43,1 %.

Le professeur Bassand a également parlé des causes de mortalité, confirmant que la mort est l'événement indésirable le plus fréquent chez les patients atteints d'une FA, étant trois fois plus fréquent que les AVC/ES et cinq fois plus fréquent que les hémorragies majeures. Des taux similaires de décès cardiovasculaires et non cardiovasculaires ont été observés. L'ICC, la malignité, l'infection, la septicémie, l'insuffisance respiratoire et la mort subite sont les causes de décès connues les plus fréquentes, les AVC ne représentant que 5,5 % de toutes les causes de décès connues.

Concernant les comorbidités, le professeur Bassand a affirmé que le taux d'anticoagulation est sous-optimal chez les patients les plus malades, indépendamment de la comorbidité examinée. De plus, plus de deux tiers des patients ne reçoivent pas de traitement à base d'ACO après 4 mois. En outre, les comorbidités associées aux pires résultats thérapeutiques chez les patients atteints d'une FA, à savoir l'ICC, les maladies vasculaires et l'IRC, sont traitées de manière sous-optimale dans environ 50 % des cas.

Pour consulter les sept posters du registre GARFIELD-AF qui ont été présentées lors du Congrès 2017 de l'ESC ainsi qu'un enregistrement vidéo du symposium satellite du TRI, veuillez vous connecter sur notre site Internet à l'adresse : http://www.garfieldregistry.org/. 

About the GARFIELD-AF registry    

GARFIELD-AF is the largest ongoing prospective registry of patients with AF. 2016 marked the end of the enrolment phase for GARFIELD-AF, with 57,262 patients enrolled of which 52,000 are prospective. The real-world insights that continue to be gathered from the GARFIELD-AF registry are being converted into real-world evidence that helps inform and identify areas where the medical community can continue to improve patient outcomes.

GARFIELD-AF is a pioneering, independent academic research initiative led by an international steering committee under the auspices of the TRI, London, UK.

It is an international, non-interventional study of stroke prevention in patients with newly diagnosed AF. Patients were enrolled from over 1,000 centres in 35 countries worldwide, including from the Americas, Europe, Africa and Asia-Pacific.

Contemporary understanding of AF is based on data gathered in controlled clinical trials. Whilst essential for evaluating the efficacy and safety of new treatments, these trials are not representative of everyday clinical practice and, hence, uncertainty persists about the real-life burden and management of this disease. GARFIELD-AF seeks to provide insights into the impact of anticoagulant therapy on thromboembolic and bleeding complications seen in this patient population. It will provide a better understanding of the potential opportunities for improving care and clinical outcomes amongst a representative and diverse group of patients and across distinctive populations. This should help physicians and healthcare systems to appropriately adopt innovation to ensure the best outcomes for patients and populations.

The registry started in December 2009.  Four key design features of the GARFIELD-AF protocol ensure a comprehensive and representative description of AF; these are: Five sequential cohorts of prospective, newly diagnosed patients, facilitating comparisons of discrete time periods and describing the evolution of treatments and outcomes;

Investigator sites that are selected randomly within carefully assigned national AF care setting distributions, ensuring that the enrolled patient population is representative;

Enrolment of consecutive eligible patients regardless of therapy to eliminate potential selection bias;

Follow-up data captured for a minimum of 2 and up to 8 years after diagnosis, to create a comprehensive database of treatment decisions and outcomes in everyday clinical practice.
Included patients must have been diagnosed with non-valvular AF within the previous 6 weeks and have at least one risk factor for stroke; as such, they are potential candidates for anticoagulant therapy to prevent blood clots leading to stroke. It is left to the investigator to identify a patient's stroke risk factor(s), which need not be restricted to those included in established risk scores. Patients are included whether or not they receive anticoagulant therapy, so that the merit of current and future treatment strategies can be properly understood in relation to patients' individual risk profiles.

The GARFIELD-AF registry is funded by an unrestricted research grant from Bayer AG, Berlin, Germany.

