Publicité

---

Actualités industrie agriculture
2011-06-02
Shell et Cosan : Alimenter un avenir à moindre teneur en carbone grâce aux biocarburants

Shell et Cosan : Alimenter un avenir à moindre teneur en carbone grâce aux biocarburants

LA HAYE, Pays-Bas, et SAO PAULO, June 2, 2011 -- Shell et Cosan ont lancé une coentreprise au capital de plusieurs milliards de dollars qui deviendra un producteur de premier plan du biocarburant à faible teneur en carbone, de l'éthanol produit à partir de la canne à sucre. Nommée Raizen, cette importante société de carburants commerciaux et au détail opèrera au Brésil, l'un des marchés à la croissance la plus rapide au monde.

Dans le cadre de l'un des accords les plus importants à ce jour dans le secteur des biocarburants, Shell combine sa vaste expérience en matière de commerce au détail, son réseau mondial proéminent et ses recherches dans les biocarburants modernes, avec les connaissances techniques de Cosan dans le domaine de la production de biocarburants à grande échelle. Raizen produira et vendra plus de 2 milliards de litres par an de ce biocarburant à la teneur en carbone la plus faible sur le marché, qu'est l'éthanol produit à partir de la canne sucre brésilienne.

Shell est déjà l'un des distributeurs de biocarburants durables les plus importants et s'engage aujourd'hui pour la première fois dans la production. L'accord conclu avec Cosan constitue une étape majeure dans la stratégie de Shell visant à investir dans la croissance sélective de sa société de biocarburants.

Raizen distribuera des biocarburants et plus de 20 milliards de litres d'autres carburants industriels et destinés aux transports annuellement, par l'intermédiaire d'un réseau combiné de près de 4 500 stations-service de la marque Shell. Il devient la troisième société de carburants la plus importante au Brésil. La société prévoit d'étendre sa portée dans les années à venir pour exporter plus d'éthanol vers d'autres marchés clés.

Les biocarburants à faible teneur en carbone seront la façon la plus pratique et la plus réaliste sur le plan commercial d'éliminer dans les années à venir le dioxyde de carbone (CO2) des carburants destinés aux transports, et joueront un rôle essentiel au sein du futur bouquet énergétique.

La coentreprise combine également l'expertise et les partenariats technologiques de Shell en matière de biocarburants modernes avec l'expérience de Cosan dans le domaine de la production commerciale de biocarburants à faible teneur en carbone. Cela peut potentiellement accélérer la production commerciale des biocarburants issus de résidus de récolte et de plantes non comestibles.

Les 24 usines de traitement de Raizen sont capables de transformer jusqu'à 62 millions de tonnes de canne en sucre en éthanol chaque année, tout en étant suffisamment flexibles pour s'adapter à la demande du marché.

<< Nous établissons une position de premier plan dans le pays producteur d'éthanol le plus efficace au monde >>, a déclaré Peter Voser, Président-directeur général de Shell. << Les biocarburants durables et à faible teneur en carbone seront de plus en plus importants dans le bouquet mondial de carburants destinés aux transports. >>

<< Il s'agit d'un tournant décisif dans la recherche de sources d'énergie alternatives >>, a soutenu Rubens Ometto Silveira Mello, Président du Conseil d'administration de Cosan. << Raizen est l'une des sociétés les plus importantes au Brésil et est prête à proposer aux marchés internationaux une solution propre, renouvelable et économiquement viable. >>

Répondre à la demande

En Europe et aux États-Unis, les nouvelles politiques en matière d'énergie exigent des carburants plus propres et à moindre teneur en carbone pour les transports. Les biocarburants représentent environ 4 % des carburants destinés aux transports en Europe, et 3 % aux États-Unis. À l'échelle mondiale, les biocarburants répondent actuellement à environ 3 % de la demande en carburants destinés aux transports routiers. Selon Shell, ce pourcentage devrait augmenter et atteindre 9 % d'ici à 2030.

Le Brésil est le numéro un mondial en termes d'utilisation des biocarburants de transports. Il est fort probable que ces derniers représentent plus de 40 % du bouquet de carburants destinés aux transports du pays d'ici à 2030, soit le double de la proportion d'aujourd'hui. L'actuelle capacité de production annuelle de Raizen suffira à répondre à près de 9 % de la demande actuelle en éthanol du Brésil.

À la pompe, les automobilistes brésiliens ont le choix entre de l'éthanol pur ou un mélange de pétrole (essence) et d'éthanol. Environ 90 % des automobiles du pays sont capables de fonctionner avec l'un ou l'autre de ces types de carburant.

<< Le modèle opérationnel de Raizen, qui combine les actifs de Shell et Cosan et dispose d'un accès direct aux consommateurs, constitue une véritable percée dans le secteur des biocarburants >>, a expliqué Marcos Marinho Lutz, Président-directeur général de Cosan.

