Publicité

---

Actualités industrie agriculture
2015-05-14
La stratégie de lutte contre la pauvreté offre un avantage durable pour les ultra-pauvres du monde selon une nouvelle étude dans Science

La stratégie de lutte contre la pauvreté offre un avantage durable pour les ultra-pauvres du monde selon une nouvelle étude dans Science



WASHINGTON, 14 mai 2015 /PRNewswire/ -- Une nouvelle étude menée dans six pays montre qu'une approche globale pour les ultra-pauvres, environ un milliard de personnes qui vivent avec moins de 1,25 dollar par jour, a amélioré les moyens de subsistance, le revenu et la santé. Publiée dans Science, la recherche a testé l'efficacité d'une approche connue sous le nom de « modèle de graduation » (Graduation Model) dans six pays en suivant 21 000 des personnes les plus pauvres du monde pendant trois ans. Les données montrent que cette approche a conduit à de grands impacts durables sur leur niveau de vie.

Découvrez le communiqué de presse multimédia interactif ici :http://www.multivu.com/players/English/7267352-cgap-science-anti-poverty-study

Les efforts précédents fournis par les gouvernements et les groupes d'aide pour réduire la pauvreté parmi les ultra-pauvres n'ont pas prouvé être efficaces. La nouvelle étude, en vue de combler cette lacune, fait le rapport d'une évaluation dans six pays d'une approche globale qui répond aux nombreux défis de la pauvreté simultanément. Selon le coauteur de l'étude, Dean Karlan de l'Université de Yale et de l'association à but non lucratif de recherches et politiques Innovations for Poverty Action (IPA, innovations pour les actions contre la pauvreté) : « Être ultra-pauvres signifie généralement plus de ne pas avoir un revenu, il y aussi le manque de nourriture, de moyens d'épargner, d'informations et le sentiment de ne pas avoir de possibilités d'échapper à cette situation », a déclaré Karlan. « Nous avons testé une approche qui abordait plusieurs facteurs à la fois, et nous avons trouvé des améliorations significatives, même trois années après la mise en œuvre de la majorité du travail par programme ».

Les chercheurs ont suivi plus de 21 000 personnes en Éthiopie, au Ghana, au Honduras, en Inde, au Pakistan et au Pérou afin de tester si l'approche de graduation améliorait leur vie et le bien-être de leurs familles. Le programme comprenait six composantes sur une période de deux ans : Un actif à utiliser pour gagner sa vie, comme du bétail ou des marchandises pour démarrer un magasin informel.
Une formation sur la façon de gérer l'actif. 
Des aliments ou un soutien en espèces de base pour réduire la nécessité de vendre leur nouvel actif en cas d'urgence.
Des visites de coaching fréquentes (généralement hebdomadaires) pour renforcer les compétences, renforcer la confiance, et aider les participants à relever tous les défis.
Une éducation sur la santé ou un accès aux soins de santé pour rester en bonne santé et être capable de travailler.
Un compte d'épargne pour aider à mettre de l'argent de côté pour l'investir ou l'utiliser dans le cas d'une future urgence.
En empruntant une méthodologie de recherche en santé, les chercheurs ont utilisé un essai contrôlé randomisé et suivi des personnes invitées à participer au programme de deux ans et un groupe similaire qui ne l'a pas été, afin de comparer la façon dont leur vie avait changé jusqu'à un an après la fin du programme. Ceux qui faisaient partie du groupe du programme avaient significativement plus d'actifs et d'épargne, ils passaient plus de temps à travailler, ils ont eu faim durant moins de jours, ils ont expérimenté des niveaux de stress inférieurs et leur santé physique s'est améliorée.   

« Ce n'est pas seulement efficace, mais cela représente un retour sur investissement significatif », a déclaré Kate McKee qui fait partie du Consultative Group to Assist the Poor, à Washington, DC, et qui a aidé à mettre en œuvre le projet. « L'espoir est de pouvoir apprendre prochainement aux ONG ou aux gouvernements comment ils peuvent intégrer cette approche efficacement dans leurs programmes ».

Le programme est rentable, avec des retours positifs dans cinq des six pays, allant de 133 pour cent au Ghana à 433 pour cent en Inde. En d'autres termes, pour chaque dollar dépensé sur le programme en Inde, les ménages extrêmement pauvres ont connu 4,33 USD de bénéfices à long terme. « L'approche de graduation a conduit à de vastes améliorations dans des dimensions clés du bien-être économique et non économique dans la plupart des pays où elle a été testée. Les décideurs qui cherchent un programme pour améliorer durablement les conditions de vie des plus pauvres devraient envisager d'investir dans cette approche », a indiqué Esther Duflo la coauteure de l'étude, département d'économie du MIT et directrice du Adbul Latif Jameel Poverty Action Lab (J-PAL).

Un facteur clé pour les décideurs qui utilise le modèle est de savoir à quel point l'évaluation était exhaustive.  

Selon Annie Duflo, la directrice générale d'Innovations for Poverty Action, « les gouvernements, les organisations d'aide et les donateurs ont été à la recherche d'une solution qui était étayée par des preuves réelles montrant qu'elle peut vraiment aider les plus pauvres du monde, et c'est exactement ce que permet l'approche de graduation ».




Article précédent
Article suivant

> Article écrit le 2015-05-14 par CGAP

Cet article a été consulté: 166 fois

Notes :

Source : PRN-International Desk

Publicité

Contenu relatif

: dernières actualités

RSS

Je m'abonne aux flux Rss Agriculture

Publicité
Actualités Agriculture

Les dernières:

---

---

---

---
---
Votre avis

Nam id mauris quis sapien tristique suscipit et et odio?

Vestibulum vitae urna id neque vulputate dictum.

Vestibulum vitae urna id neque vulputate dictum.

Vestibulum vitae urna id neque vulputate dictum.

Plan du site

Dictionnaire

Emploi

Petites annonces

Librairie