For more information, visit our website: http://www.garfieldregistry.org

The burden of AF    

Up to 2% of the global population has AF,[3] including around 8.8 million people in Europe[4] and 5-6.1 million in the United States.[5] It is estimated that its prevalence will at least double by 2050 as the global population ages.[5] AF is associated with a five-fold increase in stroke risk, and one out of five strokes is attributed to this arrhythmia.[3] Ischaemic strokes related to AF are often fatal, and those patients who survive are left more frequently and more severely disabled and have a greater risk of recurrence than patients with other causes of stroke.[3] Hence, the risk of mortality from AF-associated stroke is doubled and the cost of care is 50% higher.[3]

AF occurs when parts of the atria emit uncoordinated electrical signals. This causes the chambers to pump too quickly and irregularly, not allowing blood to be pumped out completely.[6] As a result, blood may pool, clot and lead to thrombosis, which is the number one cardiovascular killer in the world.[7] If a blood clot leaves the left atrium, it could potentially lodge in an artery in other parts of the body, including the brain. A blood clot in an artery in the brain leads to a stroke; 92% of fatal strokes are caused by thrombosis.[7] Stroke is a major cause of death and long-term disability worldwide - each year, 6.5 million people die[8] and 5 million are left permanently disabled.[9] People with AF also are at high risk for heart failure, chronic fatigue and other heart rhythm problems.[10]

About the TRI     

The TRI is dedicated to bringing new solutions to patients for the detection, prevention and treatment of blood clots. The TRI's goal is to advance the science of real-world enquiry so that the value of real-world data is realised and becomes a critical link in the chain of evidence. Our pioneering research programme, across medical disciplines and across the world, continues to provide breakthrough solutions in thrombosis.

For more information, visit: http://www.tri-london.ac.uk/.

________________________ Mantovani L G, et al. The burden of atrial fibrillation in the more populated European countries: perspectives from the GARFIELD-AF registry. [P86619]. Affiche présentée lors du Congrès de l'ESC 2017 à Barcelone.

Mantovani L G, et al. Global healthcare resource use in 39,670 patients with AF: perspectives from GARFIELD-AF. [P85944]. Affiche présentée lors du Congrès de l'ESC 2017 à Barcelone.

Camm A J, Kirchhof P, et al. Guidelines for the management of atrial fibrillation: The Task Force for the Management of Atrial Fibrillation of the European Society of Cardiology (ESC). Eur Heart J 2010 ; 31(19):2369-429.

Krijthe B P, Kunst A, et al. Guidelines for the management of atrial fibrillation: The Task Force for the Management of Atrial Fibrillation of the European Society of Cardiology (ESC). Eur Heart J 2013 ; 34(35):2746-51.

Colilla S, Crow A, Petkun W, et al. Estimates of current and future incidence and prevalence of atrial fibrillation in the U.S. adult population. Am J Cardiol 2013 ; 112(8):1142-7.

National Heart, Lung, and Blood Institute. What is Atrial Fibrillation? Disponible à l'adresse : http://www.nhlbi.nih.gov/health/health-topics/topics/af/ . [Dernier accès : 1er août 2017].

Journée mondiale de la thrombose. Know Thrombosis. Disponible à l'adresse : http://www.worldthrombosisday.org/issue/thrombosis/. [Dernier accès : 1er août 2017].

World Stroke Organization. World Stroke Campaign. Disponible à l'adresse : http://www.worldstrokecampaign.org/ . [Dernier accès : 1er août 2017].

Stroke Centre. Stroke Statistics. Disponible à l'adresse : http://www.strokecenter.org/patients/about-stroke/stroke-statistics/ . [Dernier accès : 1er août 2017].

American Heart Association. Why Atrial Fibrillation (AF or AFib) Matters. Disponible à l'adresse : http://www.heart.org/HEARTORG/Conditions/Arrhythmia/AboutArrhythmia/Why-Atrial-Fibrillation-AF-or-AFib-Matters_UCM_423776_Article.jsp . [Dernier accès : 1er août 2017].


Article précédent
Article suivant

> Article écrit le par The Thrombosis Research Institute

Cet article a été consulté: 12 fois

Notes :

Source : PR Newswire

Publicité

Contenu relatif

: dernières actualités

Publicité
Les + lues: Actualités scientifiques

Plus encore:

---

Suivez nous...

google plus Facebook twitter Newsletter

---


---

Plan du site

Emploi