Le processus de transformation de canne à sucre en éthanol utilisé par Raizen est la méthode la plus efficace de transformation de biomasse en carburant. Selon l'UNICA, l'union de l'industrie cannière brésilienne, la canne à sucre brésilienne permet de produire 7 000 litres d'éthanol par hectare de canne, en comparaison avec, par exemple, 3 800 litres par hectare de maïs aux États-Unis et 2 500 litres par hectare de blé en Europe.

<< La canne à sucre est, à notre connaissance, la plante la plus efficace en termes de conversion de la lumière du soleil en énergie >>, a déclaré le Professeur Edgar de Beauclair, du Département des cultures agricoles de l'Université d'État de Sao Paulo.

Des biocarburants de meilleure qualité

La transformation de la canne à sucre en éthanol offre un certain nombre d'avantages environnementaux, par rapport à d'autres processus de production de biocarburants. Pendant sa croissance, la canne à sucre absorbe généralement du CO2 en proportion supérieure par rapport aux autres plantes cultivées pour produire des biocarburants comme le soja.

L'éthanol obtenu à partir de la canne à sucre brésilienne produit environ 70 % de CO2 de moins que le pétrole, lorsque les processus de culture et de production sont pris en compte. Selon l'UNICA, depuis 2003, l'utilisation de l'éthanol au Brésil a évité l'émission de plus de 103 millions de tonnes du CO2 que le pétrole qu'il a remplacé aurait produite.

Les produits de récupération issus de la transformation de la canne à sucre en éthanol sont recyclés en engrais organique. Le résidu de la canne à sucre, appelé bagasse, est brûlé pour alimenter les usines de traitement et l'énergie excédentaire est fournie au réseau national.

Afin d'améliorer davantage sa productivité, Raizen utilisera son propre système avancé d'informations géographiques pour gérer de ses terres. Cela permet aux scientifiques de prédire avec précision le rendement des cultures et d'ajuster la quantité d'engrais appliquée ou l'intervention phytosanitaire - par exemple pour améliorer la production.

<< L'éthanol produit à partir de la canne à sucre brésilienne est l'un des biocarburants les plus durables et à la teneur en CO2 la plus faible actuellement disponible >>, a expliqué Mark Gainsborough, Vice-président exécutif des énergies alternatives chez Shell. << Le développement des carburants modernes devrait bénéficier des matières premières de Cosan et de son expertise dans le domaine de la production de biocarburants à grande échelle. Cela peut potentiellement accélérer la future viabilité commerciale de l'éthanol cellulosique. >>

L'accord inclut une partie de l'intérêt de Shell dans la société Iogen, qui utilise des enzymes pour transformer les déchets végétaux en éthanol, ainsi que l'intérêt de Shell dans Codexis, qui développe des << super-enzymes >> pour accélérer la conversion des déchets végétaux en carburants destinés aux transports.

Production durable

Raizen s'efforcera d'améliorer la durabilité de ses opérations. La canne à sucre utilisée pour produire de l'éthanol requiert l'ajout de peu d'eau, car les pluies tropicales brésiliennes fournissent une irrigation naturelle. Dans le processus industriel, Raizen a introduit un système qui recycle jusqu'à 90 % de l'eau utilisée.

Raizen soutient le développement de différentes variétés de canne à sucre adaptées au climat régional et capables de résister aux maladies. S'agissant de la protection phytosanitaire, la société élève et libère des prédateurs naturels, ce qui réduit davantage l'utilisation de pesticides chimiques.

En tant que membre de Bonsucro, anciennement la Better Sugarcane Initiative, Raizen a rejoint d'autres producteurs, organisations non-gouvernementales et experts, afin d'établir un certificat approuvé par l'UE pour la production durable de canne à sucre. Ce certificat englobe des domaines tels que le respect des droits de l'homme et l'impact des activités sur la biodiversité.

Raizen déploie ses efforts pour obtenir la certification de la totalité de l'éthanol produit par ses propres opérations au cours des prochaines années. La société prévoit également de faire certifier la totalité de l'éthanol produit à partir de la canne de ses fournisseurs.

L'actuelle production de canne à sucre au Brésil occupe jusqu'à 8,1 millions d'hectares, soit environ 0,9 % du territoire total du pays. La législation gouvernementale interdit aux industries d'entrer dans des zones sensibles comme les forêts tropicales humides ou les terrains requis pour d'autres cultures vivrières. Elle interdit également de déplacer des cultures vivrières dans d'autres zones sensibles. En outre, les lois nationales reconnaissent les droits des communautés autochtones, ainsi que leurs revendications de la propriété des terres. Les principales zones de culture de canne à sucre se trouvent à des centaines de kilomètres de la forêt amazonienne.

Raizen est parvenue à un stade avancé dans le déploiement de la récolte mécanisée, répondant déjà aux exigences qui entreront en vigueur d'ici à 2014 dans le principal état brésilien producteur de canne à sucre de Sao Paulo. La société utilise déjà des machines sur environ 64 % de ses terres où cela est possible (celles présentant une inclinaison inférieure à 12 %). Les émissions de CO2 peuvent être réduites grâce à la récolte mécanisée, car cette dernière supprime le besoin de brûler la paille dure, une étape nécessaire dans la coupe manuelle.






