Publicité

---

Actualités médicales scientifiques
0000-00-00

Combattre le VIH au Zimbabwe et ailleurs

Combattre le VIH au Zimbabwe et ailleurs

La prévalence du VIH dans l’est du Zimbabwe a diminué d’une moyenne de 23 pour cent en 1998 à une moyenne de 20,5 pour cent en 2003, d’après une nouvelle étude effectuée par une équipe de recherche internationale.

Simon Gregson et ses collègues annoncent que leur étude identifie, pour la première fois, une diminution dans la prévalence du VIH en Afrique australe. La diminution pourrait s’expliquer en partie par le fait que les hommes et les femmes attendent davantage pour initier des relations sexuelles, ainsi que par le fait que moins d’individus ayant vécu des expériences sexuelles ont des relations sexuelles occasionnelles, d’après le sondage des chercheurs. La prévalence du VIH a diminué le plus dans les populations jeunes et éduquées. Il y a eu par exemple une diminution de 23 pour cent chez les hommes âgés de 17 à 29 ans et une diminution de 49 pour cent chez les femmes âgées de 15 à 24 ans. Même si nouvelles du Zimbabwe sont encourageantes, l’Afrique subsaharienne demeure l’épicentre de l’épidémie du VIH et la prévention du VIH devrait donc demeurer un problème de santé fondamental, déclarent Richard Hayes et Helen Weiss dans une Perspective correspondante. Près de 30 millions nouvelles infections au VIH pourraient être évitées au cours des 10 prochaines années avec l’aide de meilleurs programmes de prévention dans les pays à faible ou moyen revenu. annonce-t-on dans une deuxième étude. Les programmes de prévention concentrés sur la transmission sexuelle et la transmission chez les utilisateurs de drogues par injection dans ces pays coûteraient environ 122 milliards de dollars américains, mais produiraient d’importantes économies, d’après John Stover et ses collègues. D’après leurs calculs, pour chaque 3 900 dollars que l’on dépense pour empêcher une infection, environ 4 700 dollars pourraient être épargnés dans le traitement et le soin du patient. « Nos analyses suggèrent que les gouvernements et les pays donateurs devraient accélérer aussitôt que possible la mise en place de programmes de prévention », ont déclaré les auteurs.


Article précédent
Article suivant

> Article écrit le par auteur

Tags : VIH -

Cet article a été consulté: 378 fois

Notes :

Pour commander, citer l’article no 16 : “HIV Decline Associated with Behavior Change in Eastern Zimbabwe,” par S. Gregson, G. Garnett, T.B. Hallett, J.J.C. Lewis et R.M. Anderson au Imperial College à Londres (Royaume-Uni); S. Gregson, C.A. Nyamukapa, P.R. Mason et S.K. Chandiwana au Biomedical Research and Training Institute à Harare (Zimbabwe); S.K. Chandiwana à la University of Witwatersrand à Johannesburg (Afrique-du-Sud).

Pour commander, citer l’article no 19 : “The Global Impact and Net Costs of Scaling-Up Prevention Programs for HIV/AIDS in Low- and Middle-Income Countries Through 2015,” par J. Stover au Futures Group/Constella à Glastonbury (Connecticut); S. Bertozzi et J.-P. Gutierrez au National Institute of Public Health (INSP) à Cuernavaca (Mexique); N. Walker à l’UNICEF à New York (New York); K.A. Stanecki, R. Greener, E. Gouws, C. Hankins, P. De Lay et P.D. Ghys au Programme joint des Nations Unies sur le VIH/sida à Genève (Suisse); G.P. Garnett au Imperial College à Londres (Royaume-Uni); J.A. Salomon à la Harvard University à Boston (Massachusetts); J.T. Boema à l’Organisation mondiale de la santé à Genève (Suisse).

Pour commander, citer l’article no 5 : “Breaking Down Sexual Networks and HIV Prevalence in Africa,” par R. Hayes et H. Weiss à la London School of Hygiene and Tropical Medicine à Londres (Royaume- Uni).

Source : source

Publicité

Contenu relatif

Publicité
Les + lues: Actualités scientifiques

Plus encore:

---

Suivez nous...

google plus Facebook twitter Newsletter

---


---

Plan du site

Emploi