Article précédent
Article suivant

> Article écrit le 2011-06-02 par Royal Dutch Shell plc & Cosan S.A.(Bovespa:CSAN3)

Cet article a été consulté: 367 fois

Notes :

Cautionary Note

The companies in which Royal Dutch Shell plc directly and indirectly owns investments are separate entities. In this press release "Shell", "Shell group" and "Royal Dutch Shell" are sometimes used for convenience where references are made to Royal Dutch Shell plc and its subsidiaries in general. Likewise, the words "we", "us" and "our" are also used to refer to subsidiaries in general or to those who work for them. These expressions are also used where no useful purpose is served by identifying the particular company or companies. "Subsidiaries", "Shell subsidiaries" and "Shell companies" as used in this press release refer to companies in which Royal Dutch Shell either directly or indirectly has control, by having either a majority of the voting rights or the right to exercise a controlling influence. The companies in which Shell has significant influence but not control are referred to as "associated companies" or "associates" and companies in which Shell has joint control are referred to as "jointly controlled entities". In this press release, associates and jointly controlled entities are also referred to as "equity-accounted investments". The term "Shell interest" is used for convenience to indicate the direct and/or indirect (for example, through our 24% shareholding in Woodside Petroleum Ltd.) ownership interest held by Shell in a venture, partnership or company, after exclusion of all third-party interest.

This press release contains forward-looking statements concerning the financial condition, results of operations and businesses of Royal Dutch Shell. All statements other than statements of historical fact are, or may be deemed to be, forward-looking statements. Forward-looking statements are statements of future expectations that are based on management's current expectations and assumptions and involve known and unknown risks and uncertainties that could cause actual results, performance or events to differ materially from those expressed or implied in these statements. Forward-looking statements include, among other things, statements concerning the potential exposure of Royal Dutch Shell to market risks and statements expressing management's expectations, beliefs, estimates, forecasts, projections and assumptions. These forward-looking statements are identified by their use of terms and phrases such as "anticipate", "believe", "could", "estimate", "expect", "intend", "may", "plan", "objectives", "outlook", "probably", "project", "will", "seek", "target", "risks", "goals", "should" and similar terms and phrases. There are a number of factors that could affect the future operations of Royal Dutch Shell and could cause those results to differ materially from those expressed in the forward-looking statements included in this press release, including (without limitation): (a) price fluctuations in crude oil and natural gas; (b) changes in demand for the Shell's products; (c) currency fluctuations; (d) drilling and production results; (e) reserve estimates; (f) loss of market share and industry competition; (g) environmental and physical risks; (h) risks associated with the identification of suitable potential acquisition properties and targets, and successful negotiation and completion of such transactions; (i) the risk of doing business in developing countries and countries subject to international sanctions; (j) legislative, fiscal and regulatory developments including potential litigation and regulatory measures as a result of climate changes; (k) economic and financial market conditions in various countries and regions; (l) political risks, including the risks of expropriation and renegotiation of the terms of contracts with governmental entities, delays or advancements in the approval of projects and delays in the reimbursement for shared costs; and (m) changes in trading conditions. All forward-looking statements contained in this press release are expressly qualified in their entirety by the cautionary statements contained or referred to in this section. Readers should not place undue reliance on forward-looking statements. Additional factors that may affect future results are contained in Royal Dutch Shell's 20-F for the year ended 31 December, 2010 (available at http://www.shell.com/investor and http://www.sec.gov - opens in new window). These factors also should be considered by the reader. Each forward-looking statement speaks only as of the date of this press release, 2 June 2011. Neither Royal Dutch Shell nor any of its subsidiaries undertake any obligation to publicly update or revise any forward-looking statement as a result of new information, future events or other information. In light of these risks, results could differ materially from those stated, implied or inferred from the forward-looking statements contained in this press release. There can be no assurance that dividend payments will match or exceed those set out in this press release in the future, or that they will be made at all.

The United States Securities and Exchange Commission (SEC) permits oil and gas companies, in their filings with the SEC, to disclose only proved reserves that a company has demonstrated by actual production or conclusive formation tests to be economically and legally producible under existing economic and operating conditions. We use certain terms in this press release, such as resources and oil in place, that SEC's guidelines strictly prohibit us from including in filings with the SEC. U.S. Investors are urged to consider closely the disclosure in our Form 20-F, File No 1-32575, available on the SEC website http://www.sec.gov - opens in new window. You can also obtain these forms from the SEC by calling 1-800-SEC-0330.

Source : PR Newswire

Publicité

Contenu relatif

Royal Dutch Shell plc & Cosan S.A.(Bovespa:CSAN3) : dernières actualités

RSS

Je m'abonne aux flux Rss Agriculture

Publicité
Actualités Agriculture

Les dernières:

---

---

---

---
---
Votre avis

Nam id mauris quis sapien tristique suscipit et et odio?

Vestibulum vitae urna id neque vulputate dictum.

Vestibulum vitae urna id neque vulputate dictum.

Vestibulum vitae urna id neque vulputate dictum.

Plan du site

Dictionnaire

Emploi

Petites annonces

Librairie